Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2010

RTT : les propositions de la direction

Propositions de la direction 24 sept 2010.doc

21 septembre 2010

RTT : La parole aux salariés

RTT : RIEN N’EST JOUÉ

La parole aux salariés

A l’unanimité, l’AG des salariés, réunie le 10 septembre dernier, avait demandé à « l’ensemble de (ses) représentants syndicaux de tout mettre en œuvre pour défendre l’intégralité de nos RTT » et de tenir « une assemblée générale unitaire ».

Malheureusement, les syndicats CFDT et CGT de GER nous ont répondu par la négative en ces termes : « (…) Le SNJ et l’Intersyndicale CFDT-CGT ont des divergences, bien connues de tous, sur l’action à mener contre la dénonciation de notre accord RTT (…). Aussi, et comme un de vos représentants l’indiquait lors de la dernière séance de négociations sur l’accord RTT, nous refusons ”d’étaler nos divergences” devant les salariés – ce qui ne profiterait, bien évidement, qu’à la direction. L’Intersyndicale CFDT-CGT ne participera donc pas à une assemblée générale de division syndicale. »

Quelle étrange pratique démocratique que de réduire le débat entre syndicats à une affaire de linge sale qu’il faudrait laver « en famille », à l’insu des premiers concernés, vous tous !

Pour notre part, SNJ et FO de GER, ainsi que SUD de l’Etudiant, nous déplorons ce refus d’entendre la demande des salariés et la confusion entretenue autour des actuelles négociations.
Brandir la menace d’une « disparition pure et simple de nos RTT », revient à se faire le relais du chantage de la direction.

Nous répétons notre volonté que la parole soit donnée aux salariés. Pour ce faire nous sommes prêts à organiser une consultation pour que les salariés décident eux-mêmes de la position à adopter, avant qu’un accord soit ficelé et soumis à un référendum, avec comme seul choix : « à prendre où à laisser », sans avoir eu la possibilité de peser sur les négociations en cours.

Dès à présent, nous invitons tous les salariés à une réunion d’information sur l’état réel des négociations, afin de décider ensemble des initiatives à prendre pour défendre l’intégralité de nos RTT.

Rendez-vous le mardi 28 septembre

à 12 heures, au 6e étage


Aux signataires de la pétition

Certains d’entre vous ont signé une pétition qui propose de faire passer le nombre de jours de RTT de 22 à 16, un projet motivé par le risque de se retrouver, à défaut d’accord, à « 35 heures avec zéro RTT ».

Or ce risque n’est pas crédible: en supprimant les RTT, la direction serait obligée de payer des heures supplémentaires, tout en gérant la désorganisation des services et la démotivation des salariés.

Plutôt que de nous faire peur inutilement, unissons nos forces pour faire reculer la direction :
pas question de toucher à un seul jour de RTT !

En octobre 2008, à l’initiative du SNJ, de la CFDT et de la CGT, nous avions fait signer massivement une pétition… qui s’opposait « à la réduction du nombre de jours de RTT (…), une véritable provocation après des années de perte de pouvoir d’achat et de suppressions d’emplois. »

Que s’est-il passé, depuis, pour que ces 22 jours de RTT que nous défendions ensemble se transforment en 16 jours dans la pétition proposée à votre signature ?

 

Le SNJ de GER,
FO de GER,
SUD de L’Etudiant


20 septembre 2010

20 septembre 2010

Retraite : tous en grève et dans la rue le 23 septembre

(Communiqués nationaux)


Tous en grève et dans la rue le 23 septembre (SNJ)

Journalistes et autres salariés des médias Tous dans la rue le 23 septembre ! (SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SJ-CFTC et CFE-CGC)

A Paris, l’intersyndicale SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SJ-CFTC et CFE-CGC donne rendez-vous

entre 12h30 et 13h, boulevard Henri IV au niveau du 37, à l'angle de la rue Castex

14 septembre 2010

RTT : résolution votée en AG

Le SNJ, FO et la CGT de L’Etudiant portent à votre connaissance la résolution votée à l’unanimité par les 150 salariés présents lors de l’assemblée générale du personnel réunie vendredi dernier.

« Les salariés du Groupe Express-Roularta réunis le vendredi 10 septembre 2010 se prononcent sans équivoque pour lemaintien de l’intégralité de leurs jours de RTT.

