Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 mai 2011

6 millions aux actionnaires... Et nous ?

SNJ SUD FO

6 millions aux actionnaires...

Et nous ?

Lors du dernier CE (29 avril), les élus du SNJ ont demandé la réouverture de la négociation salariale, suite à la pétition signée par 300 salariés et soutenue par le SNJ, FO et SUD. Une revendication d’autant plus légitime que Roularta Media Group va distribuer 6 millions d’euros à ses actionnaires. Nous regrettons de ne pas avoir pu aboutir à un front syndical commun afin d’obtenir la réouverture de cette négociation.

La direction a refusé notre demande en nous renvoyant aux résultats des négociations sur l’intéressement et sur la création d’un Perco (plan d’épargne retraite collectif), qui, selon elle, « récompenseront » les efforts des salariés.

Cela ne peut constituer une réponse sérieuse au problème de la perte de notre pouvoir d’achat (alors que l’inflation annuelle était déjà de + 2 % fin mars, la direction n’a accordé que de 0,5 à 1,5 % de hausses de salaires). D’abord parce que l’intéressement est aléatoire et qu’il a des effets pervers : les résultats qui le déterminent sont améliorés... par la compression de la masse salariale. Ensuite, parce que faire miroiter un Perco, c’est escamoter un principe de base : le meilleur garant pour nos retraites de demain, c’est le bon niveau de nos salaires d’aujourd’hui !

Même si l’intéressement et le Perco ne peuvent en aucun cas satisfaire notre demande d’une politique salariale fondée sur de vraies augmentations collectives, le SNJ, soutenu par FO et SUD, continuera de se battre pour défendre les intérêts des salariés au cours des négociations concernant ces deux dispositifs.


NÉGOCIATION SUR L’INTÉRESSEMENT

Ce que nous voulons

La direction proposait de reconduire l’ancien accord d’intéressement, caduc depuis 2009, en modifiant légèrement la base de calcul du montant global. Les premières discussions ont déjà permis au SNJ d’avancer des propositions sur plusieurs points qui peuvent améliorer de manière significative l’ancien accord. Nous vous tiendrons informés des avancées de cette négociation.

UNE RÉPARTITION ÉGALE DE L’INTÉRESSEMENT

Nous avons demandé que l’intéressement soit réparti de manière uniforme, et non pas proportionnellement au salaire, afin d’obtenir une même somme pour tous. Que nous soyons en CDI, en CDD ou pigistes, seul le temps de présence dans l’entreprise doit compter, car les résultats de GER sont le fruit d’un travail collectif. Il n’y a pas de raison que les hauts salaires soient favorisés.

INCLURE TOUS LES PIGISTES

La direction proposait que les pigistes touchent de l’intéressement s’ils gagnent au moins 7 000 euros sur une année. Un niveau que nous estimons discriminatoire puisque cette condition de salaire minimal n’est pas demandée aux autres catégories de salariés. Nous avons réclamé que l’intéressement soit ouvert aux pigistes ayant eu trois bulletins de paie dans l’année (ce qui est une condition légale).

AMÉLIORER LE DÉCLENCHEMENT ET LE MONTANT DE L’INTÉRESSEMENT

Nous avons demandé que le seuil de déclenchement de l’intéressement soit abaissé à 1 million d’euros de résultat d’exploitation (au lieu de 3 millions aujourd’hui) pour permettre d’en toucher plus souvent. En outre, partageant le point de vue de la CGT et de la CFDT, nous demandons que soit triplé le pourcentage du montant redistribuable aux salariés (qui passerait de 6 à 18 %).

ROMPRE LE LIEN ENTRE L’INTÉRESSEMENT ET LA PARTICIPATION

Légalement, il n’existe aucun lien entre ces deux dispositifs. Pourtant, la direction l’établit en voulant imposer le principe suivant : si la somme à répartir était inférieur à la participation, l’intéressement ne serait pas dû ; s’il était supérieur à la participation, seule la partie dépassant la somme attribuée à la participation serait due.

Pour nous, l’intéressement doit être un vrai « plus ». L’accord doit dissocier participation et intéressement afin de permettre le paiement intégral des deux primes.


110517snjsudfoSalairesInteressement.pdf

29 avril 2011

Salaires : la direction doit rouvrir des négociations !

SNJ FO SUD

300 signatures pour une augmentation des salaires

La direction doit rouvrir des négociations !

- En trois jours, vous avez été près de 300 à signer la pétition réclamant la poursuite des négociations sur les salaires. C’est un vrai succès pour cette action décidée par l’assemblée générale des salariés de GER, réunie le 31mars dernier, à l’initiative du SNJ, de SUD et de FO.

Ce résultat montre qu’une forte exigence existe chez les salariés. Et si tous les syndicats avaient participé à cette action, le nombre de signatures aurait sans nul doute été plus important. Forts de votre soutien, nous demandons à la direction de revenir à la table des négociations avec des propositions sérieuses.

- Entre-temps, d’autres négociations se sont ouvertes : sur l’intéressement et sur la création d’un Perco (plan d’épargne retraite collectif).

Pour le SNJ, SUD et FO, c’est un marché de dupes : la direction a intérêt à privilégier ces dispositifs, qui, à la différence des salaires, sont partiellement ou totalement exonérés de cotisations sociales (retraite, maladie, etc.) et ne sont pas pérennes. Il n’est donc pas question pour nous d’abandonner la revendication salariale pour d’hypothétiques revenus par l’intéressement ou des plans d’épargne.

- Concernant le Perco, ce que verse l’entreprise est étroitement lié à ce que le salarié lui-même est capable d’apporter. Ainsi, seuls les hauts revenus (ceux qui peuvent verser une somme conséquente) pourraient tirer leur épingle du jeu. De plus, cette épargne défiscalisée et exonérée de cotisations sociales aggrave le déficit des régimes sociaux, et, en particulier, celui des caisses de retraite.

