Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2013

Tous ensemble contre le PSE !

SUD  SNJ  FO

Tous ensemble contre le PSE !

Le SNJ, SUD et FO participeront à l’AG,
vendredi, à 15 heures (salle JJSS)

• CDD D’USAGE : ON EST LOIN DU COMPTE
Cette négociation – un préalable, pour nous, à toute discussion sur le PSE – ne prend pas le bon chemin.
Les pigistes forfaitisés et les CDD longue durée, remplaçant un CDI, doivent être inclus dans la négociation.
➜ Les critères de la direction sont trop restrictifs (deux ans de présence, un mi-temps minimum en 2012). Les postes faisant partie intégrante de l’activité normale et permanente des magazines doivent être requalifiés.
Si la discussion s’enlise, le SNJ et SUD demanderont aux élus du comité d’entreprise (comme ils l’ont déjà fait sans, malheureusement, être suivis), de voter une motion réclamant l’intervention de l’inspection du travail, afin de faire requalifier tous les contrats illégaux.

• LA DIRECTION EST PRESSÉE. PAS NOUS.
Les réunions marathons et les négociations se succèdent à un rythme effréné, sans aucune avancée ni proposition concrète. La direction est pressée que le CE rende son avis pour passer à la mise en oeuvre de son plan. Il n’est pas dans l’intérêt des salariés de suivre son tempo. Elle n’a pas reculé sur le nombre de licenciements et campe sur ses positions. Un CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) est convoqué le 28 mars. Son avis est déterminant pour la mise en oeuvre du PSE. Pourquoi tant de précipitation, alors que le comité d’entreprise a à peine commencé l’examen du plan ?

• QUELS PROJETS POUR L’EXPRESS ?
Malgré les démentis, le plateau technique (en particulier les iconographes) est dans le viseur. Les rédacteurs risquent demain d’effectuer des tâches (SR, maquette, iconographie…) pour lesquelles ils n’ont ni le temps, ni les compétences. La qualité et l’identité de L’Express sont menacées. La direction doit dire clairement ce qu’elle compte mettre en oeuvre.

• LA DIRECTION NOUS ENVOIE DANS LE MUR
Faute de stratégie, par ses erreurs de gestion et de management, la direction de GER est en grande partie responsable des difficultés du groupe. Réduire la masse salariale de 10 % en tuant des titres ou en les mutualisant, affaiblir dangereusement les services transversaux et s’attaquer au coeur de nos activités ne va pas redresser la situation de GER.

La direction du groupe doit renoncer à un projet de PSE qui met l’avenir de GER en danger.

Pour mieux négocier, il faut gagner du temps.
Pour la faire reculer, il faut passer à la vitesse supérieure.
Retard, blocage, non-parution de titres... Décidons-en tous ensemble.

13 mars 2013

CE du 8 mars : la direction n'entend pas la mobilisation des salariés

Comité d'entreprise extraordinaire
du 8 mars 2013

En préambule, à l’initiative du SNJ, les élus du CE ont demandé des renforts, durant toute la durée du PSE, dans les services où travaillent les représentants du personnels, pour pallier leur absence dans leurs services le temps des réunions et de leur préparation. La direction a donné son accord.

Réorganisation de L'Express : qui dit vrai ?

A l’ouverture du CE extraordinaire du vendredi 8 mars, ayant pour objet l’examen du projet de PSE lancé par GER, le SNJ est intervenu, par la voix de Denise Grumel, pour demander à Christophe Barbier (directeur général, directeur de la rédaction de L'Express) des éclaircissements sur les projets de réorganisation de la rédaction de L’Express évoqués par le bureau de la Société des journalistes (SDJ) de L'Express, lors de la dernière réunion de celle-ci.

Les rédacteurs réaliseraient seuls le premier cahier de L’Express, assurant la recherche iconographique pour illustrer leur article, coulant le texte dans la maquette et rédigeant la titraille. Un tel projet, dont les conséquences sur l’existence des métiers techniques seraient très lourdes, doit nécessairement faire l’objet d’une information-consultation au sein du CE, a rappelé le SNJ.