Ceci n’est pas négociable.

Après des années de gel salarial et de réduction des effectifs, ces RTT sont un de nos derniers acquis. Il n’est donc pas question d’abandonner un seul jour.

C’est pourquoi nous demandons à l’ensemble de nos représentants syndicaux de tout mettre enoeuvre pour défendre l’intégralité de nos RTT.

Nous demandons à l’ensemble des organisations syndicales du groupe d’organiser d’ici une semaine une assemblée générale unitaire pour les RTT et pour discuter de l’organisation d’un référendum sur cette question. »


Le SNJ de GER,
FO de GER,
La CGT de L’Etudiant

10 septembre 2010

09 septembre 2010

Ensemble, défendons nos RTT !

13, 16 ou 22 jours ?

Ensemble, défendons nos RTT !

Notre appel (SNJ, FO, CGT de L’Etudiant), à toutes les organisations syndicales du groupe afin de tenir, ensemble, une assemblée générale (voir notre tract du 23 août dernier) est malheureusement resté sans réponse.

Depuis fin juin, nous connaissons le projet de la direction de GER. Il est grand temps d'envisager la meilleure façon de défendre le nôtre, dans l'action et la mobilisation.

Alors que la direction propose de ramener le nombre de jours de RTT de 22 à 13, la CFDT et la CGT de GER se disent prêtes à accepter 16 jours, contre de très hypothétiques «compensations» en congés et salaire. « Il faut un nouvel accord sur les RTT », affirment-ils. Pour quelle raison ? L’accord actuel ne leur convient-il plus, alors qu’ils l'avaient signé ?

Ne faudrait-il pas plutôt rassembler nos forces pour obliger la direction à reconduire un accord sur 22 jours de RTT ? Comment peux-t-on peser dans une négociation sans mobiliser les salariés ?

« Tout ce qui nous reste aujourd'hui, c'est les accords 35 heures, puisque tant au niveau salarial que des effectifs, la rigueur nous est imposée depuis 8 ans. » * Tous les syndicats étaient d’accord sur ce constat fin 2008. Depuis, GER a subi deux autres années de rigueur. Et la direction nous annonce, à l’occasion du maintien sur le site de Châteaudun (et la réduction du loyer de 2 millions d’euros par an), la « nécessité de nouvelles économies » …

Pour nous, plus encore qu’en 2008, nos jours de RTT doivent être défendus, intégralement et sans concession. Le chantage que fait la direction à la semaine de 35 heures sans RTT ne doit pas être toléré. Elle n’y a aucun intérêt, puisqu’elle devrait payer des heures supplémentaires, contrôler le temps de présence de chacun, sans parler de l’ambiance instaurée par l’obligation de pointer.

13, 16 ou 22 jours ? Il est urgent d’avoir ce débat avec tous les syndicats et tous les salariés. C'est pourquoi nous vous invitons à participer à une assemblée générale afin de montrer notre détermination. Pour établir un rapport de force qui nous soit favorable, l’unité est indispensable. Décidons des actions à mener pour défendre nos RTT.

Assemblée générale

vendredi 10 septembre à 12 heures

au sixième étage



Déclaration à l’AFP d’un représentant CGT-CFDT de GER, le 12-09-2008.



Le SNJ de GER,
FO de GER,
La CGT de L’Etudiant


9 septembre 2010

----

Lire aussi le tract du SNJ du 17 novembre 2008 "Pas un jour de RTT ne doit être bradé" (note du SNJ).

04 septembre 2010

Contre la retraite à 67 ans : tous dans la rue le 7 septembre !

(Communiqué national)


Contre la retraite à 67 ans : tous dans la rue le 7 septembre !

15 juillet 2010

Réorganisations, RTT, salaires, déménagement... La direction ne répond pas

A l’ordre du jour du CE du 24 juin 2010,

La réorganisation de la rédaction de L’Entreprise. Malgré le départ du directeur de la rédaction, un de plus après de multiples suppressions de postes, la direction n’a rien à dire, évoquant juste un possible « repositionnement » du titre. « Vous ne semblez pas avoir pris la mesure de l’inquiétude des salariés. L'Entreprise dispose de moins en moins de moyens. Par exemple, des départs ne sont pas remplacés, des demandes de formation sont refusées... » alerte Eric Marquis.