- Quant à l’intéressement, qui associe les salariés aux résultats de l’entreprise, le SNJ, SUD et FO revendiquent un mode de calcul qui permette une distribution la plus importante et la plus égalitaire possible, notamment en prenant mieux en compte la contribution des pigistes et des précaires. Notre préférence va à un intéressement en valeur absolue, et non pas proportionnel au salaire qui avantage les hauts revenus.

Quoi qu’il en soit, pour le SNJ, SUD et FO, la priorité est aujourd’hui encore aux salaires.

A l’heure où le coût de la vie explose, les mesures sur l’intéressement ou le Perco ne peuvent pas maintenir le pouvoir d’achat.

Mobilisons-nous tous ensemble
pour de vraies hausses de salaires !

SNJ FO SUD 28 avril 2011

110428snjfosudSalaires.pdf

05 avril 2011

Pétition pour de vraies hausses de salaires

L'Assemblée générale des salariés le 31 mars a décidé que la première action des salariés pour de vraies augmentations collectives des salaires prendrait la forme d'une pétition. Le texte suivant est proposé à la signature dans les entrées de l'entreprise, 23 et 29 rue de Chateaudun, pendant la semaine du 4 au 8 avril, à l'heure du déjeuner.


Avril 2011

Pétition pour de vraies hausses de salaires

Les résultats financiers de Roularta sont excellents, permettant de distribuer aux actionnaires 6 millions d'euros. En revanche, pour les salarié(e)s, la négociation annuelle sur les salaires à GER n'a pas abouti et la direction a décidé d'augmentations collectives de quelques euros seulement. Encore une année où ces augmentations sont bien inférieures à la hausse du coût de la vie ! Or, dans des entreprises comparables (Prisma, Mondadori, Le Point...), les salarié(e)s ont obtenu des augmentations collectives plus importantes.

Salarié(e) de GER, je demande la poursuite de la négociation sur les salaires pour obtenir de véritables augmentations collectives.

Prénom Nom     Signature

 

110405salairesPetition.pdf

29 mars 2011

Ensemble, pour de vraies hausses de salaires !

SNJ FO SUD

AG jeudi 31 mars à 12 h

Ensemble, pour de vraies hausses de salaires !

Roularta Media Group vient d’afficher des résultats « radieux » (1) pour 2010. Ses actionnaires vont bénéficier de 6 millions d’euros versés sous forme de dividendes.

La direction de GER, elle, ne propose que des miettes à ses salariés: 0,50 % à 1,5 % d’augmentation*, alors que l’inflation a été de 1,8 % en 2010. C’est indécent !

L’ensemble des syndicats de GER sont d’accord pour dire qu’on est très loin du compte.

Mais il ne faut pas en rester aux protestations verbales. Comme l’ont déjà fait avec succès les salariés des groupes Mondadori et Prisma (2), mobilisons-nous pour obtenir de vraies augmentations de salaires. C’est possible si toutes les organisations de GER s’y mettent.

Battons-nous pour :

  • 150 euros pour les bas salaires (moins de 2000 euros mensuels),
  • 100 euros pour les salaires au-dessus de 2000 euros

Le SNJ, SUD et FO proposent à tous les salariés et aux autres syndicats de participer à une réunion d’information et de mobilisation,

le jeudi 31 mars à 12 heures,
salle du sixième étage

(1) Extrait du communiqué publié le 21 mars sur le site Trend.be
« Roularta affiche un résultat 2010 radieux
, avec une flambée de son bénéfice net courant et la progression de tous ses titres, en particulier de ses sites Internet. Roularta a clôturé son exercice 2010 sur un chiffre d’affaires de 710 millions, en progression de 2,2 %. Le résultat net du groupe, lui, s’est affiché à 30,9 millions d’euros, à comparer à la perte de 4,2 millions qui avait marqué l’exercice 2009. La division médias imprimés (presse gratuite, journaux et magazines) a vu son chiffre d’affaires progresser de 0,9 %, à 544,9 millions d’euros tandis que son résultat net est passé d’une perte de 16,8 millions à un bénéfice de 12,1 millions d’euros. »
(à noter la hausse spectaculaire de la rentabilité du groupe, due pour l’essentiel, aux efforts fournis par les salariés, ayant subi austérité salariale, diminution des effectifs, dégradation des conditions de travail et diminution du nombre de jours de RTT).

(2) Les 1000 salariés de la filiale française de Mondadori (Grazia, Télé Star, Closer, 344 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010) ont obtenu des augmentations de salaire de 1,35 % à 4,1 % applicables à 70 % des salariés correspondant à une augmentation de 2,66 % de la masse salariale. Ils ont également obtenu une prime d’intéressement de 300 euros.
Ci-contre, un extrait du tract distribué au Groupe Prisma dont les salariés ont obtenu 106 euros brut pour les salaires inférieurs à 3000 euros et 70 euros pour les salaires compris entre 3000 et 4500 euros, avec un complément rétroactif de 36 euros en cas de stabilité du chiffre d’affaires en fin d’année. Les salariés de Prisma ont aussi obtenu des mesures de rattrapage salarial pour les bas salaires et pour les salariés n’ayant pas eu d’augmentation depuis cinq ans.

