Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 août 2016

Un secrétaire SNJ à la tête du CHSCT

Le CHSCT (Comité Hygiène, Sécurité et Conditions de travail) vient d'être élu. Il s'est doté d'un nouveau secrétaire, Eric Lamien (SNJ).

Les membres du CHSCT exercent un rôle prépondérant dans les instances représentatives du personnel. Ils ont  en particulier pour tâche de veiller au respect des règles de santé et sécurité au travail, à savoir la protection de la santé physique et mentale des salariés. Ils ont pour mission de contrôler que la réglementation, en perpétuelle évolution, est respectée par l'employeur. Enfin, ils peuvent proposer des améliorations pour les conditions de travail.

Après le mariage avec SFR, le déménagement…

L’intégration du Groupe Altice Media à SFR, récemment réalisée, se met en place, avec la création de SFR Presse (avec notamment les titres de GAM). Puis viendra le temps du déménagement annoncé par la direction de la rue de Châteaudun sur un nouveau site, sans toutefois qu’une date soit arrêtée.
Avant la mise en œuvre de ce changement de lieu de travail, vos élus SNJ et SUD du CHSCH, aux côtés de ceux de la DUP (délégation unique du personnel) seront convoqués par la direction. Ils multiplieront les réunions de travail où les projets concrets seront détaillés.
Vos élus auront à cœur de vérifier que cette modification importante dans la vie de chaque salarié de l’entreprise (et pas seulement sur le plan des transports) sera conforme aux obligations de l’employeur. Ils étudieront les objectifs de la direction et proposeront des solutions dans un combat qui s’annonce âpre.

02 novembre 2010

RTT Un projet d’accord injuste et néfaste

Un projet qui ne permet pas à chacun d’établir clairement ses droits

Le projet de la direction mélange tout : les RTT, les congés payés, les heures supplémentaires, la journée de solidarité (Pentecôte). Il crée 5 façons différentes de compenser la réduction du temps du travail. L’aspect « usine à gaz » de l’accord est bien pratique pour faire avaler, par exemple, que les journées RTT perdues ne sont pas payées à leur juste prix, ou qu’on « oublie » de compenser des jours dus aux salariés.

Un projet qui n’est pas égalitaire

Au départ, la réduction de la durée du travail est égalitaire : un jour de RTT est un jour non travaillé pour tout le monde, qu’on soit cadre, journaliste ou employé, sans distinction de salaire.

A l’arrivée, en transformant la perte de ces jours en compensation salariale, les inégalités se creusent. Compenser trois jours reviendrait en effet, à verser une prime annuelle d’environ 800 € à un salarié qui gagne 5 000 € par mois, et d’environ 300 € à un salarié payé 2 000 €. Votre temps libre est-il moins précieux que celui qui gagne plus que vous ?

Un projet qui vend nos RTT au rabais

L’une des dispositions de ce projet prévoit de compenser la perte de journées de RTT par le paiement des heures équivalentes au taux de 10 %. Cette compensation doit être analysée comme un rachat de la RTT contre le paiement d’heures supplémentaires, majorée par la loi de 25 %. Ce taux peut être réduit jusqu’à 10 % par un accord d’entreprise, sauf si les conventions de branche prévoient un taux supérieur.  

Or, la convention de la presse magazine des cadres spécifie un taux de 33 % et celle des employés spécifie un taux de 25 %. Les heures équivalentes de ces catégories doivent donc être majorées à ce taux, et non pas à 10 %. En revanche, la convention des journalistes n’établissant pas de taux minima, l’accord d’entreprise peut prévoir de leur appliquer un taux minimum de 10 %. Mais pour cela, il faut que des syndicats soient d’accord pour signer un accord qui restreint pour les journalistes ce que la loi leur garantissait...