Les RTT. La direction montre du doigt (une fois de plus) le SNJ, prenant prétexte qu’il l’a assignée en justice. Eric Marquis note que la direction prend l’habitude en CE de traiter le SNJ comme peut l’être un accusé dans le cadre d’un interrogatoire. Ce que la direction réfute, indiquant qu’elle compte reprendre les négociations. Dans ce cas, le SNJ y participera, confirment ses représentants. Mais la manière dont la direction envisage la négociation ressemble furieusement à « celle qui prévalait en ex-URSS : “ce qui est à vous est à vous, ce qui est à nous est négociable” », observe Bernard Poulet. La direction (dont la dernière proposition, fin 2008, consistait à diminuer de 22 à 13 le nombre de jours de RTT), « déplore les raidissements observés de la part des partenaires sociaux »

La réorganisation de la rédaction de Pianiste et la collaboration multi-titres. Des articles destinés à Classica sont publiés également dans Pianiste, sans que leurs auteurs (souvent des pigistes) soient même informés, ni rémunérés en plus. Un nouvel exemple de la duplication des articles entre les titres qui, peu à peu, devient la norme dans le groupe. « Le fait de publier un même article dans deux titres différents est un choix désastreux car, outre l'impact sur l'emploi, cela porte atteinte à l'identité des titres », alerte Eric Marquis. « D'ailleurs la direction évoque souvent la stratégie de "valorisation de la marque", c'est difficile si les contenus sont de plus en plus proches ! » Mais la direction « assimile Pianiste à une émanation de Classica », tout en souhaitant « susciter une complémentarité entre les deux titres »… De même, alors que, par exemple, certains articles de Studio Ciné Live sont repris par A Nous Paris, ou des articles du pôle « Maison », par L’Express Styles, sans que les auteurs soient ni informés ni rémunérés, la direction ne répond qu’ « accords de partenariat » ou qu’elle n’est pas au courant…

Pour les élus SNJ, il est intolérable que des articles soient repris sans autorisation des auteurs. C’est particulièrement scandaleux pour les pigistes, qui naturellement sont moins facilement informés de ces pratiques. Les accords « droits d’auteur » du Groupe ne sont plus respectés. De même, légalement, la collaboration du journaliste dans le cadre du contrat de travail concerne un seul titre. Or la direction impose de plus en plus des collaborations multi-titres sans aucune règle.

Les salaires. La dernière NAO (négociation annuelle obligatoire), qui n’avait abouti à aucune augmentation collective, prévoyait une « clause de revoyure » dépendant des résultats du Groupe. La direction ne laisse entrevoir aucune perspective, comme le prévoyait le SNJ.

L’éventuel déménagement. La direction négocie une baisse du loyer avec le propriétaire du site, et visite d’autres sites possibles, à Paris et en Ile-de-France.

Les moyens des représentants du personnel. Les élus SNJ avaient demandé que ce point soit inscrit à l’ordre du jour, car plusieurs élus ne peuvent pas exercer correctement leur mandat, notamment car ils ne sont pas remplacés quand ils participent aux réunions. La direction a répondu par une fin de non recevoir, car elle estime « gérable l’absence momentanée d’un salarié qui assiste à une réunion du Comité d'Entreprise ». Pour le SNJ, « empêcher les élus de participer à des réunions est une entrave au droit syndical. Il revient à la seule Direction de faire en sorte que les élus des IRP puissent sereinement exercer le mandat dont ils sont dépositaires ». « Que comptez-vous faire pour résoudre le problème de l’absence de certains élus un jour de bouclage ? » interroge Denise Grumel, proposant de remplacer les absents par des pigistes. Pour la direction, il est « prématuré de l’envisager » ! Eric Marquis relève que « c’est à la Direction de trouver les moyens nous permettant d’assister aux réunions ».

21 mai 2010

2e avertissement contre le représentant syndical SNJ

Le 23 février 2010, la section SNJ de Groupe Express Roularta publiait sur le Blog du SNJ Groupe Express les extraits d’un article de Jacques Gevers, ancien patron de la rédaction du Vif-L’Express, paru dans une revue belge.

Le 9 avril, Marc Feuillée, président du directoire de Groupe Express Roularta, a adressé un nouvel avertissement (voir le premier) à Eric Marquis, en tant que directeur de la publication du Blog du SNJ Groupe Express.