SNJ FO SUD 29 mars 2011

* http://snjexpress.hautetfort.com


110329snjfosudSalaires.pdf

15 février 2011

Salaires : tout change pour que rien ne change

La dernière réunion de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires s’est tenue le 14 février 2011. La direction a fait sa dernière proposition d’augmentation collective :

  • moins de 2000 e. (salaire brut) : + 1,5 %
    (selon la direction, 61 salariés sont concernés)
  • de 2000 à 3000 e. : + 1 %
    (238 salariés concernés)
  • de 3000 à 4000 e. : + 0,5 %
    (205 salariés concernés)
  • plus de 4000 e. : rien

70 % des salariés (hors CDD et journalistes pigistes) seraient donc concernés par une augmentation collective.

Les représentants du SNJ ont relevé que ces propositions signifient, pour ces 70 % des salariés, seulement + 15 à 30 euros sur la feuille de paie.

On est donc loin de la revendication unanime de toutes les organisations syndicales parties prenantes à la négociation (SNJ, CFDT, CGT) :

+100 euros pour tous.

Donc, pour le SNJ, le compte n'y est pas, et de loin !

En réalité, la “négociation annuelle obligatoire” (NAO), telle qu'elle se tient à GER, est une fausse négociation, une négociation en trompe-l'œil. En effet, dès la première réunion, en décembre, la direction a annoncé que dans le cadre de son budget elle avait prévu d'augmenter la masse salariale d'1 % pour les augmentations individuelles.

Or, si la direction avait arrêté l'augmentation de la masse salariale, fixer la part des augmentations individuelles revenait à fixer celle de l'augmentation collective.

Au cours du mois de janvier, des salariés ont appris (ou pas) qu'ils auraient une augmentation (individuelle)... Bref, les jeux étaient faits alors mêmes que la direction faisait semblant de négocier sur l'augmentation collective !

Donc, “verrouillage” a priori de la politique salariale. Mais à qui cela profite-t-il ?

Lors des réunions, la direction a indiqué qu'elle concevait la NAO comme un “correctif des bas salaires”.

Et si l'on s'intéressait aux hauts salaires ? Lors du CE du 20 octobre 2010, le rapport du cabinet d'expertise Syndex suscitait les commentaires suivants des élus SNJ :

“La santé économique du Groupe se rétablit, c'est flagrant pour Roularta mais significatif aussi pour RMF. En revanche, la politique salariale est atone. Lors de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires en début d'année les salariés n'ont obtenu aucune augmentation collective, comme d'ailleurs plusieurs années précédentes. La direction avait prévu une "clause de revoyure" en milieu d'année mais aucune réunion n'a été convoquée. Or, que montre le rapport Syndex ? "En 2008, 90% des effectifs ont eu une augmentation soit nulle (25 %) soit comprise entre 1 et 2 % (65 %)", ce qui signifie, étant donnée l'évolution des prix, que leur pouvoir d'achat a baissé. Par ailleurs, alors que les augmentations collectives sont inexistantes, la politique d'augmentations individuelles est "erratique" et "très discriminante", présentant de "très forts écarts" et privilégiant les "tranches extrêmes".”

Or, très récemment, le départ de Marc Feuillée a donné lieu à des promotions pour plusieurs membres de la direction...

Tout cela n'est pas de nature à réduire les "très forts écarts", privilégiant les "tranches extrêmes"...

Les salariés sont fondés à interpeller les heureux bénéficiaires : félicitations ! Vous avez été bien servis ! Et nous ?

Discrimination envers les pigistes

De plus, le SNJ a un désaccord de principe. L'augmentation collective doit s'appliquer à tous les salariés, y compris les journalistes pigistes. La direction a refusé, assumant sans complexe sa politique de discrimination à l'égard des journalistes pigistes.

En revanche, la direction a acepté la revendication de la CFDT-CGT que l'augmentation collective s'applique aux “pigistes forfaitisés”.

Pour le SNJ, les “pigistes forfaitisés” sont une anomalie juridique: si la loi était appliquée, ces journalistes bénéficieraient d'un contrat de travail (à temps partiel ou à temps plein). En faire un cas à part revient à pérenniser leur situation illégale. Il faut au contraire se battre pour leur “titularisation”.

De l'aveu même de la direction, il y a dans le groupe moins de 10 “pigistes forfaitisés”, et la plupart à L'Express...

Si, au lieu de faire des cas à part, tous les syndicats avaient comme le SNJ exigé l'application des mesures salariales collectives à tous les pigistes, peut-être aurions-nous pu remettre en cause plus efficacement la discrimination injustifiable entre les journalistes permanents et pigistes en vigueur depuis trop longtemps dans le Groupe.

Les autres décisions

  • passage du ticket-restaurant de 8,30 à 8,70 euros
  • augmentation de 100 e. des salaires d'embauche (minimas pratiqués dans le groupe) : ils passent à 1600 e. pour les employés, 2000 e. pour les cadres et les journalistes “stagiaires”, 2400 e. pour les journalistes “titulaires”
  • création d'un Plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco), vieille revendication de la CFDT-CGT,
    le montant de l’abondement versé par le groupe dans le cadre de l’épargne salariale (PEE + Perco) serait relevé de 15 %.

La direction ne cache pas qu'elle privilégie tous les dispositifs qui lui permettent de diminuer les cotisations sociales (qu'elle appelle “charges sociales”). Le SNJ au contraire est soucieux de l'équilibre des régimes de protection sociale (maladie, retraite..) dans l'intérêt des salariés. Tous les syndicats de GER, qui ont participé aux manifestations pour les retraites en 2010, partagent-ils cette préoccupation ?

05 janvier 2011

RTT : Pourquoi le SNJ n’a pas signé

Nouvel accord 35 heures

Pourquoi le SNJ n’a pas signé

Voici la déclaration du Syndicat national des journalistes faite lors du Comité d’entreprise de GER du 4 janvier 2011, contre l’avis positif rendu par le CE sur le nouvel accord 35 heures.