Un projet sans compensation salariale pour le «management élargi»

Mais d’abord, le management élargi, c’est qui ? Le projet d’accord évoque « les directeurs de rédaction ou rédacteurs en chef responsables d’une rédaction ainsi que les adjoints directs d’un directeur de rédaction, les chefs de services et les adjoints des directions fonctionnelles. » Une liste à jour sera annexée à l’éventuel accord pour désigner ceux qui sont « communément » rassemblés sous cette appellation. Nombreux sont ceux qui ont compris qu’il valait mieux ne pas en être car, avec cet accord, ils seraient les premiers à entrer dans la voie du « travailler plus sans gagner plus ».

Un projet qui oublie les temps partiels et les CDD

Pas un mot dans le projet sur ces salariés pourtant nombreux. Les temps partiels seront-ils calculés sur 35 heures hebdomadaires, les heures dépassant ce cadre étant rémunérées comme heures complémentaires sans majoration, sans bénéficier de jours RTT (vu certains contrats de travail déjà établis, on est en droit de le craindre) ? Et les CDD : seront-ils, sur le papier, embauchés à 35 heures, sans jours de RTT, sans autre compensation ? Ces deux catégories seront, après le « management élargi » certainement les plus lésées par cet accord.

Un projet qui menace l’emploi des pigistes

Avec ce projet, la direction devrait économiser au moins 2 000 jours de travail par an. On peut craindre une diminution des piges et des renforts dans les services, dont les effectifs sont loin d’être pléthoriques.

Un projet discriminatoire

Les nouveaux arrivants ne bénéficieront pas des compensations salariales. Pourtant, « la durée légale du travail effectif des salariés est fixée à trente-cinq heures par semaine » (art L 3121 – 10 du Code du travail). Les heures hebdomadaires de GER restant à 39 heures, toute heure au-delà des 35 heures des salariés à temps plein est une heure supplémentaire. Sans cette compensation les futurs salariés à temps plein ne seront donc pas aux 35 heures.

Avec ce traitement particulier des nouveaux entrants (qui, en outre, n’auront pas la totalité de leurs congés payés avant 3 ans), on crée des salariés à deux vitesses. Il y a là les ingrédients qui permettront dans quelques années à la direction de nous expliquer que, pour des questions d’équité, il faudra y remédier et aligner tout le monde vers le bas.

En conclusion, ce projet d’accord est dangereux

  • C’est le premier pas vers le démantèlement complet de toutes les RTT
  • C’est l’accentuation de la division entre les différentes catégories de personnel.
  • C’est le refus prévisible des augmentations de fin d’année. Après l’engagement de la direction de GER de réaliser 1 million d’euros d’économies, les « primes » promises dans le projet d’accord seront le prétexte à ce refus.

Le 18 octobre dernier, sans en avoir jamais débattu publiquement avec tous les salariés, la CGT et la CFDT ont signé ce projet qui « fige les propositions finales sur les bases desquelles l’accord pourrait être établi ». Organiser une « consultation » dans ces conditions, c’est se moquer du monde. Il aurait fallu informer les salariés du contenu de l’accord et de ses conséquences avant de signer, pas après.

Nous vous appelons à boycotter le pseudo-référendum programmé le 8 novembre

Les salariés ont déjà été consultés lors du référendum organisé le 7 octobre dernier par le SNJ, SUD et FO : 404 d’entre nous, soit la majorité des effectifs de GER, se sont prononcés pour le maintien de l’intégralité des jours de RTT. On a vu comment la direction a tenu compte de ce vote, dont personne n’a pourtant contesté la légitimité.

Ne participez pas à ce simulacre de consultation!

Le SNJ, SUD et FO continueront à se battre pour le retrait de ce projet d’accord. S’il venait à être définitivement ratifié, nous examinerions alors toutes les possibilités de le contester, avec votre soutien.

 

SNJ  FO  SUD
2 novembre 2010


http://snjexpress.hautetfort.com
Retrouvez le projet d’accord sur le blog du SNJ
Note de synthèse préalable à la signature de l’accord RTT », 18 octobre 2010).