Eric Marquis a répondu par retour de courrier, invoquant la liberté d’expression, et demandant donc la levée de cette sanction en lien direct avec son activité syndicale. Le SNJ a également écrit à Marc Feuillée.

16 avril 2010

L'intox continue

Mardi 13 avril, la DRH a adressé à tous les salariés, par la messagerie interne, l' “accord seniors”.

Elle indique qu'il a été “signé le 17 décembre dernier par la direction et les organisations syndicales”.

En réalité, cet “accord” n'a pas été signé par les organisations syndicales, mais par 2 organisations syndicales sur 5 (comme peuvent le constater ceux qui le parcoureront jusqu'à la fin, où figurent les signatures) : seules la CFDT et la CGT l'ont signé, pas le SNJ, FO et la CFTC.

Une fois de plus, la direction délivre une information biaisée, que les syndicats ne peuvent pas corriger puisqu'il leur est interdit d'utiliser la messagerie interne.

Ils avaient bénéficié d'une autorisation (deux messages par semaine) pendant la période électorale, c'est-à-dire jusqu'au 31 mars inclus.

Or, la direction communique auprès des salariés le 13 avril... sur un accord signé le 17 décembre !

27 mars 2010

Pigistes : le SNJ toujours en première ligne

Lors de leur dernier mandat, les élus du SNJ du Groupe Express-Roularta ont bataillé ferme pour défendre les droits des pigistes dans les instances représentatives du personnel, au comité d’entreprise comme lors des réunions des délégués du personnel.

Les pigistes votent sans conditions de revenus

Ils ont obtenu que les pigistes puissent voter et être éligibles lors de ces élections à GER, sans conditions de revenus, conformément à un jugement de novembre 2009 (lire encadré sur le protocole pigistes). Electorat et éligibilité des pigistes ne sont donc plus conditionnés que par le nombre de bulletins de salaire dans les douze derniers mois précédent l’élection. Une grande victoire du SNJ et de FO, non seulement pour les journalistes pigistes mais plus largement pour la profession, puisque la loi pose une égalité de droit entre tous les journalistes, qu’ils soient mensualisés ou pigistes (Code du travail, art. L. 7112-1)

Les mauvais coups du « protocole pigistes »

Signé en novembre 2008 par trois syndicats minoritaires, dont la CFDT, le protocole d’étape concernant les droits des pigistes a été partiellement annulé par la justice, à la suite d’une action intentée par le SNJ, la CGT et FO (trois syndicats réunissant près de 74 % des voix aux dernières élections de la Commission de la carte).
Le 3 novembre 2009, le Tribunal de grande instance de Paris a déclaré illicites une clause restrictive de ce protocole concernant le droit électoral des pigistes et leur non-prise en compte dans le calcul des effectifs sans carte professionnelle, alors que celle-ci n’est ni obligatoire, ni constitutive de la qualité de journaliste.
Le TGI a aussi rappelé aux employeurs l’obligation de paiement des primes d’ancienneté sur l’intégralité du salaire, quand aucun barème de pige n’existe, et l’obligation d’inscrire les pigistes dans le registre unique du personnel. Le jugement confirme par ailleurs l’application des dispositions de la Convention collective des journalistes en cas de maladie, accident du travail et maternité, plus protectrices que les dispositions du protocole.
Le 27 janvier 2010, l’ensemble des syndicats de journalistes ont demandé la renégociation de ce protocole remettant en question les droits des pigistes, afin de « renforcer les bases incontestables des droits légaux, conventionnels et statutaires des journalistes pigistes ».
Retrouvez l’analyse du SNJ sur le protocole d’étape pigistes sur le site du SNJ

Les élus du SNJ ont également défendu celles et ceux dont le montant des piges avait subi une diminution notable, ou dont la collaboration avait été brutalement arrêtée, obtenant de justes indemnités de licenciement. Ce qui s’est malheureusement produit de plus en plus souvents dans le groupe ces dernières années.

