Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 avril 2018

"L'Express" : brutale fusion des rédactions "print" et "digital"

« L’Express demain », c’est parti !

Cinq mois après le déménagement des rédactions à Balard, les équipes rédactionnelles « print » et « digitale » ont fusionné. Le projet « L’Express demain » porté par Guillaume Dubois, devient le nouvel Express, qui sera quotidien avec deux éditions : une le matin et une le soir. Uniquement sur smartphone, tablette et internet.

Ah oui : sur papier, une fois par semaine, avec la reprise de certains articles pour le contenu. Autant dire que ce changement de paradigme a provoqué plusieurs vagues d’émotion dans les équipes, pardon dans l’équipe désormais une et indivisible.

Pas de départ des rédactions

Le pire a été évité puisque pour la première fois depuis plusieurs années, il n’y a pas eu de départ. Certes, tous les journalistes rémunérés à la pige qui assuraient le travail sur le web le week-end et les jours fériés devraient être convoqués par la direction pour une solution individualisée. Les autres journalistes se retrouvent par service pour travailler désormais ensemble.

Mais le flou perceptible au niveau de la ligne éditoriale, le circuit de la copie entre rédacteurs et service technique n’en finissent pas d’inquiéter une équipe prête à se lancer dans cette aventure commune, mais sans réponse satisfaisante à ses nombreuses interrogations.

Sur place, de nouveaux déménagements (« micro-zoning » dit-on dans les instances représentatives du personnel) ont récemment eu lieu pour que la mayonnaise puisse prendre. Les premières heures de la nouvelle formule digitale de L’Express seront scrutées tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la rédaction.

Des départs chez AMP en cours, et annoncés pour Point de Vue

Mais d’autres services disparaissent de la galaxie Groupe L’Express. Ainsi, au sein d’AMP (Altice Media Publicité),  ce sont 33 départs « volontaires » en cours depuis le début de l’année. Il y a moins d’un an, devant les instances représentatives du personnel, la direction avait parlé d’une grande régie.

Demi-tour total quelques mois plus tard. De plus, avec la vente de Point de Vue (l’information-consultation est en cours), 29 personnes (hors pigistes) supplémentaires quitteront les locaux. Sans cri, ni heurt, les départs s’égrènent au fil des mois depuis le rachat de GER en juin 2015. 

02 novembre 2017

Châteaudun, c’est fini, L’Express est maintenant à l’Altice campus

Le déménagement s’est déroulé le week-end des 28 et 29 octobre 2017. Après maints reports, des discussions sans fin sur les capacités octroyées à chaque salarié d’emmener quelques affaires de sa vie précédente rue de Châteaudun, les camions de déménagement ont pris le relais. Sans enthousiasme du côté des journalistes, même si les ventes de L’Etudiant et des autres titres ont peu à peu vidé l’immeuble.

Fin septembre, L’Etudiant partait à Boulogne dans les locaux de Marc Laufer. Puis début octobre, Lire, Classica, Pianiste, Les Côtés, La Lettre de L’Expansion, Mieux Vivre Votre Argent, Studio Ciné Live, Job Rencontres et le Salon du Travail. Puis Libération, quelques jours avant L’Express et Point de Vue (dont on annonce sans cesse la vente sans pourtant qu’aucune info-consultation ne soit à l’ordre du jour).

Désormais à l’Altice Campus - comme aime à le rappeler la direction -, au 2 rue du Général Alain de Boissieu dans le 15e arrondissement, les salariés de L’Express vont apprendre à parler SFR, qui prendra bientôt le nom d’Altice. Les journalistes partageront le 5e étage avec ceux de Libération. Et à partir de janvier 2018, ce sera « digital first », avec la fusion des deux rédactions de L’Express : print et web.

Lire aussi Le groupe L’Express démantelé, L’Etudiant sur le point d’être vendu à Marc Laufer (ex-PDG du groupe).

13 octobre 2017

L’intersyndicale CGT-CFDT rompt l’unité syndicale au CHSCT

Pour la première fois le SNJ ne compte pas d’élu au CHSCT. Non qu’il n’en a pas présenté aux élections qui ont partiellement renouvelé cette instance le 5 octobre dernier, mais parce que les trois postes laissés par trois membres de SNJ-SUD, partis dans le cadre des cessions des titres de L’Etudiant et Mieux Vivre Votre Argent ont exclusivement été remplacés par des membres présentés par la CGT-CFDT.  
 
