Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 octobre 2012

"Le salaire des cadres dirigeants doit être communiqué aux délégués syndicaux" (L'Entreprise)

"Dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires, le TGI de Paris a obligé une entreprise à remettre aux organisations syndicales des informations sur la rémunération de ses cadres de direction."

Lire "Le salaire des cadres dirigeants doit être communiqué aux délégués syndicaux".

19:53 Publié dans Négociation, Presse | Tags : négociation, salaires, l'entreprise

27 novembre 2011

"« L'Expansion » : vers une rédaction commune avec « L'Express »" ("Les Echos")

Lu dans "Les Echos" (27 novembre 2011) :

"Christophe Barbier, directeur de la rédaction de « L'Express », prévoit d'alléger et de « refroidir » « L'Expansion », qui n'aura plus de rédaction propre au titre.

Après plusieurs mois d'incertitude, les dirigeants du groupe Express-Roularta ont décidé du sort de « L'Expansion ». Vendredi, Christophe Barbier, le directeur de la rédaction de « L'Express », a présenté son projet au cours d'un comité d'entreprise : il prévoit de transformer, dès février prochain, « L'Expansion » en un mensuel « très refroidi » et allégé.

Réduit à 90 pages (hors numéros spéciaux), au lieu de 120-130 aujourd'hui, il accordera une place plus large aux chroniques ou bonnes feuilles de livres ; les pages actualité seront supprimées ; l'accent sera mis sur la macroéconomie, au détriment de la microéconomie et des reportages. « Le succès de "XXI" ou des livres d'économie montre qu'il y a une vraie demande de textes longs, pour analyser et comprendre l'économie », explique Christophe Barbier aux « Echos ». « L'Expansion est une grande marque, qui a une carte à jouer. »

Vives inquiétudes

Mais la décision la plus frappante est celle de supprimer la rédaction de « L'Expansion ». Un certain nombre des 30 journalistes de « L'Expansion », au mimimum cinq, rejoindront la rédaction de « L'Express », au sein des services économie mais aussi France ou monde. C'est cette rédaction renforcée qui réalisera le nouveau mensuel, sous la responsabilité de Christophe Barbier et de Christine Kerdellant, actuelle directrice de la rédaction de « L'Expansion » (et directrice adjointe de la rédaction de « L'Express »). Elle sera aussi chargée d'alimenter les sites Internet des deux titres et de réaliser, comme aujourd'hui, des hors-séries ou des livres.

Les autres journalistes de « L'Expansion » seront, pour certains, affectés à la réalisation de lettres confidentielles sectorielles mensuelles. Jean Weiss, patron du pôle médias spécialisés, a évoqué quelques pistes, mais le projet reste encore très flou selon les journalistes présents.

Enfin, ce plan prévoit un certain nombre de départs. Alors qu'il était question de 9 licenciements économiques, on s'oriente plutôt désormais vers un guichet de départs volontaires, ouvert à tout le groupe. L'objectif de ce plan est de supprimer un foyer de pertes, alors que le mensuel a perdu 10 millions d'euros sur les cinq dernières années selon ses dirigeants. « Le problème essentiel de "L'Expansion", c'est sa structure de coûts », avance Christophe Barbier.

Comme l'ensemble des magazines économiques, le titre a aussi vu ses ventes s'éroder depuis 2007 : sa diffusion a baissé de 14 % depuis quatre ans, à 137.412 exemplaires (- 16 % pour « Capital », à 321.818 exemplaires, - 11 % pour « Challenges », à 230.709). Mais les salariés sont pour le moment sceptiques sur ce projet, craignant que « L'Expansion » ne devienne un titre low cost et ne perde encore des ventes. La perspective d'une rédaction commune suscite également de vives inquiétudes, y compris parmi les salariés de « L'Express ». Une assemblée générale doit se tenir demain, pour évoquer l'ensemble de ces sujets."

25 novembre 2011

"L'Expansion : inquiétudes autour d'une suppression de la rédaction" ("Les Echos")

Lu dans "Les Echos" (24 novembre 2011) :

"L'Expansion : inquiétudes autour d'une suppression de la rédaction"

"Les spéculations vont bon train avant le comité d'entreprise extraordinaire convoqué demain matin pour annoncer aux salariés le sort qui sera réservé à "L'Expansion". Dans un tract diffusé en interne, les syndicats s'inquiètent des mesures qui pourraient être annoncées : en particulier, ils évoquent la suppression de la rédaction du mensuel en tant que telle. « Quelques-uns de ses membres rejoindront L'Express, d'autres seront affectés à des lettres professionnelles encore à inventer, les autres seront licenciés », peut-on lire dans ce tract.