Christophe Barbier a démenti en bloc ces informations, les mettant sur le compte d’une SDJ « nouvellement élue qui se cherche et dont les formulations sont un peu impétueuses ». Le CE a pris acte de ce démenti.

Il n’empêche, il y a lieu de s’interroger sur la communication à géométrie variable de la direction de la rédaction de L’Express. Plus encore que d’ordinaire, dans des circonstances aussi graves que celles d’un PSE, il est essentiel que la direction fasse preuve de transparence dans les informations qu’elle communique aux représentants du personnel, quels qu’ils soient.

"CDD d'usage" : il faut saisir l'Inspection du travail

A l’ouverture du premier point à l’ordre du jour (l’examen du livre I du PSE, portant sur les conséquences sociales du projet de réorganisation de GER) s’est posée la question du recours abusif aux "CDD d’usage" au Groupe Express-Roularta (GER). Si l’ensemble des élus dénonce cette situation illégale, il existe une divergence quant aux moyens de la régulariser.

Le SNJ et SUD ont proposé (comme ils l’avaient déjà fait lors du CE du 26 octobre 2012, après avoir soulevé le problème en réunion DP du 22 juin 2012) le vote d’une motion par laquelle le comité d’entreprise saisirait l’Inspection du travail pour obtenir la requalification de ces CDD en contrats à durée indéterminée (CDI).

Les élus de la CGT et de la CFDT n’ont pas suivi, semblant se satisfaire de l’annonce par la direction d’une ouverture de discussion (à la date du jeudi 14 mars) concernant ces contrats précaires.

Le SNJ a rappelé qu’une première négociation sur les CDD d’usage avait été ouverte en décembre… pour être aussitôt enterrée, et qu’il y avait donc tout lieu de redouter une nouvelle manœuvre dilatoire. Argument qui n’a pas fait changer d’avis les élus de la CGT et de la CFDT, majoritaires au CE.

Pour le SNJ et SUD, la requalification en CDI de tous les "CDD d’usage", et non pas seulement de ceux qui seraient menacés par le PSE, reste un préalable à toute négociation sérieuse sur les aspects du PSE relatifs aux effectifs et à la réorganisation du groupe.

Départs : le flou des "mesures d'âge"

Concernant le plan de départs, la direction a laissé entendre qu’elle était prête à faire des efforts sur l’accompagnement financier, notamment via des « mesures d’âge ».

Une direction obsédée par la réduction d'effectifs...

La question de la masse salariale « visée » dans le plan d’économie de 4,7 millions d’euros du PSE reste entière, puisque la direction, par la voix de Corinne Pitavy (directrice générale), a admis qu’elle raisonnait d’abord en termes d’effectifs (et donc de suppression de postes dans les titres et les services). Une logique assez difficilement compatible avec l’option des départs volontaires qui est censée être privilégiée.

... et par la liquidation de titres

Corinne Pitavy a précisé que la direction ne reviendrait pas sur les orientations générales du projet de réorganisation (fusion des Maison française et Maison magazine, migration de L’Entreprise vers le Web).

La suite du comité d’entreprise extraordinaire a été consacrée à un premier examen de la situation économique du groupe, à travers les données chiffrées fournies par la direction. Les analyses du cabinet comptable du CE, attendues pour le comité extraordinaire du 26 mars, doivent apporter des éclairages.

30 janvier 2013

Salaires : arrêt de travail le 31 janvier pour une vraie négociation !

30 janvier 2013  CFDT  CGT  FO  SNJ  SUD
 
Ecarts de salaires : ouverture d’une négociation pour tout le Groupe Express Roularta (GER)
 
Suite au mouvement de grève des salariés de l’Etudiant, après que la direction avait enterré les négociations sur la remise à niveau de leurs salaires par rapport à GER, et à la demande des syndicats, la direction a décidé le 22 janvier de reprendre les NAO en les étendant à tous les écarts de salaires à GER.