 

101102rttsnjfosud.pdf

21 septembre 2010

RTT : La parole aux salariés

RTT : RIEN N’EST JOUÉ

La parole aux salariés

A l’unanimité, l’AG des salariés, réunie le 10 septembre dernier, avait demandé à « l’ensemble de (ses) représentants syndicaux de tout mettre en œuvre pour défendre l’intégralité de nos RTT » et de tenir « une assemblée générale unitaire ».

Malheureusement, les syndicats CFDT et CGT de GER nous ont répondu par la négative en ces termes : « (…) Le SNJ et l’Intersyndicale CFDT-CGT ont des divergences, bien connues de tous, sur l’action à mener contre la dénonciation de notre accord RTT (…). Aussi, et comme un de vos représentants l’indiquait lors de la dernière séance de négociations sur l’accord RTT, nous refusons ”d’étaler nos divergences” devant les salariés – ce qui ne profiterait, bien évidement, qu’à la direction. L’Intersyndicale CFDT-CGT ne participera donc pas à une assemblée générale de division syndicale. »

Quelle étrange pratique démocratique que de réduire le débat entre syndicats à une affaire de linge sale qu’il faudrait laver « en famille », à l’insu des premiers concernés, vous tous !

Pour notre part, SNJ et FO de GER, ainsi que SUD de l’Etudiant, nous déplorons ce refus d’entendre la demande des salariés et la confusion entretenue autour des actuelles négociations.
Brandir la menace d’une « disparition pure et simple de nos RTT », revient à se faire le relais du chantage de la direction.

Nous répétons notre volonté que la parole soit donnée aux salariés. Pour ce faire nous sommes prêts à organiser une consultation pour que les salariés décident eux-mêmes de la position à adopter, avant qu’un accord soit ficelé et soumis à un référendum, avec comme seul choix : « à prendre où à laisser », sans avoir eu la possibilité de peser sur les négociations en cours.

Dès à présent, nous invitons tous les salariés à une réunion d’information sur l’état réel des négociations, afin de décider ensemble des initiatives à prendre pour défendre l’intégralité de nos RTT.

Rendez-vous le mardi 28 septembre

à 12 heures, au 6e étage


Aux signataires de la pétition

Certains d’entre vous ont signé une pétition qui propose de faire passer le nombre de jours de RTT de 22 à 16, un projet motivé par le risque de se retrouver, à défaut d’accord, à « 35 heures avec zéro RTT ».

Or ce risque n’est pas crédible: en supprimant les RTT, la direction serait obligée de payer des heures supplémentaires, tout en gérant la désorganisation des services et la démotivation des salariés.

Plutôt que de nous faire peur inutilement, unissons nos forces pour faire reculer la direction :
pas question de toucher à un seul jour de RTT !

En octobre 2008, à l’initiative du SNJ, de la CFDT et de la CGT, nous avions fait signer massivement une pétition… qui s’opposait « à la réduction du nombre de jours de RTT (…), une véritable provocation après des années de perte de pouvoir d’achat et de suppressions d’emplois. »

Que s’est-il passé, depuis, pour que ces 22 jours de RTT que nous défendions ensemble se transforment en 16 jours dans la pétition proposée à votre signature ?

 

Le SNJ de GER,
FO de GER,
SUD de L’Etudiant


20 septembre 2010

09 septembre 2010

Ensemble, défendons nos RTT !

13, 16 ou 22 jours ?

Ensemble, défendons nos RTT !

Notre appel (SNJ, FO, CGT de L’Etudiant), à toutes les organisations syndicales du groupe afin de tenir, ensemble, une assemblée générale (voir notre tract du 23 août dernier) est malheureusement resté sans réponse.

Depuis fin juin, nous connaissons le projet de la direction de GER. Il est grand temps d'envisager la meilleure façon de défendre le nôtre, dans l'action et la mobilisation.