« Ce texte a été rédigé suite à une réunion entre Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L'Express, et les représentants de la SDR (sociétés des journalistes) de L'Expansion : les syndicats ont voulu lancer une alerte avant le CE de demain. Pour l'instant, il ne s'agit pas de décisions officielles, mais d'une crainte de la part des salariés », explique un salarié. L'idée, selon plusieurs sources internes, serait de transformer "L'Expansion" actuel en un magazine beaucoup plus froid, qui serait réalisé par la rédaction de "L'Express" sous la responsabilité de Christophe Barbier. La référence du magazine XXI, constitué de papiers longs et de reportages au long cours, a été évoquée."

16 octobre 2011

“« L'Expansion » n'est plus à vendre”

Lu sur lesechos.fr (12 oct. 11)

« L'Expansion » n'est plus à vendre

Au cours d'un comité d'entreprise ce matin, les salariés de l'Expansion ont appris que le mensuel économique n'était plus à vendre et devrait trouver une solution interne

Lire la suite sur lesechos.fr

01 octobre 2011

Beytout (Les Echos) voulait racheter L'Expansion : il est viré !

Lu sur le site du Monde (29 septembre 2011) :

Francis Morel remplace Nicolas Beytout à la tête des Echos

[...] L'actionnaire ne partageait pas certains choix de M. Beytout. Celui-ci était en train de négocier l'achat du mensuel L'Expansion au groupe belge Express-Roularta. Son intention était de fusionner le mensuel économique, qui perd 2 millions d'euros par an, avec le mensuel Enjeu-Les Echos. [...]

L'ironie de l'histoire, si l'on peut dire, c'est que le successeur de Nicolas Beytout au groupe Les Echos est Francis Morel, qui avait été évincé du groupe Figaro début 2011 par l'actionnaire Serge Dassault... et remplacé par Marc Feuillée, jusqu'alors président du Groupe Express-Roularta, propriétaire de L'Expansion.

22:28 Publié dans Presse | Tags : actionnaire, l'expansion

07 septembre 2011

Salaires : appliquons le modèle belge !

En cette période de crise, l’économie belge affiche une croissance insolente, « à faire pâlir le reste de l'Europe ».

Le Figaro (17 août 2011) diagnostique :

« La Belgique n'a pas encore commencé l'assainissement de ses finances publiques, et l'absence de mesures d'austérité a sans doute aidé à maintenir la demande intérieure, selon Philippe Ledent, économiste chez ING. L'indexation automatique des salaires sur l'inflation a également permis d'atténuer le choc lié à la hausse des prix. »

A contario, Rik de Nolf, patron du groupe belge Roularta, propriétaire en France de Groupe Express-Roularta (GER), déclarait en mars 2009 (Le Monde, 24 mars 2009) que le système social français se caractériserait par

« la difficulté de licencier des gens dans un pays où presque chacun est syndiqué et où l'on peut déclencher des grèves à la moindre inquiétude ».

La solution est simple : appliquer à GER la recette de l'indexation automatique des salaires sur l'inflation, qui réussit tant à l’économie belge.

23:05 Publié dans Presse | Tags : actionnaire, grève, le vif, négociation, salaires

29 juin 2011

Victoire judiciaire des journalistes licenciées du “Vif”

Communiqué de l'Association des journalistes professionnels (Belgique, 24 juin 2011)

Le tribunal du travail de Bruxelles a rendu le 20 juin 2011 quatre jugements dans le conflit qui oppose Le Vif SA  aux quatre journalistes - Dorothée Klein, Isabelle Philippon, Pascale Gruber et Elisabeth Mertens - licenciées le 22 janvier 2009 par Hamid Faljaoui, directeur de l’hebdomadaire. Les jugements sont entièrement favorables aux journalistes : Le Vif/L’Express est condamné à verser à chacune d’entre elles une importante indemnité complémentaire de préavis ainsi qu’une indemnité pour licenciement abusif.