Comme les salariés de l’Etudiant le réclamaient, la direction s’est engagée pour la prochaine réunion prévue le jeudi 31 janvier à remettre une étude détaillée des différences salariales, un calendrier précis des négociations et un échéancier de rattrapage. Le tout avec promesse de résultats en mars.

La direction a fait des promesses, il va falloir maintenant qu’elle les tienne.

La meilleure arme pour cela : maintenir la pression qui a déjà permis de rouvrir les négociations. C’est donc le moment de se mobiliser pour éviter le gel des salaires déjà annoncé pour 2013

Pour donner un signal fort à la direction afin qu’elle n’enterre pas une nouvelle fois ces négociations,
 
cessons le travail durant
la réunion
du jeudi 31 janvier

Rendez-vous à 10 heures
dans le hall du 23
 

Le rappel des faits
 
Décembre 2011
Premières discussions des salariés de l’Etudiant avec leur direction pour la remise à niveau de leurs salaires.

Mars 2012
Suite à l’annonce du gel des augmentations collectives, grève à GER. Signature d’un accord de sortie de crise avec obtention d’augmentations ou de primes et engagement d’ouverture de négociations concernant les écarts de salaires à l’Etudiant et les salariés non augmentés depuis plusieurs années, avec résultats prévus en octobre 2012 et application en janvier 2013.

Juin 2012
Cette négociation s’ouvre enfin sur demande pressante des syndicats.

Septembre 2012
Troisième réunion, les négociations patinent. La direction décide de les intégrer aux NAO (négociations annuelles obligatoires) 2013.

Novembre 2012
Annonce que les NAO sont reportées sine die.

22 janvier 2013
Sous la pression, la direction convoque les syndicats pour reprendre la négociation en l’étendant à tout GER. A nous tous de ne pas la laisser s’enterrer !
 
 
CFDT  CGT  FO  SNJ  SUD

15 janvier 2013

Pourquoi L’Etudiant est en grève aujourd’hui

Les salariés en grève de l’ex-L’Etudiant, soutenus par la SDJ de L’Etudiant, le SNJ, SUD et FO

CDI, CDD, pigistes, salariés mutualisés

Pourquoi L’Etudiant est en grève aujourd’hui

Après plus d’un an de discussions formalisées depuis six mois par des négociations, nous avons décidé aujourd’hui de faire grève. En cause : la non remise à niveau de nos salaires, alors que tous, y compris la direction, reconnaissent que nous sommes sous-payés par rapport aux salariés de GER. Aucune avancée en dehors de ce consensus. Aucune proposition alors qu’on nous avait laissé entendre que si la situation était avérée, il y serait remédié. Aucune perspective autre que de voir cette négociation noyée au sein de la NAO 2013.

Depuis trois mois, la direction est censée évoquer les cas les plus criants, mais elle argue du manque de temps pour renvoyer la négociation.

Ca suffit ! Il est temps que la direction envoie un signal tangible de sa volonté de régler la situation.

Nos revendications

  • 300 € d’augmentation dès le mois de janvier pour tous les CDD et les CDI (ce qui est malgré tout loin de combler les différentiels constatés).
  • 10 % d’augmentation pour les pigistes.
  • la réouverture la plus rapide de cette négociation.


Ce qu’on s’est entendu dire

« Ce n’est pas de la faute de GER si les salaires sont bas à L’Etudiant »

Certes, mais lorsque GER a décidé, en octobre 2010, de fusionner L’Etudiant en étant parfaitement conscient des différences de salaires, la direction n’a pas voulu en payer le prix, en refusant d’accorder les primes d’ancienneté que la loi l’obligeait pourtant à verser. Résultat : alors que le problème aurait pu être réglé à notre arrivée, la direction a fait le choix d’un groupe à deux vitesses en laissant entrer un quart des effectifs sous-payés. Et au passage, nous avons dû faire une croix sur la participation aux bénéfices ou à l’intéressement que nous touchions régulièrement.