Alors que la direction propose de ramener le nombre de jours de RTT de 22 à 13, la CFDT et la CGT de GER se disent prêtes à accepter 16 jours, contre de très hypothétiques «compensations» en congés et salaire. « Il faut un nouvel accord sur les RTT », affirment-ils. Pour quelle raison ? L’accord actuel ne leur convient-il plus, alors qu’ils l'avaient signé ?

Ne faudrait-il pas plutôt rassembler nos forces pour obliger la direction à reconduire un accord sur 22 jours de RTT ? Comment peux-t-on peser dans une négociation sans mobiliser les salariés ?

« Tout ce qui nous reste aujourd'hui, c'est les accords 35 heures, puisque tant au niveau salarial que des effectifs, la rigueur nous est imposée depuis 8 ans. » * Tous les syndicats étaient d’accord sur ce constat fin 2008. Depuis, GER a subi deux autres années de rigueur. Et la direction nous annonce, à l’occasion du maintien sur le site de Châteaudun (et la réduction du loyer de 2 millions d’euros par an), la « nécessité de nouvelles économies » …

Pour nous, plus encore qu’en 2008, nos jours de RTT doivent être défendus, intégralement et sans concession. Le chantage que fait la direction à la semaine de 35 heures sans RTT ne doit pas être toléré. Elle n’y a aucun intérêt, puisqu’elle devrait payer des heures supplémentaires, contrôler le temps de présence de chacun, sans parler de l’ambiance instaurée par l’obligation de pointer.

13, 16 ou 22 jours ? Il est urgent d’avoir ce débat avec tous les syndicats et tous les salariés. C'est pourquoi nous vous invitons à participer à une assemblée générale afin de montrer notre détermination. Pour établir un rapport de force qui nous soit favorable, l’unité est indispensable. Décidons des actions à mener pour défendre nos RTT.

Assemblée générale

vendredi 10 septembre à 12 heures

au sixième étage



Déclaration à l’AFP d’un représentant CGT-CFDT de GER, le 12-09-2008.



Le SNJ de GER,
FO de GER,
La CGT de L’Etudiant


9 septembre 2010

----

Lire aussi le tract du SNJ du 17 novembre 2008 "Pas un jour de RTT ne doit être bradé" (note du SNJ).

30 août 2010

Les salariés n'ont pas à payer le choix de rester à Châteaudun !

Lors du Comité d'entreprise du 27 août, la direction a indiqué que “la décision de privilégier Châteaudun est prise”, repoussant les hypothèses de déménager à Gennevilliers ou à Paris 12e.

Mais Roularta et GER ne renoncent pas pour autant à l'objectif initial d'une économie de 3 millions d'euros. Les deux tiers sont aujourd'hui envisageables. Il resterait donc 1 million d'économies à faire.

Dès la séance de négociation sur les RTT le 24 août, la direction avait tenté de mettre cet objectif dans la balance. Les élus SNJ ont alors dit fortement, et réaffirmé lors du CE le 27 août que les salariés avaient déjà largement apporté leur tribut aux “économies”, de suppressions d'emplois en blocage des salaires en passant par le rationnement des moyens et l'aggravation des conditions de travail, le tout dans un contexte d'alourdissement de la charge de travail.

Pas question, en échange du maintien à Châteaudun, d'entrer dans un marché de dupes consistant en une espèce d' “union sacrée” avec la direction sur un programme d' “économies” sans cesse réitéré comme si l'actionnaire et la direction n'avaient pas d'autre perspective à offrir pour la presse du XXIe siècle.

Pour le SNJ, c'est au contraire l'actionnaire et la direction de GER qui ont une dette à l'égard des salariés qui n'ont cessé de tenter de maintenir au meilleur niveau la production et la qualité malgré les coups sans précédent qui leur étaient portés. Les salariés n'ont pas la mémoire courte !