L’AJP, avec son conseil Bernard Mouffe,  a soutenu les journalistes et se félicite de ces victoires judiciaires. On se souviendra que les journalistes avaient été convoquées par sms pour un entretien en dehors des locaux de la rédaction, qu’elles avaient été licenciées sur le champ, sans possibilité de retourner à leur bureau, la direction leur concédant deux heures le samedi suivant pour venir chercher leurs affaires personnelles.  Les attendus des jugements soulignent que Le Vif/L’Express  a exercé son droit de licencier " de manière brutale", en utilisant des "procédés  inutilement vexatoires", en invoquant de " faux motifs" de licenciement. L’employeur a ainsi "porté atteinte de manière incontestable à l’honorabilité professionnelle" des journalistes. Le tribunal épingle particulièrement les propos "inutilement blessants"  tenus par H. Faljaoui dans les médias,  tentant de répondre à la publication de la carte blanche de sept professeurs de journalisme ou observateurs des médias et de l’AJP ("Un journalisme mis au pas").

L’AJP espère que ces décisions judiciaires limpides permettront de mettre fin à la brutalité des pratiques sociales qui ont cours dans certaines entreprises de presse comme Roularta. L’AJP est ainsi confirmée dans sa volonté de rétablir des relations sociales respectueuses des professionnels de l’information.

Lire L'AJP salue la victoire judiciaire des journalistes licenciées du Vif

22:33 Publié dans Presse | Tags : actionnaire, le vif, licenciement, loi

22 avril 2011

Dans L'Express, Raphaël Enthoven s'en prend à l'“antijournalisme” d'Edwy Plenel

Dans sa chronique de L'Express (20 avril 2011), Raphaël Enthoven dénonce :

[...] Le directeur de Mediapart Edwy Plenel donne la formule magique de l'antijournalisme qui sévit désormais sur Internet, et qui réclame l'information aux dépens de la loi comme les tyrans promettent le bonheur aux dépens de la liberté. [...]

En diffusant l'enregistrement clandestin de Liliane Bettencourt, Edwy Plenel s'est conduit exactement comme le pouvoir qui, en son temps, l'avait mis lui même sur écoute.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, s'était très tôt solidarisé avec Mediapart et Edwy Plenel. Voir les communiqués du SNJ en 2010, notamment La liberté de la presse réaffirmée par la justice.

Dommage que L'Express ne signale pas que la Justice, précisément sur la question de la publication des “enregistrements privés”, a donné raison à Mediapart et Edwy Plenel, au nom de la “légitime information du public”.

Le SNJ y revient dans son organe Le Journaliste (n°198-299, 3e et 4e trim. 2010) * :

Les révélations des journalistes de Médiapart dans les affaires Woerth/Bettencourt relèvent de la « légitime information du public ». Les juges ont ainsi, à deux reprises, légitimé la publication d'extraits des écoutes réalisées au domicile de la milliardaire. En rappelant l’équilibre nécessaire « entre le droit au respect à la vie privée et la liberté de l’information », ils sont dans le droit fil des textes européens et de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme sur la liberté de la presse, « pierre angulaire de la démocratie ».

Le SNJ s'était porté en justice aux côtés de Médiapart et de ses journalistes, dans la plainte en diffamation déposée contre le secrétaire général de l’UMP, qui s’était permis le 6 juillet 2010 de les accuser d’utiliser des "méthodes fascistes".

* LeJourn298-299_edito.pdf

22:58 Publié dans Presse, SNJ (national, régional) | Tags : déontologie, l'express, loi, snj

01 novembre 2010

Simone de Beauvoir ironise

Simone de Beauvoir, Les belles images (1966), Folio, p. 91 et 100.

« Sur un guéridon à côté d’elle, il y a des revues – Réalité, L’Express, Candide, Votre Jardin – et quelques livres : le Goncourt, le Renaudot. Des disques sont éparpillés sur le divan, bien que Dominique n’écoute jamais de musique.
[…]
Elle a l’air absente, elle répond distraitement à Mme Thirion tandis que les quatre autres s’installent autour d’une table de bridge ; Laurence ouvre L’Express : débitée en minces rubriques, l’actualité s’avale comme une tasse de lait ; aucune aspérité, rien n’accroche, rien n’écorche. Elle a sommeil, elle se lève avec empressement quand Thirion quitte la table de bridge en déclarant :
– Demain j’ai une journée chargée. Nous allons être obligés de partir.
– Moi je monte me coucher, dit-elle »

00:15 Publié dans Presse

14 juin 2010

Publireportages ?