Avec la signature de ce nouvel accord 35 heures, la disparition programmée des RTT va donc commencer à GER. Et l’introduction de forfaits-jours pour les cadres dans cet accord est lourd de menaces pour tous les salariés.
Alors que rien dans la situation économique de GER ne le justifiait, cet accord va compenser les jours de RTT supprimés par une prime annuelle, en transformant la plupart des jours de RTT, jusqu’ici choisis, en congés subis.
Ce projet complexe et inégalitaire, qui compense financièrement davantage les plus hauts salaires, et qui oublie les temps partiels et les CDD, crée plusieurs catégories de salariés. Il va aussi aggraver les contraintes subies par l’ensemble du personnel.
Les collaborations des pigistes et des CDD vont diminuer, tandis que la charge de travail des CDI risque de s’alourdir, avec son cortège de stress, de mal-être au travail et de dégradation des conditions de travail et de la qualité. Enfin, cet accord fait planer la menace d’un nouveau blocage des salaires et des embauches pour compenser d’un côté ce qui a été lâché de l’autre.

Plus grave encore:

  • Cet accord est discriminatoire à l’égard des «nouveaux entrants» (dont feront partie les CDD d’usage) : ils travailleront plus de 35 heures pendant 3ans. Leurs heures supplémentaires ne seront pas compensées avant le 1er janvier 2014. Rien dans l’accord ne prévoit de leur payer ces jours de travail supplémentaires. Ce sera notamment le cas des salariés de Job-Rencontres, injustement considérés comme «nouveaux entrants» à GER.
  • Les cadres auront une compensation des RTT au rabais, puisque la majoration de 33% prévue par leur convention collective n’est pas respectée.
  • Rien ne garantit aux salariés que la prime liée aux heures supplémentaires sera à l’avenir défiscalisée et non soumise aux cotisations sociales puisqu’elle s’appuie sur la loi Tepa (instituant notamment le fameux bouclier fiscal), une loi aujourd’hui en sursis.
  • Une convention en «forfaits jours» est imposée aux 43 membres du «management élargi» par la signature d’avenants individuels. Seront également concernés les cadres embauchés à partir du 1er janvier 2011. Les managers vont donc subir une pression supplémentaire sans aucune compensation. Il faut signaler que ce point clef n’a jamais été discuté en séance au cours des négociations. D’ailleurs, sur cette question, le texte proposé à la signature n’est pas celui sur lequel les salariés de GER ont été invités à s’exprimer par voie de référendum le 16 novembre dernier.

Bien sûr, cet accord aurait pu être encore plus défavorable aux salariés sans leur mobilisation et sans les actions menées avec eux par le SNJ, SUD et FO. Au cours des deux années passées, nous avons multiplié communiqués, rassemblements, assemblées générales, recours judiciaires pour expliquer les dangers de ce projet d’accord.
Enfin, nous avons organisé un référendum pour défendre le maintien intégral des RTT, approuvé par plus de 400 salariés.
Nous ne doutons pas que cette force de pression a fait avancer la négociation.
Nous remercions celles et ceux qui se sont mobilisés à nos côtés: 331 salariés (soit plus de 40% des effectifs de GER) se sont abstenus ou ont voté contre ce projet d’accord, malgré les moyens mis en oeuvre par ses partisans pour le faire aboutir.
Lors des prochaines négociations – sur les salaires, sur l’égalité hommes-femmes, sur le multimédia – le SNJ ne négociera pas à la baisse et appelle les salariés à le rejoindre dans l’action pour défendre des acquis sérieusement menacés.

SNJ, 4 janvier 2011

Tract RTT SNJ 04-01-2011.pdf

28 décembre 2010

RTT : le projet d'accord soumis à la signature des syndicats

Accord 35h version soumise à signature.doc

14 décembre 2010

Salaires : les salariés veulent du concret !

La négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires a été (ré)ouverte le vendredi 3 décembre 2010, et poursuivie le vendredi 10 décembre. Les élus SNJ ont d’abord regretté que la précédente négociation n’ait pas abouti, malgré l’engagement de la direction d’une « revoyure » au cours de l’année 2010. Donc, pour le SNJ, la négociation doit prendre en compte l’absence de revalorisation des salaires depuis plusieurs années.

Le SNJ réclame une mesure concrète et efficace : une augmentation générale de 100 euros bruts pour l’ensemble des salariés. Dès la première réunion, le 3 décembre 2010, la CFDT et la CGT ont mis en avant cette revendication qui était celle du SNJ l'année dernière. Cette unité est un atout inespéré si tous défendent vraiment cet objectif, qui n'a rien de déraisonnable, comme le prétend la direction.

Si le SNJ avait demandé dès fin 2009 + 100 euros pour tous, c’est parce qu’une augmentation en valeur absolue est de nature à resserrer l’éventail des revenus, au contraire d’une augmentation en pourcentage qui conduirait à perpétuer les inégalités.

Comme toujours, la direction défend les augmentations individuelles, une politique discrétionnaire visant à récompenser les plus "méritants" (aux yeux de la direction). Celle-ci diviserait les salariés et ne laisserait aucune illusion sur la prétendue volonté de transparence de la direction.

De plus, les hausses individuelles permettent d’oublier opportunément les journalistes pigistes. C’est pourquoi le SNJ réclame que, quelle que soit leur situation, ils bénéficient de toutes les mesures concernant les rémunérations. Par leur travail et leur dévouement à nos rédactions, les journalistes pigistes participent pleinement au développement de nos publications. Depuis le plan social de 2008, ils ont souvent payé le prix fort. Pour eux, nous réclamons une mesure très concrète.

Pour tous, nous attendons des signes forts de la direction.