« Vos revendications sont égoïstes, il faut être solidaire du groupe »

Aujourd’hui, l’activité de L’Etudiant se porte très bien, tant mieux pour tous, et il est normal qu’elle contribue à la bonne marche de GER. Ce que nous réclamons, c’est que cette logique de groupe ne s’applique pas seulement à notre encontre pour la réduction des coûts, mais aussi pour assurer le principe : à travail égal, salaire égal. D’autant que nos métiers sont parfaitement comparables dans leur immense majorité.

« Dans d’autres titres aussi, des salariés sont sous-payés »

Nous avons bien conscience que certains ne sont pas mieux lotis que nous, qu’ils soient CDI, CDD ou pigistes. Mais ce n’est pas parce que la situation existe ailleurs qu’on ne doit pas bouger. C’est aussi pour enrayer cette politique du moins-disant salarial que nous nous mobilisons aujourd’hui. Ras le bol de voir entre autres à L’Etudiant de plus en plus de CDD de moins en moins bien payés et des pigistes pas augmentés depuis 2000 pour certains, malgré une exigence croissante de leurs compétences. L’Etudiant doit aussi à leur travail ses résultats florissants.

Les salariés en grève de l’ex-L’Etudiant
Soutenus par la SDJ de L’Etudiant, le SNJ, SUD et FO

Le 15/01/13

130115etudiantGreve.pdf

14 janvier 2013

Salaires à L'Etudiant : la direction ne répond pas

Communiqué des salariés de L'Etudiant réunis en assemblée générale le 8 janvier à midi.

Le mardi 8 janvier 2013

Devant le manque de résultats en 2012 des négociations sur le rattrapage des salaires des ex-l’Etudiant et de leur report sine die en 2013, les ex-salariés de l’Etudiant se sont réunis ce jour en assemblée générale.

Ils continuent de réclamer la mise à niveau de leur salaire par rapport au reste du groupe. Pour cela, comme signal tangible de la direction, ils demandent une augmentation de 300 euros pour les CDI et CDD et de 10 % pour les pigistes dès fin janvier, ainsi que la réouverture des négociations aussi rapidement que possible.

Pour montrer leur détermination, les salariés présents à cette assemblée générale ont voté à la quasi-unanimité pour une grève le mardi 15 janvier, sans réponse positive de la direction à leurs revendications avant cette date.

Les salariés présents à l’assemblée générale,

avec le soutien du SNJ, de SUD et de la société des journalistes de l’Etudiant

10 décembre 2012

Express, Expansion, Studio, Point de vue, web, prépresse... : encore un CE marathon !

L’ordre du jour du CE du 30 novembre 2012 contenait 9 points dont 6 informations-consultations portant sur des projets aux conséquences sociales très importantes pour les salariés.

Cette inflation d’informations-consultations illustre les craintes, déjà exprimées par les élus SNJ lors de précédents Comités d'entreprise, d’une restructuration rampante qui serait à l’œuvre dans le groupe. Quand la direction met sur le compte du « raidissement du dialogue social » l’obligation d’ouvrir à tout bout de champ des informations-consultations, les élus SNJ et SUD rappellent qu’il s’agit du respect des institutions représentatives du personnel (IRP) et affirment qu’ils continueront à s’opposer à la politique du fait accompli pratiquée par la direction.

Projet de réorganisation des rédactions techniques de « L’Express » et de « L’Expansion »

La direction, qui voulait demander un avis pour pouvoir lancer avant la fin de l’année la mutualisation des deux rédactions techniques, n’a pu le faire. En effet, lors du CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) du 29 novembre qui examinait les conséquences de ce projet de mutualisation sur les conditions de travail des salariés concernés, certains élus ont demandé le recours à un expert extérieur. Depuis le début du projet, les équipes techniques de «L’Express » et de « L’Expansion » s’opposent à ce projet qui risque d’aggraver les dysfonctionnements et les problèmes de sous-effectifs.