Nos revendications

• L’augmentation des tarifs de pige parallèle à celle des salaires des journalistes mensualisés de l’entreprise.
• La prime d’ancienneté ajoutée au salaire de base, et non intégrée dans le tarif de pige.
• Le bénéfice de l’épargne salariale (accords de participation, d’intéressement, PEE plan d’épargne bonifié par l’employeur).
• La modification du contrat de travail ou le licenciement en cas de baisse du volume de piges ou de leur disparition.
• Le maintien du salaire en cas de maladie, maternité et accident du travail, comme le prévoit la convention. Les pigistes concernés ne doivent pas être renvoyés vers un régime de prévoyance conçu pour le décès, l’invalidité et la longue maladie.
• Les cotisations sociales à 100 % du salaire pour ceux qui n’ont pas opté pour l’abattement.

Nos élus ont aussi bataillé pour faire cesser les pratiques discriminatoires à l’égard des journalistes rémunérés à la pige : la grande majorité des pigistes du Groupe Express-Roularta ne bénéficie toujours pas de primes d’ancienneté ; les tarifs des piges n’ont pas été revalorisés depuis des années ; les pigistes sont exclus du bénéfice des accords collectifs notamment les augmentations de salaire annuelles (le SNJ et FO ont insisté sur la nécessité d’inclure les pigistes dans le cadre de la dernière négociation sur les salaires) ; le 13e mois et les congés payés sont déduits du montant des piges...

Non aux piges « tout compris »

Il faut en finir avec un usage fréquent mais contraire à la convention collective qui consiste à verser 13e mois et congés payés au mois, sur chaque pige, avec chaque bulletin de salaire.
C’est une manière, pour les entreprises, d’inclure le 1/12e (13e mois) et le 1/10e (congés payés) dans le tarif de la pige. La convention collective prévoit le paiement annuel de ces deux éléments de salaire, en plus du tarif de la pige. De plus, les congés payés et le treizième mois doivent être calculés sur l’ensemble des salaires (y compris les congés payés de l’année précédente). C’est la loi. Avec le paiement mensuel, les employeurs lèsent donc les pigistes de un dixième + un douzième du dixième des salaires, soit près de 2 % !

En votant nombreux pour nos candidates et nos candidats, vous êtes assurés de faire élire des journalistes compétents et efficaces pour défendre vos droits. Et vous renforcez aussi, le premier syndicat de journalistes afin qu’il pèse dans les instances nationales de négociation, comme par exemple celles sur un barème minimal de piges, face aux représentants des patrons de presse.

Le SNJ, premier syndicat de journalistes

Le Syndicat national des journalistes (49,59 % des voix aux élections à la Commission de la carte, un score obtenu face à six listes concurrentes) est le plus présent dans les entreprises de presse, les négociations et les instances nationales où sont défendus les droits et intérêts des journalistes. Il met à leur disposition, qu’ils soient syndiqués ou non, des permanences (juridique, emploi, pigistes, etc.) et des services pratiques ainsi qu’un site Internet : www.snj.fr
• SNJ 33, rue du Louvre, 75002 Paris. Tél. : 01 42 36 84 23

Votez pour les candidats du SNJ !

24 février 2010

Multimédia : GER en pleine expérimentation

Lors du CE du 19 février 2010, la direction a présenté devait présenter ses projets, ses vues, son approche en ce qui concerne Internet et le multimédia.

Le SNJ avait notamment demandé que soit inscrit à l'ordre du jour le projet de web payant de L'Express, annoncé lors d'un précédent CE, mais dont la presse a annoncé la remise en cause. Le SNJ a regretté que les représentants du personnel n'aient pas été informé de cette renonciation comme ils l'avaient été du projet.

La direction a confirmé qu'elle renonçait à ce projet. Elle a indiqué qu'elle étudiait différents modèles et qu'elle s'inscrivait, comme les autres entreprises de presse, dans une logique de test, d'expérimentation, dans “un processus empirique”.

En revanche, en ce qui concerne les salariés, la direction veut leur donner “les moyens et la formation nécessaires” pour “publier, commercialiser, négocier” dans tout ce qui concerne les nouveaux médias. D'où le plan de formation Wan-Ifra. Pour les journalistes, la direction annonce ses objectifs : à terme, des rédactions fusionnées ; en attendant, publier plus sur Internet.

Les élus SNJ sont intervenus pour regretter l'absence de stratégie de la direction. Et relever la contradiction entre

  • l'expérimentation avouée sur les objectifs
  • le dogmatisme mis en œuvre sur les moyens, en particulier pour les personnels : travailler plus, sur différents supports, mais à effectifs moindres.