Lors de la réunion du 10 décembre, la direction a fait connaître ses “propositions”

  • le passage du ticket-restaurant à 8,70 euros (voire 8,80 euros), contre 8,30 euros actuellement
  • le montant de l’abondement versé dans le cadre de l’épargne salariale serait relevé de 15 %
  • une enveloppe de 500 000 euros pour les augmentations individuelles
  • quant aux augmentations collectives, la direction souhaite attendre la fin des négociations au niveau de l'organisation patronale, le Syndicat de la presse magazine (SPM, ex-SPMI, présidé par Marc Feuillée, président du Groupe Express-Roularta) en promettant de s’aligner sur l'éventuel futur accord ou, à défaut, la recommandation du SPM.

Le SNJ a toujours plaidé pour que les entreprises répercutent dans les entreprises les résultats des négociations nationales. Cet engagement de la direction de GER est donc une avancée que nous saluons. Mais les augmentations issues des négociations nationales ne concernent que les «salaires barême» (hebdos et périodiques), c'est-à-dire les minimas. Pas les salaires réels. Par exemple, si le «salaire barême» est augmenté de 2 % - ce qui serait déjà étonnant –, le salaire réel de chacun ne sera pas augmenté d'autant, puisqu'il est supérieur au «salaire barême»...

De toute façon, pour l'instant cet engagement ne recouvre aucune traduction concrète : rien ne garantit que la négociation au niveau du SPM aboutisse (elles n’ont pas abouti les deux années précédentes).

Bref, rien de concret à l’horizon.

Pour le SNJ, ces mesures sont insuffisantes. Si la hausse du ticket restaurant et l’augmentation de l’abondement dans le cadre de l’épargne salariale constituent des signes positifs, une hausse générale des salaires reste notre priorité. Après plusieurs années de vaches maigres, c’est bien là que les salariés attendent un geste de la direction.

La prochaine réunion de négociation est programmée pour le mardi 11 janvier 2011, une réunion sur les PEE, Perco, etc., étant prévue le 7 janvier.

29 novembre 2010

RTT : le projet d'accord direction-CFDT-CGT

Projet d'accord sur la RTT 29-11-2010.doc

15 novembre 2010

RTT : Pas une voix pour le projet de réduction de nos RTT !

Nous n’avons aucune raison d’abandonner un seul jour de RTT

Un référendum qui a recueilli 404 voix l’a déjà affirmé

  • Ce projet d’accord diminue et vend nos RTT
  • Ce projet est injuste, inégalitaire et dangereusement compliqué
  • Ce projet vise à réduire les effectifs et à encore augmenter la productivité
  • Ce projet menace l’emploi des CDD et des pigistes

C’est la porte ouverte :

  • à la suppression progressive de toutes les RTT
  • à la division entre les différentes catégories de personnel
  • au refus des augmentations de fin d’année
  • à la poursuite des réductions de postes

Depuis des mois, nous avons mobilisé les salariés de GER.

C’est pourquoi nous disons aux syndicats qui ont signé un «pré-accord» qu’ils voudraient voir ratifier par un pseudo-scrutin: «Ne signez pas l’accord anti-RTT !»

C’est pourquoi nous appelons les salariés de GER à refuser massivement ce projet d’accord proposé par la direction.

SNJ  FO  SUD
15 novembre 2010


DERNIÈRE MINUTE. « Le Syndicat national des Journalistes CGT (SNJ-CGT) partage et soutient la position des syndicats SNJ, FO et SUD contre l’accord sur la durée du travail au sein du Groupe Express-Roularta. Ce projet d’accord, soutenu par la CFDT et Info’Com CGT, est particulièrement injuste et néfaste. Il marque le début du démantèlement des RTT. Alors que les syndicats, dans l’unité, luttent depuis plusieurs mois contre une loi de réforme des retraites scandaleuse et rejetée par une grande majorité de salariés, il est particulièrement aberrant qu’une organisation de la CGT puisse soutenir un projet qui démantèle les acquis sociaux et qui donnera des ailes aux autres groupes de presse magazine. Les journalistes sont bien les victimes des choix économiques et des politiques anti-sociales de leurs employeurs. L’attitude des dirigeants de GER en est un symbole éclatant. Le SNJ-CGT s’associe à la lutte du SNJ, de FO et de SUD afin de combattre un projet d’accord RTT particulièrement néfaste.
Emmanuel Vire, secrétaire général du SNJ-CGT »

http://snjexpress.hautetfort.com
Retrouvez l’intégralité du communiqué des Journalistes CGT


101115rttsnjfosud.pdf

13 novembre 2010

RTT : message du Syndicat national des journalistes CGT

" Le Syndicat national des Journalistes CGT (SNJ-CGT) partage et soutient la position des syndicats SNJ, FO et SUD contre l'accord sur la durée du travail au sein du Groupe Express-Roularta.

Ce projet d'accord, soutenu par Ia CFDT et Info'Com CGT, est particulièrement injuste et néfaste. Il marque le début du démantèlement des RTT ; il accentue les disparités entre les CDI et les CDD, les anciens et les nouveaux arrivants...; il menace l'emploi des pigistes et des renforts ponctuels du fait de l'économie par la Direction d'au moins 2000 jours de travail par an.

Alors que les syndicats, dans l'unité, luttent depuis plusieurs mois contre une loi de réforme des retraites scandaleuse et rejetée par une grande majorité de salariés, il est particulièrement aberrant qu'une organisation de la CGT puisse soutenir un projet qui démantèle les acquis sociaux et qui donnera des ailes aux autres groupes de presse magazine.