15 juillet 2010

Réorganisations, RTT, salaires, déménagement... La direction ne répond pas

A l’ordre du jour du CE du 24 juin 2010,

La réorganisation de la rédaction de L’Entreprise. Malgré le départ du directeur de la rédaction, un de plus après de multiples suppressions de postes, la direction n’a rien à dire, évoquant juste un possible « repositionnement » du titre. « Vous ne semblez pas avoir pris la mesure de l’inquiétude des salariés. L'Entreprise dispose de moins en moins de moyens. Par exemple, des départs ne sont pas remplacés, des demandes de formation sont refusées... » alerte Eric Marquis.

Les RTT. La direction montre du doigt (une fois de plus) le SNJ, prenant prétexte qu’il l’a assignée en justice. Eric Marquis note que la direction prend l’habitude en CE de traiter le SNJ comme peut l’être un accusé dans le cadre d’un interrogatoire. Ce que la direction réfute, indiquant qu’elle compte reprendre les négociations. Dans ce cas, le SNJ y participera, confirment ses représentants. Mais la manière dont la direction envisage la négociation ressemble furieusement à « celle qui prévalait en ex-URSS : “ce qui est à vous est à vous, ce qui est à nous est négociable” », observe Bernard Poulet. La direction (dont la dernière proposition, fin 2008, consistait à diminuer de 22 à 13 le nombre de jours de RTT), « déplore les raidissements observés de la part des partenaires sociaux »

La réorganisation de la rédaction de Pianiste et la collaboration multi-titres. Des articles destinés à Classica sont publiés également dans Pianiste, sans que leurs auteurs (souvent des pigistes) soient même informés, ni rémunérés en plus. Un nouvel exemple de la duplication des articles entre les titres qui, peu à peu, devient la norme dans le groupe. « Le fait de publier un même article dans deux titres différents est un choix désastreux car, outre l'impact sur l'emploi, cela porte atteinte à l'identité des titres », alerte Eric Marquis. « D'ailleurs la direction évoque souvent la stratégie de "valorisation de la marque", c'est difficile si les contenus sont de plus en plus proches ! » Mais la direction « assimile Pianiste à une émanation de Classica », tout en souhaitant « susciter une complémentarité entre les deux titres »… De même, alors que, par exemple, certains articles de Studio Ciné Live sont repris par A Nous Paris, ou des articles du pôle « Maison », par L’Express Styles, sans que les auteurs soient ni informés ni rémunérés, la direction ne répond qu’ « accords de partenariat » ou qu’elle n’est pas au courant…

Pour les élus SNJ, il est intolérable que des articles soient repris sans autorisation des auteurs. C’est particulièrement scandaleux pour les pigistes, qui naturellement sont moins facilement informés de ces pratiques. Les accords « droits d’auteur » du Groupe ne sont plus respectés. De même, légalement, la collaboration du journaliste dans le cadre du contrat de travail concerne un seul titre. Or la direction impose de plus en plus des collaborations multi-titres sans aucune règle.

Les salaires. La dernière NAO (négociation annuelle obligatoire), qui n’avait abouti à aucune augmentation collective, prévoyait une « clause de revoyure » dépendant des résultats du Groupe. La direction ne laisse entrevoir aucune perspective, comme le prévoyait le SNJ.

L’éventuel déménagement. La direction négocie une baisse du loyer avec le propriétaire du site, et visite d’autres sites possibles, à Paris et en Ile-de-France.

Les moyens des représentants du personnel. Les élus SNJ avaient demandé que ce point soit inscrit à l’ordre du jour, car plusieurs élus ne peuvent pas exercer correctement leur mandat, notamment car ils ne sont pas remplacés quand ils participent aux réunions. La direction a répondu par une fin de non recevoir, car elle estime « gérable l’absence momentanée d’un salarié qui assiste à une réunion du Comité d'Entreprise ». Pour le SNJ, « empêcher les élus de participer à des réunions est une entrave au droit syndical. Il revient à la seule Direction de faire en sorte que les élus des IRP puissent sereinement exercer le mandat dont ils sont dépositaires ». « Que comptez-vous faire pour résoudre le problème de l’absence de certains élus un jour de bouclage ? » interroge Denise Grumel, proposant de remplacer les absents par des pigistes. Pour la direction, il est « prématuré de l’envisager » ! Eric Marquis relève que « c’est à la Direction de trouver les moyens nous permettant d’assister aux réunions ».