Cette volonté assumée de mettre à l’écart le SNJ, premier syndicat des journalistes dans la profession et qui compte  55 % de suffrages lors des élections professionnelles dans notre entreprise, le 14 avril 2016, rompt avec l’unité syndicale traditionnellement affichée au sein du CHSCT. Elle montre les intentions d’hyperpuissance d’une intersyndicale archaïque et régressive dont certains affidés ont depuis longtemps oublié les valeurs des syndicats dont ils portent les couleurs.
 
Cette volonté de consanguinité syndicale est en opposition totale avec le réformisme affiché du SNJ qui, lors de la précédente mandature du CHSCT, avait trois élus dont le poste de secrétaire du CHSCT. Par esprit d’ouverture et de travail syndical performant, le secrétaire du CE avait proposé qu’il y ait une secrétaire-adjointe d’un autre syndicat. L’idée avait séduit et un travail collaboratif s’était engagé.
 
Ce travail d’ouverture et de défense des salariés sans exclusive et sans vérifier les adhésions des travailleuses et travailleurs du Groupe L’Express se poursuivra par l’intermédiaire d’une représentante syndicale du SNJ, présente au CHSCT à toutes les réunions – autant que son emploi du temps de journaliste rémunérée à la pige et reporter sur le terrain le lui permettra.

15 juillet 2017

Le groupe L’Express démantelé

Deux ans après l’acquisition du Groupe Express Roularta par l’opérateur téléphonique SFR, les proches de Patrick Drahi revendent les titres « par appartement ». L’Express et Point de Vue resteront dans le giron de SFR qui prendra prochainement le nom d’Altice.

Juin est un mois clé pour L’Express. Altice Media Groupe fait l’acquisition du Groupe Express Roularta le 9 juin 2015 : son directeur exécutif est Marc Laufer qui, par un PSE mené au pas de charge, va amoindrir les équipes de tous les titres. Les « transversaux » (informatique, DRH…) sont les plus touchés. Mais pas seulement : la clause de cession a connu un réel succès. En deux ans, L’Express a perdu 45 % de journalistes qui ne sont pas remplacés. L’Expansion n’y survit pas, sa version papier disparaît en janvier 2017. Seule consolation : ses journalistes sont intégrés à l’équipe technique et au service « économie » de L’Express.

Rédactions exsangues

Deuxième épisode : Les rédactions sont exsangues. Le Groupe L’Express Roularta est devenu Groupe Altice, le DRH viré, et Christophe Barbier débarqué de son poste de directeur des rédactions. Remplacé par Guillaume Dubois, ex-journaliste et ex-DG de BFMTV, proche d’Alain Weill, patron de NextRadioTV (notamment RMC et BFMTV). Le même Alain Weill démissionne Marc Laufer 364 jours après l’acquisition de GER, le 8 juin 2016. Six mois plus tard, on ne parle plus du Groupe Altice mais du Groupe L’Express et Marc Laufer est revenu en grâce. Le 28 avril 2017, il achète le Groupe L’Etudiant. Pas de suppression de poste, mais les accords d’entreprise doivent être renégociés. Le pire est à prévoir.

La grande braderie

Troisième round : « Seuls L’Express et Libération ne seront pas vendus ». L’antienne a été maintes fois répétée en DUP [Délégation unique du personnel] par François Dieulesaint, DG du Groupe L’Express. Le dépeçage en cours, est annoncé lors de la réunion extraordinaire du 14 juin 2017. François Dieulesaint change de casquette. Le DG devient propriétaire des titres Les Côtés, son compère de toujours, l’insatiable Marc Laufer, de Job Rencontres et du Salon du travail. Mieux Vivre Votre Argent est acheté par Valmonde, La Lettre de l’Expansion par Wansquare (Le Figaro), Studio Ciné Live par Première Media. Lire, Classica et Pianiste sont récupérés par  JJ. Augier et S. Chabenat. Au moins 60 salariés dont 45 journalistes temps plein sont concernés.