Licenciements, blocage des salaires, externalisation, mutualisation, dénonciation des accords d'entreprise, rien n'épargne les salariés de la presse. Avec des dirigeants qui n'ont que deux objectifs en tête : maintenir la rentabilité financière et mettre à profit la crise pour casser tous les fondamentaux sociaux et professionnels de notre secteur.

Les journalistes sont bien les victimes des choix économiques et des politiques anti-sociales de leurs employeurs. L'attitude des dirigeants de GER en est un symbole éclatant.

Le SNJ-CGT s'associe à la lutte du SNJ, de FO et de SUD afin de combattre un projet d'accord RTT particulièrement néfaste.

Emmanuel Vire, secrétaire général du SNJ-CGT ”

02 novembre 2010

RTT Un projet d’accord injuste et néfaste

Un projet qui ne permet pas à chacun d’établir clairement ses droits

Le projet de la direction mélange tout : les RTT, les congés payés, les heures supplémentaires, la journée de solidarité (Pentecôte). Il crée 5 façons différentes de compenser la réduction du temps du travail. L’aspect « usine à gaz » de l’accord est bien pratique pour faire avaler, par exemple, que les journées RTT perdues ne sont pas payées à leur juste prix, ou qu’on « oublie » de compenser des jours dus aux salariés.

Un projet qui n’est pas égalitaire

Au départ, la réduction de la durée du travail est égalitaire : un jour de RTT est un jour non travaillé pour tout le monde, qu’on soit cadre, journaliste ou employé, sans distinction de salaire.

A l’arrivée, en transformant la perte de ces jours en compensation salariale, les inégalités se creusent. Compenser trois jours reviendrait en effet, à verser une prime annuelle d’environ 800 € à un salarié qui gagne 5 000 € par mois, et d’environ 300 € à un salarié payé 2 000 €. Votre temps libre est-il moins précieux que celui qui gagne plus que vous ?

Un projet qui vend nos RTT au rabais

L’une des dispositions de ce projet prévoit de compenser la perte de journées de RTT par le paiement des heures équivalentes au taux de 10 %. Cette compensation doit être analysée comme un rachat de la RTT contre le paiement d’heures supplémentaires, majorée par la loi de 25 %. Ce taux peut être réduit jusqu’à 10 % par un accord d’entreprise, sauf si les conventions de branche prévoient un taux supérieur.  

Or, la convention de la presse magazine des cadres spécifie un taux de 33 % et celle des employés spécifie un taux de 25 %. Les heures équivalentes de ces catégories doivent donc être majorées à ce taux, et non pas à 10 %. En revanche, la convention des journalistes n’établissant pas de taux minima, l’accord d’entreprise peut prévoir de leur appliquer un taux minimum de 10 %. Mais pour cela, il faut que des syndicats soient d’accord pour signer un accord qui restreint pour les journalistes ce que la loi leur garantissait...

Un projet sans compensation salariale pour le «management élargi»

Mais d’abord, le management élargi, c’est qui ? Le projet d’accord évoque « les directeurs de rédaction ou rédacteurs en chef responsables d’une rédaction ainsi que les adjoints directs d’un directeur de rédaction, les chefs de services et les adjoints des directions fonctionnelles. » Une liste à jour sera annexée à l’éventuel accord pour désigner ceux qui sont « communément » rassemblés sous cette appellation. Nombreux sont ceux qui ont compris qu’il valait mieux ne pas en être car, avec cet accord, ils seraient les premiers à entrer dans la voie du « travailler plus sans gagner plus ».

Un projet qui oublie les temps partiels et les CDD

Pas un mot dans le projet sur ces salariés pourtant nombreux. Les temps partiels seront-ils calculés sur 35 heures hebdomadaires, les heures dépassant ce cadre étant rémunérées comme heures complémentaires sans majoration, sans bénéficier de jours RTT (vu certains contrats de travail déjà établis, on est en droit de le craindre) ? Et les CDD : seront-ils, sur le papier, embauchés à 35 heures, sans jours de RTT, sans autre compensation ? Ces deux catégories seront, après le « management élargi » certainement les plus lésées par cet accord.

Un projet qui menace l’emploi des pigistes

Avec ce projet, la direction devrait économiser au moins 2 000 jours de travail par an. On peut craindre une diminution des piges et des renforts dans les services, dont les effectifs sont loin d’être pléthoriques.

Un projet discriminatoire

Les nouveaux arrivants ne bénéficieront pas des compensations salariales. Pourtant, « la durée légale du travail effectif des salariés est fixée à trente-cinq heures par semaine » (art L 3121 – 10 du Code du travail). Les heures hebdomadaires de GER restant à 39 heures, toute heure au-delà des 35 heures des salariés à temps plein est une heure supplémentaire. Sans cette compensation les futurs salariés à temps plein ne seront donc pas aux 35 heures.

Avec ce traitement particulier des nouveaux entrants (qui, en outre, n’auront pas la totalité de leurs congés payés avant 3 ans), on crée des salariés à deux vitesses. Il y a là les ingrédients qui permettront dans quelques années à la direction de nous expliquer que, pour des questions d’équité, il faudra y remédier et aligner tout le monde vers le bas.

En conclusion, ce projet d’accord est dangereux

  • C’est le premier pas vers le démantèlement complet de toutes les RTT
  • C’est l’accentuation de la division entre les différentes catégories de personnel.
  • C’est le refus prévisible des augmentations de fin d’année. Après l’engagement de la direction de GER de réaliser 1 million d’euros d’économies, les « primes » promises dans le projet d’accord seront le prétexte à ce refus.

Le 18 octobre dernier, sans en avoir jamais débattu publiquement avec tous les salariés, la CGT et la CFDT ont signé ce projet qui « fige les propositions finales sur les bases desquelles l’accord pourrait être établi ». Organiser une « consultation » dans ces conditions, c’est se moquer du monde. Il aurait fallu informer les salariés du contenu de l’accord et de ses conséquences avant de signer, pas après.