14 octobre 2009

Stop à la roulartisation !

Après la fusion de Point de Vue et de Mieux Vivre avec GER, la fusion prochaine de L’Etudiant et celle de Studio-Ciné Live, après l’annonce d’une réorganisation générale du groupe, il est temps aujourd’hui que tous les salariés de Roularta Media France se fassent entendre auprès de l’actionnaire.

Des emplois supprimés, des effectifs qui fondent, des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader, une baisse continuelle des moyens, la fermeture ou la vente de titres, le blocage des salaires, des déménagements, la remise en cause de nos acquis (35 heures)… voilà comment se traduit pour les salariés la stratégie de Roularta depuis que le groupe belge est devenu notre actionnaire principal. Nous payons très chèrement la dette qu’il a contractée pour financer son implantation en France.

Cette stratégie touche l’ensemble des titres et des entités juridiques de Roularta Media France.

C’est pourquoi tous les salariés de RMF doivent aujourd’hui prendre la parole, ensemble.



Roularta veut « mutualiser » les services ?

Alors, à notre tour, mutualisons nos forces !



Toutes les organisations syndicales des sociétés de Roularta Media France invitent les salariés (GER, l’Etudiant, À nous Paris, Studio Press) à une assemblée générale.



LUNDI 19 OCTOBRE à 13 heures

Salle JJSS au 6e étage

Envisageons ensemble les actions à mener !



CFDT CFTC CGT FO SNJ

19 juin 2008

L’heure du grand remue-ménage

Réaménagements internes et arrivée de L’Etudiant

Licenciement de la rédactrice en chef d’Atmosphères et d’un salarié du service Informatique pour des fautes professionnelles imaginaires, fin des renforts à la Lettre de L’Expansion, interruption des CDD de trois réviseurs à Point de Vue-Images du Monde et disparition, de fait, de la révision de ce titre (qui n’est pas dans le périmètre de Groupe Express-Roularta, mais dont les services sont de plus en plus intégrés à GER), non-renouvellement du CDD du fabricant de L’Expansion... L’arrivée prochaine sur le site de Châteaudun du Groupe L’Etudiant (qui perd au passage 33 % de ses mètres carrés) et les réaménagements en cours sont une aubaine pour la direction : elles lui permettent de justifier l’entassement, les mutualisations et les suppressions de postes en catimini.

Mini-bureaux, promiscuité et « open space total »