A propos de L'Express du 9 juin 2010 “Bien manger avec Pierre Dukan” :

Ceci N’Est Pas (Du Tout) Un Publireportage” (Sebastien Fontenelle, politis.fr, 13 juin 2010)

09:05 Publié dans Presse | Tags : déontologie, l'express, métiers

28 mai 2010

L'Express et les grandes écoles : l'apprentissage du mélange des genres ?

Lire sur marianne2.fr

Le concours de l'Express, un drôle d'apprentissage (18 mai 2010)

23:37 Publié dans Presse | Tags : déontologie, l'express, métiers

25 février 2010

Soufrance au travail : Express-Roularta dans la “liste rouge”

Selon la Correspondance de la presse (23 février 2010), le groupe Express-Roularta est stupéfait de constater qu'il figure dans la liste rouge gouvernementale des risques psychosociaux (voir aussi Débat public : “Souffrance au travail chez les journalistes”)

Rassurons-nous : le ministère du Travail a retiré “de son site internet les listes des entreprises mal notées en matière de prévention du stress au travail” (AFP).

GER avance que “le questionnaire envoyé par le Ministère du Travail n'a jamais été reçu”. Contacté par GER, le ministère “a reconnu son erreur et nous a indiqué qu'il avait décidé de retirer le groupe de sa liste rouge.” Laquelle a de toute façon disparu...

Par ailleurs, GER insiste sur ses efforts quant à la “problématique du "stress au travail"” :

  • “priorité du CHSCT” (instance de représentation du personnel, ce n'est donc pas la direction qui en détermine seule l'ordre du jour...),
  • “formation spécifique”,
  • “plan d'action”,
  • “contact avec l'ARACT (association régionale pour l'amélioration des conditions de travail)”...

Diable ! Pourquoi ce déploiement, s'il n'y a pas de problème ?

00:05 Publié dans Presse | Tags : conditions de travail, chsct

23 février 2010

Le Vif/L'Express : un bilan riche d'enseignements

Jacques Gevers a dirigé la rédaction du Vif/L'Express jusque fin 2005, quand Roularta l'a écarté.

Ce fut un des épisodes de la crise du premier hebdomadaire belge francophone, “cousin” belge de L'Express, dont le propriétaire Roularta est devenu en 2006 celui de L'Express. Une crise qui continue encore aujourd'hui.

Jacques Gevers raconte ces années de crise dans “Vie d'un hebdo, mort d'un projet”, un article publié dans La matière et l'esprit, revue multidisciplinaire de l'Université de Mons-Hainaut (UMH). Thème de ce numéro (n° 12-13 de nov. 2009-av. 2010) : “Emotocratie: émotion, médias et pouvoir” (Pour commander la revue : voir La Matière et l'esprit).

Depuis sa parution, l'article de Jacques Gevers alimente en Belgique la réflexion sur les médias. Nous en publions ici des extraits qui font écho à la situation de ce côté-ci de la frontière.

Le pilotage de la rédaction a été modifié quatre fois en trois ans. L’équipe rédactionnelle a perdu 9 journalistes et deux graphistes, soit plus de la moitié de son effectif de 2005. Seule une partie d’entre eux a été remplacée. Le journal a également congédié deux de ses plus prestigieux collaborateurs extérieurs et en a perdu un troisième, orfèvre de l’écriture, après vingt-trois ans de chroniques littéraires. Le lectorat ne reconnaît plus le journal auquel il avait accordé sa confiance. Les ventes s’étiolent. Le recrutement d’abonnés est à la peine. On ne compte plus les messages où des femmes et des hommes, naguère lecteurs fidèles et enthousiastes, expriment leur désapprobation et leur dépit. L’« entreprise Vif », longtemps havre de paix sociale et média-phare pour les jeunes journalistes, est devenue un lieu de méfiance, de soupçon et de peur. [...]

La nomination de Faljaoui est remise en selle par les actionnaires. Ils demandent aux journalistes de l’écouter pour prendre, au moins, connaissance de son projet. La rédaction assiste alors à un long monologue truffé d’anglicismes. Le candidat se livre à une démolition en règle du Vif : « Tel sujet, c’était n’importe quoi. Telle couverture, ça vaut tout au plus un zéro pointé. » Au lieu de quoi, il propose d’implémenter une stratégie de benchmarking : « Il ne faut pas hésiter à acheter une grosse pile de newsmagazines, venus du monde entier. Voir ce qu’ils font, les scanner, retenir le meilleur et ne pas hésiter à s’en inspirer ! » Copier les autres ? C’est un peu court pour les journalistes du Vif, conscients d’avoir construit un projet original et plutôt fiers d’y travailler. [...]