Nous vous appelons à boycotter le pseudo-référendum programmé le 8 novembre

Les salariés ont déjà été consultés lors du référendum organisé le 7 octobre dernier par le SNJ, SUD et FO : 404 d’entre nous, soit la majorité des effectifs de GER, se sont prononcés pour le maintien de l’intégralité des jours de RTT. On a vu comment la direction a tenu compte de ce vote, dont personne n’a pourtant contesté la légitimité.

Ne participez pas à ce simulacre de consultation!

Le SNJ, SUD et FO continueront à se battre pour le retrait de ce projet d’accord. S’il venait à être définitivement ratifié, nous examinerions alors toutes les possibilités de le contester, avec votre soutien.

 

SNJ  FO  SUD
2 novembre 2010


http://snjexpress.hautetfort.com
Retrouvez le projet d’accord sur le blog du SNJ
Note de synthèse préalable à la signature de l’accord RTT », 18 octobre 2010).

 

101102rttsnjfosud.pdf

15 juillet 2010

Réorganisations, RTT, salaires, déménagement... La direction ne répond pas

A l’ordre du jour du CE du 24 juin 2010,

La réorganisation de la rédaction de L’Entreprise. Malgré le départ du directeur de la rédaction, un de plus après de multiples suppressions de postes, la direction n’a rien à dire, évoquant juste un possible « repositionnement » du titre. « Vous ne semblez pas avoir pris la mesure de l’inquiétude des salariés. L'Entreprise dispose de moins en moins de moyens. Par exemple, des départs ne sont pas remplacés, des demandes de formation sont refusées... » alerte Eric Marquis.

Les RTT. La direction montre du doigt (une fois de plus) le SNJ, prenant prétexte qu’il l’a assignée en justice. Eric Marquis note que la direction prend l’habitude en CE de traiter le SNJ comme peut l’être un accusé dans le cadre d’un interrogatoire. Ce que la direction réfute, indiquant qu’elle compte reprendre les négociations. Dans ce cas, le SNJ y participera, confirment ses représentants. Mais la manière dont la direction envisage la négociation ressemble furieusement à « celle qui prévalait en ex-URSS : “ce qui est à vous est à vous, ce qui est à nous est négociable” », observe Bernard Poulet. La direction (dont la dernière proposition, fin 2008, consistait à diminuer de 22 à 13 le nombre de jours de RTT), « déplore les raidissements observés de la part des partenaires sociaux »

La réorganisation de la rédaction de Pianiste et la collaboration multi-titres. Des articles destinés à Classica sont publiés également dans Pianiste, sans que leurs auteurs (souvent des pigistes) soient même informés, ni rémunérés en plus. Un nouvel exemple de la duplication des articles entre les titres qui, peu à peu, devient la norme dans le groupe. « Le fait de publier un même article dans deux titres différents est un choix désastreux car, outre l'impact sur l'emploi, cela porte atteinte à l'identité des titres », alerte Eric Marquis. « D'ailleurs la direction évoque souvent la stratégie de "valorisation de la marque", c'est difficile si les contenus sont de plus en plus proches ! » Mais la direction « assimile Pianiste à une émanation de Classica », tout en souhaitant « susciter une complémentarité entre les deux titres »… De même, alors que, par exemple, certains articles de Studio Ciné Live sont repris par A Nous Paris, ou des articles du pôle « Maison », par L’Express Styles, sans que les auteurs soient ni informés ni rémunérés, la direction ne répond qu’ « accords de partenariat » ou qu’elle n’est pas au courant…

Pour les élus SNJ, il est intolérable que des articles soient repris sans autorisation des auteurs. C’est particulièrement scandaleux pour les pigistes, qui naturellement sont moins facilement informés de ces pratiques. Les accords « droits d’auteur » du Groupe ne sont plus respectés. De même, légalement, la collaboration du journaliste dans le cadre du contrat de travail concerne un seul titre. Or la direction impose de plus en plus des collaborations multi-titres sans aucune règle.

Les salaires. La dernière NAO (négociation annuelle obligatoire), qui n’avait abouti à aucune augmentation collective, prévoyait une « clause de revoyure » dépendant des résultats du Groupe. La direction ne laisse entrevoir aucune perspective, comme le prévoyait le SNJ.

L’éventuel déménagement. La direction négocie une baisse du loyer avec le propriétaire du site, et visite d’autres sites possibles, à Paris et en Ile-de-France.

Les moyens des représentants du personnel. Les élus SNJ avaient demandé que ce point soit inscrit à l’ordre du jour, car plusieurs élus ne peuvent pas exercer correctement leur mandat, notamment car ils ne sont pas remplacés quand ils participent aux réunions. La direction a répondu par une fin de non recevoir, car elle estime « gérable l’absence momentanée d’un salarié qui assiste à une réunion du Comité d'Entreprise ». Pour le SNJ, « empêcher les élus de participer à des réunions est une entrave au droit syndical. Il revient à la seule Direction de faire en sorte que les élus des IRP puissent sereinement exercer le mandat dont ils sont dépositaires ». « Que comptez-vous faire pour résoudre le problème de l’absence de certains élus un jour de bouclage ? » interroge Denise Grumel, proposant de remplacer les absents par des pigistes. Pour la direction, il est « prématuré de l’envisager » ! Eric Marquis relève que « c’est à la Direction de trouver les moyens nous permettant d’assister aux réunions ».