Cafouillages, improvisation et manque de concertation : nombre de salariés n’ont pas été informés des projets de la direction par leurs chefs de service, et certains de ces derniers ont été eux-mêmes tenus à l’écart de toute information... Quant à l’avis des personnes se retrouvant dans des bureaux « reconfigurés », bruyants ou ne garantissant pas la confidentialité indispensable à leur travail, la direction n’en a pas tenu compte.
GER s’obstine à poursuivre ses projets d’« open space total », que le SNJ estime inadaptés à la spécificité de nos métiers, en commençant par les rédactions et le marketing Web au 3e étage, regroupés autour de mini-bureaux, une innovation qui devrait être étendue au 5e puis au 4e. Elle a fait passer le service informatique (DSI) – mutualisé avec celui de L’Etudiant, ce qui est plutôt inquiétant pour les emplois –, du rez-de-chaussée au sous-sol, alors que d’autres solutions auraient pu être envisagées... si le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) avait été informé et consulté à temps, au lieu d’avoir été mis devant le fait accompli.
En effet, le CHSCT vient seulement de rendre, le 5 juin, un avis (partiel et défavorable) sur les projets de la direction, alors qu’ils ont été mis en œuvre depuis près de trois mois, au mépris de toutes les procédures légales.
L’arrivée du Groupe L’Etudiant dans nos murs avait été évoquée au cours du CE du 14 septembre 2007, puis discutée lors de celui du 19 octobre 2007. Depuis près d’un an, la direction planche donc sur ce projet : rien ne l’empêchait d’y associer le CHSCT, au lieu de passer en force, comme à son habitude et de court-circuiter les instances représentatives du personnel.
Seule bonne nouvelle, le CHSCT a voté la nomination d’un cabinet d’expertise, Isast (le même que celui qui a été mandaté par L’Etudiant pour suivre leur déménagement chez nous), qui conseillera le CHSCT sur les réaménagements en cours... même si la plupart d’entre eux ont déjà été menés à leur terme. Les salariés vont devoir veiller à ce que les préconisations d’Isast concernant les conditions de travail (éclairage, bruit, ventilation, espace...) soient suivies d’effets, comme la direction s’y est engagée.
Le Groupe L’Etudiant arrive fin juillet sur notre site. Leur direction affirme que cette opération n’a pas pour objectif de « remettre en cause l’autonomie de fonctionnement et de décision qui fait la force et la réussite » de l’entreprise, ni de « réaliser un plan de réduction d’effectifs ». Nous devrons tous être vigilants pour que tout cela ne se termine pas par des suppressions de postes sous prétexte de « doublons », une pratique dont notre direction a fait sa spécialité, au fil des rachats, des fusions et des changements d’actionnaires.

Retraites par capitalisation des journalistes

Le SNJ a dit non à un accord 100 % négatif

Lors du Comité d’entreprise du 22 mai dernier, la majorité du CE a donné un avis favorable à la mise en place d’une retraite complémentaire par capitalisation pour les journalistes. Le SNJ a refusé de donner son aval à cet accord qui porte un mauvais coup au système par répartition et aux intérêts des journalistes.
A l’avenir, les journalistes de GER cotiseront donc pour leur complémentaire selon le principe du chacun pour soi, avec la seule garantie de retrouver au moment de leur départ à la retraite, les sommes versées, amputées par l’inflation et par les frais de gestion prélevés par la Sogecap, la compagnie d’assurance-vie et de capitalisation de la Société générale.
Rappelons que de janvier 2005 à fin juin 2008, les titulaires d’une carte de presse à GER n’ont pas cotisé pour leur retraite complémentaire sur la base de 100 % de leur salaire mais seulement sur 70 %. Cela s’est traduit par des rémunérations nettes augmentées de 50 à 60 euros par mois mais aussi par une perte future de pension trois fois supérieure, puisque le salarié a moins cotisé et que la direction n’a versé aucune cotisation sur ces sommes « économisées ».
Dans cette affaire, les journalistes abandonnent trois ans et demi de cotisations de retraite (les leurs et les cotisations patronales), la seule façon d’espérer les récupérer étant d’en passer par une procédure judiciaire que le SNJ est prêt à mettre en oeuvre avec celles et ceux qui le souhaitent.
La direction est la seule vraie gagnante de ce marché de dupes : elle fait entériner les substantielles économies qu’elle a réalisées depuis 3 ans, et officialise celles qu’elle va faire dans les prochaines années.
Les journalistes sont les grands perdants de cette affaire. D’abord les CDD, qui ne pourront cotiser qu’au bout de six mois de présence, une véritable incitation pour la direction, à précariser encore davantage le statut des collaborateurs du groupe. Ensuite, les journalistes qui ont choisi, comme ils en ont le droit, de cotiser à 100 % à la fois sur leur retraite et sur leurs cotisations de la Sécurité sociale, désormais pénalisés par une surcomplémentaire inutile.
Autres personnes lésées : les journalistes proches de la retraite dont on ne voit pas ce que leur apportera le fait de cotiser à un tel régime pour si peu d’années, ainsi que ceux – ultramajoritaires – qui ne feront pas toute leur carrière dans le groupe, à commencer par les jeunes journalistes, car capitaliser n’a d’intérêt que sur le long terme.