En face, la direction, contre toute évidence, s’obstine à affirmer que l’équipe technique de « L’Expansion » a du temps à consacrer à « L’Express », et réciproquement.

Le recours à un expert indépendant serait la meilleure façon de sortir de cette situation de blocage.

Projet de réorganisation du magazine « Studio-Cinelive »

L’information-consultation sur la dénonciation de l’usage de la prime dite de Cannes est close. La mobilisation des salariés du titre et des élus a payé puisqu’elle a permis d’aboutir à un accord qui intègre cette prime au salaire.

L’équipe de « Studio-Cinelive », très attentive au devenir du titre, a posé une série de questions concernant la nouvelle formule testée à l’occasion du numéro double décembre-janvier. Des réponses de la direction seront attendues dès la fin de la période de vente de ce numéro.

Projet d’externalisation de « Histoire » et « Images du monde »

Des bruits inquiétants, corroborés par certains faits, laissent penser que la direction prévoit d’externaliser la réalisation de deux suppléments de « Point de vue » : « Histoire » (trimestriel) et « Images du monde » (bimestriel). Selon la direction, il s’agirait de « soulager » les rédactions plume et technique, qui peineraient à réaliser les trois titres.

Argument réfuté par une élue SNJ, par ailleurs membre de la rédaction technique de « Point de vue », qui souligne au contraire le bon fonctionnement mis en place dans la réalisation de ces trois titres. Pour une fois que l’organisation du travail dans la réalisation de titres du groupe semble faire les preuves de son efficacité, la direction veut la casser. Il est à craindre que des motifs d’ordre purement financier soient à l’origine de ce projet, mais sur ce point la direction est restée étrangement muette. Affaire à suivre donc.

Projet d’élargissement des horaires du web

Le rédacteur en chef adjoint de lexpress.fr, est venu répondre aux questions des élus à propos de ce projet qui suscite une véritable inquiétude parmi les rédacteurs du web, concernés au premier chef.

La veille, le CHSCT avait rendu un avis négatif sur le projet. Et pour cause : alors qu’il est censé pallier les faiblesses d’audience du site à certains moments clés de la journée, l’élargissement des horaires du web (avec une arrivée plus tôt le matin) promet surtout de dégrader davantage les conditions de travail des salariés, déjà difficiles.

Tout au long de la discussion, il semblait impératif d'éviter de prononcer le mot qui fâche : sous-effectif. Car si des embauches de "community managers" et de "FPE" ont bien eu lieu ces derniers mois, il n’en est pas de même des rédacteurs, qui, à effectif constant, ont vu leurs tâches s’accroître encore et toujours.

Projet de réorganisation de la production prépresse

Ce projet, qui avait été lancé en août par la direction, a été réintégré, grâce à l’intervention des élus SNJ et SUD, dans le processus légal d’une information-consultation du CE. Certaines informations demandées par les élus lors des précédents CE, relatives notamment au plan d’économies attendues d’un tel projet, à la nouvelle organisation du prépresse (avec répartition des tâches et attributions des titres), n’ont toujours pas été fournies par la direction.

Négociations en cours

Elles sont nombreuses et pour certaines, au point mort depuis des mois. C’est le cas notamment de la NAO et de la NAO spécifique aux salariés ex-« Etudiant ».

Deux points positifs toutefois :

- l’ouverture prochaine de négociations entre direction et élus sur les CDD d’usage et la précarité au sein de GER

- la réduction des écarts de rémunération décidée dans le cadre de l’accord sur l’égalité professionnelle de mars 2012 a commencé pour certaines catégories de personnel (rédactrices et rédactrices techniques) et doit se poursuivre. Les salariées bénéficiant de ce rattrapage de 1,49% rétroactif à avril 2012 recevront une notice explicative jointe à leur fiche de salaire de novembre.

14 novembre 2012

"Google-éditeurs de presse : pas sans les journalistes"

Communiqué du SNJ (13 novembre 2012)

"Depuis quelques mois, les éditeurs de presse sont partis en campagne pour obtenir de Google qu’il les rémunère pour l’utilisation des contenus des journaux indexés et/ou publiés sur les pages du moteur de recherche. [...]