21 avril 2010

Elections : une organisation à revoir

Lors du CE du 16 avril, les élus SNJ ont regretté l’amateurisme de l’organisation du vote des salariés votant par anticipation : ceux qui se sont déplacés à GER n’ont pas signé de liste d’émargement, leur enveloppe a parfois été posée sur un coin de bureau, en attendant qu’elle soit enregistrée plus tard. Les enveloppes contenant les bulletins de vote ont été placées dans une simple boîte en carton, accessible à tous dans le bureau de la DRH, alors qu’il aurait fallu une urne scellée pour garantir le secret du vote.

D’autre part, des pigistes ayant pris part au vote en renvoyant leur bulletin en temps et en heure, ont été étonnés d’apprendre… qu’ils n’avaient pas voté. En effet, 19 enveloppes sont parvenues à GER après la clôture du scrutin, le 1er avril à 19 heures. La DRH les considère toutes comme non valables, mais 5 d’entre elles avaient été affranchies entre le 26 et 31 mars, le cachet de la poste faisant foi. Or, avec les nouvelles lois sur la représentativité, chaque voix manquante pèse très lourd.

01 avril 2010

Elections DP-CE : le SNJ frôle la majorité

Le SNJ remercie les journalistes qui, aux élections des représentants du personnel, jeudi 1er avril, ont voté pour ses listes, apportant à ses candidats de 44% (face aux listes CFDT-CGT et FO) à 50,3% (face à la liste CFDT-CGT).

Le SNJ poursuit sa progression spectaculaire, puisqu'il avait obtenu lors des précédentes élections 37,1 % en 2008 et 31,4 % en 2006.

Dans le collège journalistes, le SNJ est majoritaire en voix chez les DP, doublant le nombre de ses élus par rapport à 2008. Au CE, il frôle de 10 voix la majorité.

Le SNJ obtient

  • chez les DP 4 sièges (2 titulaires, 2 suppléants) sur 8, contre 2 (1 titulaire, 1 suppléant) en 2008. Pascal Frasnetti (146 voix) et André Spiga (147 voix) sont élus titulaires. Catherine Marin (155 voix) et Pauline Feuillâtre (156 voix) sont élues suppléantes
  • au CE 3 sièges (1 titulaire, 2 suppléants) sur 6, contre 2 (1 titulaire, 1 suppléant) en 2008. Dominique Noblecourt (titulaire, 138 voix), Bernard Poulet (suppléant, 154 voix) ainsi que Denise Grumel (suppléante, 155 voix) sont élus

Merci encore à vous tous qui avez rendu ce succès possible malgré une baisse de la participation, passée de 70 % à 60 % des inscrits, avec, cette année, la présence de 210 pigistes électeurs, contre 80 voilà deux ans.

Ce résultat marque votre attachement à un syndicalisme actif et combatif au service des intérêts des salariés.
Les élus et les représentants syndicaux du SNJ seront à vos côtés et à votre écoute pour mieux vous défendre.
Dans les semaines qui viennent nous devrons tous ensemble, nous mobiliser :
• Pour la défense des accords 35 heures ;
• Pour stopper le low-cost imposé par Roularta et la perte de substance des rédactions, qui constituent le cœur de notre activité et garantissent la qualité de nos titres ;
• Pour l’arrêt des mutualisations, du stress, de la dégradation des conditions de travail, et des salariés bons à tout faire ;
• Pour améliorer les droits des pigistes
• Pour la défense des contrats de travail, du droit d’auteur et de notre contrat d’entreprise, en particulier la prime d’ancienneté ;
• Pour de vraies négociations sur le travail multi-tâches, avec à la clef des embauches, des moyens supplémentaires.
• Pour une vraie politique salariale et des hausses collectives de salaire et contre le chacun pour soi.
Face aux projets de la direction, il sera important d’être, tous ensemble, employés, cadres et journalistes, mobilisés et combatifs.


La répartition des sièges du collège journalistes

(Voir les listes présentées par le Syndicat national des journalistes)

DELEGUÉS DU PERSONNEL

Titulaires
Elus
Pascal Frasnetti (SNJ) 146 voix
André Spiga (SNJ) 147 voix
Chloé Hecketsweiler (CFDT-CGT) 133 voix
Cyril Oliverio (CFDT-CGT) 133 voix

Non élus
Denise Grumel (SNJ) 147 voix
Cécile Rynkiewicz (SNJ) 147 voix
Françoise D'Inca (CFDT-CGT) 133 voix
Benjamin Neumann (CFDT-CGT) 133 voix
Andrée Hazan (FO) 32 voix

Suppléants
Elus
Catherine Marin (SNJ) 155 voix
Pauline Feuillâtre (SNJ) 156 voix
Delphine Peras (CFDT-CGT) 155 voix
Laure Vigouroux Fourcy (CFDT-CGT) 154 voix

Non élus
Eric Marquis (SNJ) 157 voix
Yves Adaken (SNJ) 156 voix
Richard de Vendeuil (CFDT-CGT) 153 voix
Laurent Martinet (CFDT-CGT) 154 voix

COMITÉ D’ENTREPRISE

Titulaires
Elus
Eric Taver (CFDT-CGT) 147 voix
Laurent Vrbica (CFDT-CGT) 147 voix
Dominique Noblecourt (SNJ) 138 voix

Non élus
Bénédicte Fayet (CFDT-CGT) 148 voix
Pauline Feuillâtre (SNJ) 137 voix
Eric Marquis (SNJ) 137 voix
Andrée Hazan (FO) 25 voix

Suppléants
Elus
Bernard Poulet (SNJ) 154 voix
Denise Grumel (SNJ) 155 voix
Jacques Trentesaux (CFDT-CGT) 151 voix

Non élus
Catherine Marin (SNJ) 154 voix
Marc Michaux (CFDT-CGT) 152 voix
Thomas Baurez (CFDT-CGT) 151 voix