L’info-consultation commence sur la base : « tout le monde est repris » pour un an au moins. « L’avenir de ces titres sera mieux assuré dans des entreprises de taille moyenne », justifie la direction qui lâche aussi que « le prix de cession n'a pas été notre motivation, nous n'avons pas fait de plus-value ». L’Express et Point de Vue resteront dans le giron de SFR qui devrait s’appeler Altice. Au pas de charge, comme toujours : « l'inquiétude des salariés est légitime mais la décision rationnelle est d'aller vers la concentration ». Avec un objectif : « l'entreprise est condamnée à la croissance ». Les équipes désabusées déménageront sur le même site que Libération et NextradioTV en bord de périphérique. Quatrième chapitre. En octobre cette fois-ci. Sauf changement dont les dirigeants ont le secret.

(Article paru dans Le Journaliste n°325, trimestriel du SNJ, juin 2017).

25 novembre 2016

L’Etudiant sur le point d’être vendu à Marc Laufer (ex-PDG du groupe)

Alain Weill, nouveau patron du Groupe L’Express, n’a pas de temps à perdre : il vient de supprimer le magazine L’Expansion et devrait rapidement vendre le groupe L’Etudiant. Celui-ci appartenait au  groupe belge Roularta et avait été intégré dans le Groupe Express Roularta. Rappelez-vous… Le 17 juin 2008, nous écrivions : « L’arrivée prochaine sur le site de Châteaudun du Groupe L’Etudiant (qui perd au passage 33 % de ses mètres carrés) et les réaménagements en cours sont une aubaine pour la direction : elles lui permettent de justifier l’entassement, les mutualisations et les suppressions de postes en catimini ».  La mutualisation des équipes « transversales » (DRH, comptabilité, paye, DSI, services généraux…) a été rapidement faite et L’Etudiant a perdu ces forces.
 
La filialisation de L’Eudiant peu après le rachat de GER
 
Puis GER  a été vendu en juin 2015 et il est devenu le Groupe Altice Media (GAM). Immédiatement, la filialisation de l’Etudiant a été mise à l’ordre du jour. Le 5 novembre 2015, alors que les négociations concernant le PSE avaient commencé, nous écrivions : « EVITER LES FILIALISATIONS. Rien ne justifie que la Régie et L’Etudiant soient filialisés… si ce n’est le projet de la direction de dénoncer leurs conventions collectives ! Nous sommes donc fermement opposés à ces projets, économiquement hasardeux et socialement néfastes. Si la direction s’entête, il lui faudra justifier – et chiffrer ! – les résultats qu’elle en attend. »
 
Un an après, les choses sont claires : la filialisation de L’Etudiant a été menée pour que le groupe puisse être vendu, avec des conventions collectives moins-disantes pour les non-journalistes et des salaires au plancher pour ces derniers.  
 
Marc Laufer serait l’acheteur
 
La direction l’a annoncé lors du CE extraordinaire du 23 novembre 2016 : Marc Laufer, ex-patron de GAM, qui a abandonné ses mandats le 9 novembre dernier au profit d’Alain Weill, serait en négociations « avancées » pour acquérir L’Etudiant. Ce faux départ, 18 mois après son arrivée à la tête de GAM, cache sans doute de vrais projets qui ne sont pas pour rassurer les équipes de L’Etudiant. Les élus du SNJ et de SUD, qui seront convoqués à l’info-consultation, sitôt l’acte de vente signé, refusent que des conséquences sociales accompagnent ce nouvel épisode d’achat/réorganisation dans le cercle très proche de Patrick Drahi. Et veilleront à ce que les problèmes psycho-sociaux ne soient pas la première maladie des salariés de L’Etudiant.

24 novembre 2016

Avis de décès : L’Expansion est mort à l’âge de 50 ans

 

13 novembre 2016

Exit GAM et Marc Laufer, le nouveau patron du Groupe L’Express est Alain Weill

01:40 | Tags : actionnaire, l'express

05 septembre 2016

SNJ et SUD soutiennent les salariés de SFR

SNJ  SUD 

Face à l'ampleur du projet de suppressions de postes dans le groupe SFR NUMERICABLE, et aux 5 000 licenciements "volontaires" décidés par la direction du groupe, les sections syndicales SNJ et SUD, du Groupe Altice Média, filiale de SFR Presse, apportent tout leur soutien aux salariés et aux syndicats du Groupe SFR dans leur mobilisation du 6 septembre 2016 pour imposer d’autres choix en termes d’emploi, de salaires, de conditions de travail et de qualité de service. 