Ces échanges ont été menés jusqu’ici en l’absence des journalistes, qui sont pourtant les auteurs de ces contenus éditoriaux, et dont le travail intellectuel est donc, avant toute autre contribution, à l’origine de la valeur créée. Cette qualité d’auteur – et les droits qui vont avec – ne saurait leur être contestée. Elle a été établie par de nombreuses jurisprudences et est aujourd’hui formellement inscrite dans le code de la propriété intellectuelle. Pour le Syndicat national des journalistes (SNJ), quelles que soit les modalités de ce compromis, il ne saurait donc se faire sur le dos des journalistes, qui doivent être associés à ces discussions et dont l’apport intellectuel doit être justement rémunéré si de nouvelles dispositions viennent à voir le jour."

Voir le communiqué du SNJ.

01 octobre 2012

"Le salaire des cadres dirigeants doit être communiqué aux délégués syndicaux" (L'Entreprise)

"Dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires, le TGI de Paris a obligé une entreprise à remettre aux organisations syndicales des informations sur la rémunération de ses cadres de direction."

Lire "Le salaire des cadres dirigeants doit être communiqué aux délégués syndicaux".

19:53 Publié dans Négociation, Presse | Tags : négociation, salaires, l'entreprise

02 avril 2012

La fin du « zéro augmentation »

SNJ SUD

La fin
du « zéro augmentation »


Pour la première fois depuis des années à GER, l’action collective et la détermination des salariés ont eu raison du zéro augmentation imposé par l’actionnaire.
Le jeudi 29 mars, le SNJ et SUD se sont joints au mouvement sur la question des salaires. Après une proposition de la direction – des primes pour tous – jugée insuffisante par les salariés réunis en AG, et, bien sûr, par le SNJ et SUD, les grévistes ont demandé aux organisations syndicales de retourner négocier, n’étant pas prêts à arrêter la grève pour si peu.
Une négociation marathon s’en est suivie jusqu’à 21 heures. Résultat : des avancées importantes inscrites dans un accord de fin de conflit. Un accord paraphé le soir même par les autres organisations syndicales, mais que le SNJ a tenu d’abord à présenter aux salariés, le lendemain, à 10 heures, au cours d’une AG, avant de signer.
Par peur que la situation ne devienne incontrôlable, la direction a reculé face à des salariés combatifs : elle a lâché une augmentation pérenne de 70 euros pour ceux gagnant jusqu’à 3 000 euros brut par mois. La ténacité du SNJ a permis d’obtenir une hausse de salaire en valeur absolue et non en pourcentage, afin de na pas accentuer les écarts entre les bas et les plus hauts salaires à GER.
Ce début du renversement du rapport de force dans l’entreprise est très prometteur. Pour continuer à concrétiser ce changement, traduisez-le dans les urnes lors des élections du 12 avril en votant pour les listes SNJ et SUD.


Jours de grève : payés pour qui ?
A l’occasion de cette négociation, nous avons découvert une « coutume » surprenante en matière de paiement des jours de grève à GER.
Tous les salariés grévistes, y compris parmi les représentants du personnel, n’étaient pas logés à la même enseigne. Certains voyaient leurs jours de grève payés, d’autres pas. Une discrimination entre salariés que vos futurs élus ne manqueront pas de dénoncer auprès de la direction afin de demander réparation.