Le moral, ainsi que la motivation et le dynamisme qui vont avec, ne sont pas les seuls à plonger. Pour la première fois, Le Vif commence à montrer les symptômes d’une entreprise mal gérée. L’absentéisme s’y répand, les congés pour maladie se multiplient. Certains journalistes ne sont plus relus, ou trop superficiellement. En conséquence, des articles parus dans Le Vif sont parfois peu compréhensibles. D’autres sont beaucoup trop longs, prenant un embonpoint sans rapport avec l’intérêt du sujet. En bref, la discipline se relâche. Les délais ne sont plus respectés. Des pages, voire des cahiers entiers parviennent à l’imprimerie avec plusieurs heures de retard, voire davantage. Quelques mois plus tard, ces dysfonctionnements vaudront au journal de se voir imposer une réorganisation dictée par les services techniques de Roularta, las de devoir improviser de coûteuses heures supplémentaires pour pallier les retards de la copie. [...]

Il faut donc « changer ». Quoi ? Un peu tout. Les titres trop prudents. Les analyses trop nuancées. Les couvertures internationales. Les sujets difficiles à expliquer. A la trappe, le Baromètre de l’économie IRES/Le Vif, la conjoncture, les finances publiques. Poubelle, les débats où l’on risque de se prendre la tête. Fini, les pages « Idées ». Virés, Bruno Dayez et sa chronique judiciaire, Jean Sloover et ses critiques d’essais. La politique ? Elle reste la bienvenue. Mais à la condition de privilégier désormais les acteurs, et non plus les enjeux. Les politiques, leur entourage, les têtes couronnées, les stars d’ici ou d’ailleurs, peu importe, pourvu que « les autres en parlent » aussi. Pleins feux sur les people, donc. N’essayez pas d’expliquer « l’impasse de la gauche » ou « les excès du libéralisme » ; racontez plutôt « pourquoi Di Rupo et Reynders se détestent », « comment Joëlle Milquet épuise ses collaborateurs » ou « ce que fait ‘Madame Non’ pour survivre dans cet univers de machos », « pourquoi Yves Leterme (ou le prince Laurent, Albert Frère, Tonton Tapis…) est insupportable »… La même préférence pour l’émotion et les ressorts psychologiques de l’actualité se manifeste dans la couverture de la tension communautaire croissante qui suit les élections fédérales du 10 juin 2007 : les Flamands et les francophones deviennent alors, en direct de la scène, les acteurs collectifs, anges ou démons, de ce grand spectacle qu’est désormais la vie publique. [...]

L’étau se referme le jeudi 22 janvier 2009. Ce jour-là, Amid Faljaoui notifie leur licenciement immédiat à quatre journalistes du Vif. Outre la rédactrice en chef Dorothée Klein, trois autres femmes font les frais de l’opération : Pascale Gruber (santé, médecine, société), Elisabeth Mertens (culture, numéros spéciaux) et Isabelle Philippon, coordinatrice de l’actualité politique, économique et sociale. L’opération est menée avec une brutalité médiévale et sa mise en scène témoigne d’un certain goût pour le roman de gare : pour que la « vidange » soit discrète, les quatre journalistes sont convoquées hors de leur lieu de travail, au siège de Roularta à Zellik. Interdiction leur est faite de remettre le pied à la rédaction. Car « J’ai horreur du concert des pleureuses », justifie Faljaoui. Elles disposeront de deux heures pour venir chercher leurs affaires, samedi, quand les bâtiments sont vides. Sous la surveillance d’un gardien de sécurité qui, nanti d’instructions précises, garde l’oeil rivé à sa montre et houspille sans ménagement les traînardes. [...]