02 août 2016

Un secrétaire SNJ à la tête du CHSCT

Le CHSCT (Comité Hygiène, Sécurité et Conditions de travail) vient d'être élu. Il s'est doté d'un nouveau secrétaire, Eric Lamien (SNJ).

Les membres du CHSCT exercent un rôle prépondérant dans les instances représentatives du personnel. Ils ont  en particulier pour tâche de veiller au respect des règles de santé et sécurité au travail, à savoir la protection de la santé physique et mentale des salariés. Ils ont pour mission de contrôler que la réglementation, en perpétuelle évolution, est respectée par l'employeur. Enfin, ils peuvent proposer des améliorations pour les conditions de travail.

Après le mariage avec SFR, le déménagement…

L’intégration du Groupe Altice Media à SFR, récemment réalisée, se met en place, avec la création de SFR Presse (avec notamment les titres de GAM). Puis viendra le temps du déménagement annoncé par la direction de la rue de Châteaudun sur un nouveau site, sans toutefois qu’une date soit arrêtée.
Avant la mise en œuvre de ce changement de lieu de travail, vos élus SNJ et SUD du CHSCH, aux côtés de ceux de la DUP (délégation unique du personnel) seront convoqués par la direction. Ils multiplieront les réunions de travail où les projets concrets seront détaillés.
Vos élus auront à cœur de vérifier que cette modification importante dans la vie de chaque salarié de l’entreprise (et pas seulement sur le plan des transports) sera conforme aux obligations de l’employeur. Ils étudieront les objectifs de la direction et proposeront des solutions dans un combat qui s’annonce âpre.

15 avril 2016

SNJ-SUD-FO majoritaires chez les journalistes !

12 avril 2016

Pour imposer une autre voix, votez SNJ-SUD-FO

SNJ  SUD  FO    ELECTIONS DU 14 AVRIL 2016    Second Tour

Pour imposer une autre voix, votez SNJ-SUD-FO

PSE, accords d’entreprise en sursis, baisse des salaires, précarisation des salariés, flexibilisation du temps de travail… ce qui se passe aujourd’hui à GAM et dans ses filiales est un avant-goût de ce que nous promet la loi El Khomri si elle est adoptée par les députés en mai prochain. Parmi tous les reculs qu’il comporte, le texte prévoit de donner la priorité aux accords d’entreprise sur les accords de branche et sur la loi, ce qui fait peser un risque considérable sur les garanties collectives et individuelles des salariés.

Comment une liste de candidats réunissant sous la bannière d’« intersyndicale CFDT-CGT » un syndicat « réformiste », partisan du projet de loi El Khomri, et un autre, qui s’y oppose, prétend-elle défendre efficacement les intérêts des salariés de GAM ? Par quel miracle ces candidats pourraient-ils dépasser cette ligne de rupture sur un sujet aussi fondamental que la réforme du Code du travail!?

Les élus SUD, SNJ et FO ont toujours combattu ensemble, en cohérence avec les orientations nationales de leurs syndicats. Au sein des instances représentatives du personnel et en négociations, ils ont défendu, sans effets de manche ni faux-semblants, les droits collectifs et individuels des salariés du groupe, en ne reniant jamais leurs principes ni leurs convictions.

Ils n’ont cessé de s’opposer aux projets et aux décisions de la direction qui menaçaient le fonctionnement et les conditions de travail dans les rédactions, l’identité et la qualité des titres : mutualisations, réorganisations successives de la rédaction de lexpress.fr, départs non remplacés, recours abusif aux CCD d’usage, baisse des moyens. Ils ont bataillé pour faire respecter les droits des journalistes, en négociant au mieux l’accord droits d’auteur.

Dans ce contexte très inquiétant, et face à une direction qui n’a d’autre politique que la recherche du moindre coût, les salariés de GAM et de ses filiales ont besoin d’élus présents, engagés et combatifs.

Les rédactions, qui sont sorties encore plus affaiblies par le PSE, ont besoin d’élus qui n’hésitent pas à les soutenir.

VOTEZ POUR LA LISTE SNJ-SUD-FO.

Elections_GAM_2eTour_SNJ_SUD_FO_2.pdf

11 avril 2016

"Panama papers" et Drahi : "Le Monde" cite SNJ et Sud du Groupe Express

"[...] D’un paradis fiscal l’autre, la donne n’avait guère changé pour Patrick Drahi, toujours accusé par l’un des syndicats de journalistes de L’Express, le SNJ, de domicilier ses activités médias dans une coquille offshore afin d’« alléger [s] a fiscalité » et de « faire circuler l’argent à l’abri des regards ». [...]"