Une remise en cause du régime par répartition

Enfin, le régime par répartition, insidieusement remis en cause au sein du groupe, est aussi la victime de cet accord qui risque de servir d’exemple à d’autres employeurs.
Il est regrettable, que certains aient cédé au chantage de la direction (capitalisation sinon rétorsions contre les salariés) en acceptant ce système, à rebours des valeurs de solidarité du syndicalisme. Car cet accord n’empêchera pas la poursuite du blocage des salaires à GER, la dégradation des conditions de travail, la réduction des effectifs, entraînant démotivation et perte de substance de nos titres.
Il intervient alors que les retraites complémentaires sont menacées. A la fin de l’année, l’Agirc pourrait ne plus verser en totalité la retraite des cadres et assimilés avant 65 ans : une autre façon de faire baisser le niveau des pensions. Et d’inciter toujours plus à alimenter des fonds de retraite privés, fonctionnant par capitalisation.
De plus, le projet d’allongement de la durée de cotisation de 40 à 41 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein aurait des conséquences catastrophiques dans notre secteur où l’âge d’entrée dans la profession ne cesse de s’élever, tandis que les plus de 50 ans ont le plus grand mal à rester en activité.

Absents non remplacés : encore plus de travail pour tous

La direction n’a pas transmis dans les délais légaux, les réponses aux questions des délégués du personnel, posées par le SNJ lors de la réunion du 22 mai dernier, ce que nous avons signalé à l’Inspection du travail. Une entrave au fonctionnement de l’institution des DP qui survient pour la deuxième fois en cinq réunions, depuis janvier. Voici deux questions posées lors de cette réunion et les réponses de la direction.

Question n° 1. Les journalistes de la rédaction technique de L’Express en congé en mai ont été remplacés seulement les jours de bouclage, voire pas du tout selon les services, ce qui a entraîné une surcharge de travail très importante pour les présents, donc des heures supplémentaires, s’ajoutant aux délais de bouclages plus courts en mai. Pourquoi les personnes absentes n’ont-elles pas été remplacées ? Que comptez-vous faire pour y remédier à l’avenir ?

Question n° 2. A L’Express, les assistantes en congé en mai n’ont pas été remplacées (pas d’assistante au service Monde et Culture, Courrier des lecteurs pendant plus d’une semaine, etc.) entraînant des difficultés de fonctionnement pour les services et un volume de travail considérable pour les assistantes à leur retour de congé. Pourquoi les absentes n’ont-elles pas été remplacées ? Comment comptez-vous organiser le remplacement des assistantes de L’Express, lors des congés d’été ?

Réponse : La Direction propose de répondre aux deux questions simultanément. Il n’y a pas de remplacement systématique des assistantes absentes pour des raisons économiques. En outre, les assistantes de la rédaction de L’Express sont organisées en binômes comme l’indique la note d’organisation qui leur a été diffusée le 20 mai et qui est remise en séance aux délégués du Personnel. Les remplacements des vacances d’été devront être organisés au sein des binômes. Une position différente est adoptée en cas d’absence maladie.
Il en est de même pour les journalistes des rédactions techniques qui ne seront plus systématiquement remplacés. La décision appartient aux chefs de services qui ont la parfaite connaissance des contraintes budgétaires dans lesquelles ils interviennent.

Le SNJ a du mal à comprendre les « raisons économiques » et autres « contraintes budgétaires » du non-remplacement systématique des absents, qui est devenu la règle, alors que GER a réalisé 3 millions d’euros de résultat d’exploitation en 2007..

Communiqué SNJ du 17 juin 2008

17-06-2008 Grand remue-menage.pdf