Le président du directoire s'est alors emporté dans une tirade agressive à l'égard du SNJ, lui demandant quelle est la stratégie qu'il préconise. Les élus SNJ ont répondu que la définition de la stratégie de l'entreprise ne relève pas de la compétence des représentants du personnel.

L'ordre du jour prévoyait ensuite un point sur les négociations.

  • Le président du directoire a manifesté son intérêt pour la négociation multimédia réclamée par la CFDT et la CGT, il a évoqué le droit d'auteur et les aspects juridiques de la collaboration multi-supports (voir Négociations : oui, mais pour quoi ?)
  • Sur la négociation annuelle obligatoire (NAO), voir Salaires : 0 %, avec les remerciements de la direction !
  • Sur la RTT, le président du directoire a indiqué que “le calendrier social du groupe étant bloqué par de multiples négociations”, il propose la prolongation des dispositions actuelles (qui devaient arriver à échéance en avril) jusqu'au 1er juillet, ceci pour permettre une négociation éventuelle dans le 2e trimestre (voir CET : le SNJ ne bradera pas sa signature et Pas un jour de RTT ne doit être bradé).
  • Sur les élections des CE et DP, direction et représentants du personnel ont indiqué que la négociation était en cours pour tenir les élections début avril.

18 janvier 2010

Négociations : oui, mais pour quoi ?

Lors du CE du 18 décembre 2009, la question des négociations - passées, à venir, souhaitables ou non – a été abordée. Représentant syndical du SNJ, Eric Marquis s'est adressé en ces termes à la direction :

Ces dernières années les salariés ont beaucoup souffert : de moins en moins d’effectifs pour faire de plus en plus de choses, des conditions de travail et le pouvoir d’achat qui se dégradent. Donc, en réalité, la direction mène ses projets à leurs fins au détriment d’un certain nombre d’acquis du personnel.

S’agissant de votre volonté de globaliser les négociations, je rappelle que les acquis obtenus par les salariés au fil des années sont le fruit de leur combativité. Par exemple, sur les droits d’auteur, des journalistes sont allés devant les tribunaux, la jurisprudence a penché dans leur sens, et les directions ont enfin accepté de négocier. Quant aux 35 Heures, c’est une mobilisation des salariés et des syndicats qui a conduit à une loi.

Si la direction veut remettre tout cela sur la table, c’est pour revenir en arrière. D’où la prudence du SNJ.

En outre, certains sujets sont davantage prioritaires que d’autres. Par exemple, dans les entreprises où existe déjà un accord droits d’auteur, la loi laisse encore deux ans et demi pour négocier ; or, même s’il y a davantage de collaboration multimédia, il y aura toujours par ailleurs reprise sur le web d’œuvres publiées sur le papier.

L’échéance de l’accord 35 heures est plus proche, et les salariés veulent savoir quelle est l’organisation qui les attend. Mais s’il s’agit d’ouvrir une négociation sur la base « combien de jours de RTT en moins ? » le SNJ est en désaccord (voir CET : le SNJ ne bradera pas sa signature et Pas un jour de RTT ne doit être bradé).

En résumé, nous nous élevons contre la globalisation des problèmes. Le risque quand il y a plusieurs négociations simultanées, c’est d’entendre « je vous donne tant sur le multimédia, en échange je vous reprends tant sur le temps de travail. » A contrario, sur chaque dossier, si on demande plus aux salariés il faut leur donner quelque chose. Par exemple, sur le multimédia, si on demande aux salariés de travailler plus, il doit y avoir des compensations, et ce ne peut pas être les droits d’auteur, qui concernent non pas le travail mais la reprise des œuvres.

Sur le multimédia, voir “Compression numérique, compression journalistique ?”, une des contributions du SNJ aux Etats généraux de la presse.

21 décembre 2009

Accord "seniors" : pourquoi le SNJ n'a pas signé

La loi oblige les entreprises, avant le 31 décembre 2009, à signer avec les syndicats un accord sur l'emploi des "seniors", ou à présenter un plan sur cette question.

Après plusieurs semaines de négociations marathon, la direction, la CGT et la CFDT ont signé un accord qui a été présenté au Comité d'entreprise (CE) du 18 décembre.

Le SNJ, FO et la CFTC ne l'ont pas signé.