04 avril 2016

Votez au 2e tour !

SNJ  SUD  FO    ELECTIONS DU 31 MARS 2016 14 AVRIL 2016

Merci d’avoir voté pour nous au premier tour, nous sommes majoritaires chez les journalistes avec 55 % des voix ! Hélas, le quorum n’a pas été atteint. Nous avons besoin de vous pour confirmer ces résultats.

À vos enveloppes pour le deuxième tour, par correspondance, ou, le 14 avril, rue de Châteaudun.

VOTEZ au 2nd tour !

160404snjSudFo2eTour.pdf

30 mars 2016

Ne laissez pas les choses se décider sans vous. Votez pour la liste SNJ, SUD et FO

SNJ  SUD  FO    ELECTIONS DU 31 MARS 2016

Demain nous élisons les élus au CE, ne laissez pas les choses se décider sans vous. Quels que soient votre poste, votre statut, vous êtes concernés, ne bradez pas vos droits et vos conditions de travail :
votez pour la liste SNJ, SUD et FO
Les candidats se battront pour garantir des conditions de travail décentes.

Elections_GAM_2016_SNJ-SUD-FO_4.pdf

Dites non à un avenir low cost, votez pour la liste SNJ, SUD et FO

SNJ  SUD  FO    ELECTIONS DU 31 MARS 2016

Dites non à un avenir low cost,

votez pour la liste SNJ, SUD et FO

 

GAM, un groupe aux méthodes brutales

Les méthodes de SFR ont fait école à GAM, qui a une forte tendance à vivre à crédit sur le dos des fournisseurs, des photographes, des illustrateurs… en allongeant ses délais de paiement, voire en ne payant plus du tout ses factures. Les 23 et 24 mars derniers, des fournisseurs acculés organisaient un sit-in devant l’immeuble.

Cette « gestion » ne met pas seulement en danger les prestataires de GAM, elle met aussi en péril nos activités, la sortie de nos titres et de nos produits. A l’exemple du mensuel Classica, qui a vu sa sortie différée de plusieurs jours, faute des CD joints, qui n’avaient pas été payés au fournisseur.

Des services et des rédactions à la peine

Les services, réduits à peau de chagrin, fonctionnent grâce aux quelques « rescapés » de l’externalisation, surchargés de travail. Dans les petites rédactions, qui n’ont pas été épargnées par le PSE, on affecte sur les anciens postes en CDI des précaires sous-payés, et les titulaires qui ont la « chance » d’avoir gardé leur emploi héritent des tâches et des responsabilités des partants. A tous les étages, on voit des activités reposer sur ces équipes livrées à elles-mêmes par une direction qui les a oubliées. Les conséquences de cette gestion sociale ? Des salariés qui craquent, bien sûr, et une destruction de la qualité et de la valeur de ce que nous faisons.

Un « dialogue social » qui dérape : délits d’entrave à répétition

A l’époque de GER, la direction avait pris de nombreuses décisions sans consulter les instances représentatives du personnel. Avec Altice, la pratique s’enracine : baisse des tarifs des CDD imposée sans aucune discussion avec les élus, réaménagement du 2e étage pour l’arrivée de Libération, résiliation du bail des bureaux de Côté Sud, à Cannes… Et qu’en est-il des déménagements/réaménagements programmés ?

À GAM rien n’augmente, sauf la charge de travail

Nous sommes passés de l’ère Roularta, où la direction préférait verser des dividendes aux actionnaires plutôt que d’investir et d’augmenter les salaires, à l’ère GAM, où les revalorisations salariales ressemblent plutôt à de la stagnation, voire à des baisses, malgré les moyens du patron d’Altice, Patrick Drahi.

Nous ne nous résignons pas à cette politique low cost, nous demandons :

  • des augmentations collectives,
  • la revalorisation des bas salaires,
  • la réduction des inégalités salariales hommes-femmes.

Pour faire cesser la gestion brutale et destructrice de GAM, votez pour les candidats SNJ, SUD et FO.

 

Elections_GAM_2016_SNJ_SUD_FO_3.pdf