Avant même d’être un homme de presse, Rik De Nolf est un homme d’affaires. En l’occurrence, un marchand d’espaces publicitaires. A ce titre, il est évidemment très sensible à la diffusion et à l’audience de ses publications, puisque le prix auquel un espace publicitaire peut être vendu est fonction du nombre de personnes susceptibles d’être atteintes par la publicité qui y prendra place. Or, en 2005, les chiffres de diffusion du Vif, sans être alarmants, montrent une érosion légère mais continue depuis quatre ans, malgré les efforts fournis par la rédaction pour renouveler la formule de l’hebdomadaire en 2004. Répétons-le : ce tassement des ventes du Vif est sans commune mesure avec le recul qui affecte l’ensemble de la presse écrite depuis une décennie. Que fait le propriétaire d’une écurie quand un jeune cheval avenant piaffe à l’étroit dans son box ? Il lui donne de l’air et mise sur lui pour emporter des compétitions plus difficiles. C’est exactement ce que Rik De Nolf va faire avec Amid Faljaoui. D’autant plus volontiers que le poulain est bon vendeur : il sait dire au maître les mots que ce dernier a envie d’entendre, dans le langage managérial qui lui est familier. A chaque fois qu’il a l’occasion de rencontrer De Nolf (et il excelle à n’en rater aucune), Faljaoui ne manque pas de dénigrer les derniers numéros du Vif. Et d’expliquer au CEO ce qu’il aurait fait, lui, pour « rafler la mise » en librairie. C’est dans ce « panneau » que tombera Rik De Nolf, cédant à l’ambition de celui qui lui promettait monts et merveilles. Mais sans anticiper, semble-t-il, les conséquences qui résulteraient de sa précipitation. [...]

Nous pensions, nous pensons en effet qu’un bon journal ne doit pas se fonder sur l’obsession permanente de rencontrer au plus près les attentes présumées du plus grand nombre, mais sur la qualité d’un projet élaboré avec conviction par une équipe forte, qui le propose à l’adhésion du public. C’est sur ce postulat que Le Vif/L’Express a construit son succès pendant plus de quinze ans. [...]

Et L’Express ? A ce moment-là, le groupe français était encore toujours propriétaire de 50% du Vif. Il aurait donc pu tempérer l’enthousiasme de Rik De Nolf, attirer son attention sur les risques d’une décapitation du Vif, voire refuser tout simplement qu’on joue l’hebdo à la roulette russe. Ça, c’est pour la théorie. Car, dans la réalité, à la fin de l’année 2005, L’Express n’a plus grand-chose à dire au Vif. Roularta vient en effet d’acquérir, auprès de son propriétaire Socpresse-Dassault, 35% du capital du Groupe Express-Expansion (GEE), dont L’Express est une filiale. Et le président du directoire du GEE, Denis Jeambar, par ailleurs directeur de la rédaction de L’Express, n’attend qu’une chose : que Roularta prenne le contrôle de la totalité de L’Express. Il y travaille assidûment, aidant De Nolf sans réserve à la réalisation du projet. Par cette opération, Jeambar cherche à ce que son groupe échappe au contrôle de son actionnaire majoritaire, la société Socpresse-Dassault. Et, surtout, aux foucades de son président, Serge Dassault. Face à cet avionneur et fabricant d’armements parfois imprévisible, Roularta, disait-il, apporterait à L’Express la perspective rassurante d’un actionnariat stable, dans le domaine de l’édition. A titre plus personnel, Jeambar voit l’intégration au groupe de Rik De Nolf comme une garantie pour son propre avenir. Du moins le croit-il. Toujours est-il qu’en cette fin d’année 2005, Jeambar n’a rien à refuser à Nolf, dont il est l’obligé. Aurait-il une objection à formuler qu’il s’en abstiendrait précautionneusement : les risques encourus par Le Vif/L’Express ne peuvent alors se mesurer aux grands enjeux des groupes de presse et des mouvements de capitaux à l’échelle européenne. Cette toile de fond est indispensable à la compréhension des événements qui ont affecté Le Vif. [...]

00:14 Publié dans Presse | Tags : actionnaire, le vif, l'express

29 janvier 2010

lexpress.fr suspend le passage au payant

Lexpress.fr ne devrait finalement pas devenir payant” (lexpansion.com, 22 jan. 10)

Plusieurs sites de presse repoussent le passage au payant” (Le Monde, 21 jan. 10)

Rien à voir :

Air France/obèses : Barbier contesté” (Arrêt sur images, 26 jan. 10)

Tu te laisses aller !” (Le Monde, 28 jan. 10)

21:18 Publié dans Presse | Tags : économies, l'express, web

11 janvier 2010

La carte de presse : comment ça marche ?

Journalisme, la carte par le menu” (Libération, 8 jan. 10)

21:52 Publié dans Presse | Tags : représentants du personnel, snj