Lors de la réunion du CE du 18 décembre, André Spiga (délégué syndical SNJ) et Eric Marquis (représentant syndical SNJ) ont expliqué pourquoi le SNJ n'a pas signé cet accord.

  1. L'accord n'implique de la part de la direction aucun engagement, seulement des "objectifs"
  2. Plusieurs passages consistent simplement à copier-coller ce que prévoit la loi, à laquelle l'entreprise est tenue de toute façon. Par exemple, l'accès à la VAE (Validation des acquis de l'expérience) ou au bilan de compétences : aucun engagement que cela aura un impact sur la position du salarié dans l'entreprise
  3. La politique de suppressions d'effectifs menée depuis longtemps peut continuer, quels que soient les "objectifs" prévus par l'accord. Ainsi, les temps partiels proposés aux "seniors" ne sont aucunement compensés par des renforts d'effectifs.
    De même pour le "tutorat". Ainsi, l'opération "Grandes écoles" de L'Express, pour laquelle sont sollicités depuis longtemps de nombreux salariés, est montrée en exemple, alors que le temps passé par les personnels concernés n'est pas compensé : c'est coucher sur le papier un usage pour le moins contestable
  4. 35 % du plan de formation est destiné à 20 % des effectifs

Pour le SNJ, le problème principal reste l'emploi : cet "accord" ne remet pas en cause la politique de réduction systématique des effectifs.

A partir du moment où ce texte ne comporte aucun progrès par rapport à la politique actuelle de la direction, le SNJ ne voit pas pourquoi des syndicats le signent. D'autant que, sans accord syndical, la direction peut éviter l'amende prévue par la loi en élaborant son propre plan.

Donc, en l'absence de vrais progrès pour les salariés, la signature des syndicats revient pour eux à se faire les complices d'une opération de communication de la direction.

Tract SNJ 21-12-2009.pdf

22:50 Publié dans Négociation | Tags : emploi, loi, seniors, stagiaires

05 juin 2009

CE du 29 mai 2009

Pour une synthèse plus complète de tous les points abordés, voir le compte-rendu officiel.

Point sur les négociations à venir

La CFDT et la CGT réitèrent leur demande de réouverture de la négociation sur la RTT (voir CET : le SNJ ne bradera pas sa signature et Pas un jour de RTT ne doit être bradé). La direction va proposer aux salariés qui le souhaitent de monétiser avant le 30 juin 10 jours maximum du compte épargne temps (CET). De plus, les salaires de juin ne seront versés que le 2 juillet. La direction indique que cette mesure permettra à l'entreprise de mieux passer l'échéance comptable de la fin du premier semestre.

Une réunion sur l'emploi des seniors (négociation prévue par la loi) sera convoquée pour le 19 mai.

Marc Feuillée, président du directoire, demande l'ouverture d'une négociation sur la partie du réglement intérieur relative aux fumeurs. Il met en cause les “pauses cigarettes”. Le SNJ élève une vive protestation contre ce qu'il considère comme une provocation. Il faudrait au contraire saluer le sens de la responsabilité des salariés qui se sont pliés sans difficulté à l'interdiction de fumer dans l'immeuble avant même que la loi l'exige. Le SNJ dénonce la tentative de la direction de monter les salariés les uns contre les autres au prétexte d'une soi-disant inégalité de temps de travail entre fumeurs et non-fumeurs. Il faudrait plutôt inciter tout le monde a prendre des pauses car les textes édictent que le travail sur écran implique des pauses régulières. De plus, chacun sait que les salariés du groupe ne comptent pas leurs heures, par exemple nombreux sont ceux qui travaillent les jours fériés, comme on le voit en ce mois de mai, au nom des impératifs de production lesquels sont pourtant l'objet d'une interprétation extensive de la part de la direction (ex. travail le vendredi pour un hebdo qui boucle le mardi). Au sortir du plan “social”, quand près de 60 départs ne sont pas remplacés, les salariés subissent déjà suffisamment de difficultés, de pression et de stress pour assumer une masse de travail qui ne diminue pas, au contraire ! Dans ce contexte, les assertions de la direction sont d'autant plus scandaleuses.

Elections consécutives aux départs de représentants du personnel dans le cadre du PSE

Une nouvelle trésorière du CE est élue à l'unanimité.

Pour l'élection aux deux postes vacants au CHSCT (Comité hygiène, sécurité et conditions de travail), la CFDT et la CGT présentent deux candidates, et Dominique Noblecourt (Point de vue) se présente. Après une suspension de séance permettant aux représentants du personnel d'échanger en l'absence des représentants de la direction, les candidates CFDT-CGT sont élues avec les 7 voix des élus CFDT et CGT, Dominique Noblecourt recueillant la voix du représentant du SNJ.

Le CHSCT devra élire son secrétaire. Le CE à l'unanimité soutient la candidature de Denise Grumel (SNJ), eu égard à son investissement dans cette instance.

Réorganisations à la suite du PSE

Les élus s'étonnent que la direction refuse de leur communiquer les organigrammes fonctionnels du groupe. Le SNJ trouve aberrant et choquant que la direction estime préférable que les salariés ne sachent pas qui fait quoi.

Le CE passe en revue plusieurs situations très problèmatiques et n'obtient pas de réponses satisfaisantes de la part de la direction.

13 janvier 2009

Non à la casse de la doc !

Les négociations sur le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sont à peine entamées que, déjà, la direction veut passer en force sur la documentation, mettant, une nouvelle fois, élus et salariés devant le fait accompli.

Quelques heures après qu'elle a remis en Comité d’entreprise (CE) une note écrite concernant la doc, les salariés (17 personnes, 15,5 équivalent temps plein) ont été informés des projets de restructuration les concernant : maintien d’une documentation « extrêmement resserrée » (seulement 5 à 6 postes conservés), passage d’une partie des effectifs (5 à 6 personnes) au Web afin de créer de nouvelles offres destinées aux internautes, et 6 suppressions d’emploi. Dans la foulée une réunion d’information avait lieu lundi après-midi, et les documentalistes priés de faire connaître leur souhaits quant à leur avenir avant la fin de la semaine…

Des procédés totalement illégaux qui ont choqué les 200 personnes présentes lors de l’assemblée générale du personnel : le PSE n’entre en vigueur que le 13 février prochain, après le vote d’un avis du CE sur la totalité du dispositif. Aucune restructuration ne peut donc commencer, d’autant que les élus sont loin d’avoir obtenu les informations nécessaires de la part de la direction pour que le PSE démarre dans de bonnes conditions.

De plus, cette mise en pièces de la doc va encore dégrader les conditions de travail des documentalistes restants, celle des rédactions et nuire à la qualité rédactionnelle de nos titres.

L’AG a mandaté les délégués syndicaux et le secrétaire du CE pour protester auprès de la DRH, et rédiger une motion demandant notamment une hausse des bonifications de départ proposées aux partants volontaires, et le respect d’un réel volontariat, et pas de volontariat « contraint » ou du volontariat qui n’arrangerait que la direction de GER.

---

Les Echos, 13 janvier 2009

“Le groupe Express-Roularta va licencier 51 salariés”

“ [...] Vendredi dernier, la direction a informé le comité d'entreprise du groupe de presse d'un plan d'économies de 10 millions d'euros. [...] Ce plan concerne 51 postes sur les 555 salariés que compte le groupe. [...] Dans le détail, 23 postes de cadres, 18 de journalistes et 10 d'employés seront touchés. [...] Le comité d'entreprise doit rendre son avis, purement consultatif, le 13 février prochain, soit quinze jours après que le CE aura reçu une analyse chiffrée d'un expert-comptable sur les comptes de la société.

[...] La direction se réserve le droit de refuser un départ s'il n'est pas question que le poste du salarié soit supprimé. La seule certitude vient du pôle documentation. Sur les 17 personnes de ce pôle, 5 à 6 d'entre elles devront s'occuper exclusivement du Web, six autres resteront sur le papier et les autres personnes seront licenciées.

Ces décisions font suite aux récentes déclarations du groupe belge Roularta, qui a estimé ne pas pouvoir atteindre son objectif de 10 % d'excédent brut d'exploitation sur son prochain exercice pour cause de baisse des revenus publicitaires en France. [...] A la suite de cette annonce, une assemblée générale des salariés s'est tenue ce matin. « Il a été décidé de faire circuler une motion auprès des salariés pour demander à ce que le plan de départs volontaires soit un véritable plan volontaire », ajoute une source syndicale. [...] ”

00:20 Publié dans Presse | Tags : documentation, emploi, économies, loi, ag