120402snjsudSalaires.gif

Les résultats de la grève et de la négociation du 29 mars

Ces mesures entrent en vigueur à compter du 1er avril (excepté la hausse des Tickets-restaurants, au 1er mai)

- Salaires jusqu'à 3 000 euros : + 70 euros mensuels, une augmentation pérenne.
- Salaires de 3 000 à 3 300 euros : versement d'une prime de 750 euros
- Salaires de 3 300 à 5 500 euros : prime de 550 euros
- Salaires de 5 500 à 6 500 euros : prime de 250 euros
- Prise en charge à 100 % du pass Navigo par l'entreprise
- Hausse du Ticket-restaurant de 8,70 à 8,80 euros
- Hausse des minima d'embauche de 50 euros (employés : de 1 600 à 1 650 euros ; cadres-journalistes stagiaires : de 2 000 à 2050 euros ; journalistes titulaires : 2 400 à 2 450 euros), une augmentation qui se cumule avec la hausse de salaire de 70 euros.
- Examen de la situation des salariés n'ayant pas été augmentés depuis des années
- Ouverture prochaine d'une négociation afin de combler les différences de salaire des salariés de L'Etudiant et du reste du Groupe.
- Signature de l'accord égalité professionnelle hommes-femmes, qui comprend un volet revalorisation des salaires afin de combler les différences de rémunération entre hommes et femmes sur 3 ans. (A priori le SNJ ne signera pas cet accord qui ne prévoit pas le remplacement systématique des personnes passant à temps partiel, ce qui pénalise les restants).
- Paiement du jour de grève

28 mars 2012

Négociations salariales : Actionnaires choyés, salariés méprisés

SNJ SUD

Négociations salariales

Actionnaires choyés, salariés méprisés

Roularta Media Group a récidivé : après 6 millions d’euros l’an passé, la maison mère de GER entend cette fois verser 4,3 millions d’euros à ses actionnaires. Dans le même temps, la direction refuse de consacrer le moindre centime aux augmentations collectives des salariés de GER, qui ont pourtant grandement contribué aux 14,4 millions d’euros de résultat net de RMG en 2011. Cette injustice doit cesser.

Assemblée générale, pétition, arrêt de travail ou grève : nous soutenons toutes les initiatives destinées à obtenir une vraie hausse collective des salaires, même si nous regrettons de ne pas y avoir été associés.

Quitte à perdre une journée de salaire, autant programmer une grève un jour de bouclage, plutôt que de cesser le travail un jeudi, un jour moins « stratégique » que le lundi, par exemple. Cette menace serait immédiatement comprise par l’actionnaire. Discutons-en tous ensemble demain.

Les revendications du SNJ et de SUD

Pour de vraies augmentations collectives. Depuis 2002, la direction ne garantit plus de hausse collective des salaires au moins égale à l’inflation et ne distribue que des primes et des augmentations individuelles. Le SNJ et SUD réclament la fin de ces pratiques opaques et demandent une politique salariale privilégiant les hausses collectives, les hausses individuelles devant être limitées aux changements réels de postes.

Pour des hausses en valeur absolue et pas en pourcentage. Nous réclamons une hausse générale de 150 euros pour les salariés gagnant moins de 2 000 euros, et 100 euros pour les autres. Ces hausses doivent se faire en valeur absolue et non en pourcentage, afin de resserrer l’éventail des revenus et ne pas perpétuer les inégalités.

A travail égal, salaire égal. Le SNJ et SUD réclament la mise en place immédiate d’un plan pour en finir avec les écarts de rémunération entre postes équivalents, comme c’est le cas pour les ex-salariés de L’Etudiant, dont les salaires sont en moyenne de 15 % inférieurs à ceux des autres salariés de GER. Autre priorité : la résorption des écarts de salaires entre les hommes et les femmes, prévue dans un accord, qui, malheureusement, ne prévoit pas le remplacement systématique des salarié(e)s passant à temps partiel.

Des mesures salariales pour les pigistes et les CDD. Nous réclamons une hausse des tarifs des piges, le paiement réel de leur ancienneté, et que les augmentations bénéficient à l’ensemble des salariés, qu’ils soient pigistes ou en CDD.


VOUS AVEZ DIT NAVRANT ?

L’intersyndicale CGT-CFDT a tranquillement bafoué les règles électorales en communiquant par mail, deux jours avant la date autorisée. Tout cela pour attaquer les signataires du protocole électoral 2012 qui a mis fin au vote sur place et par anticipation. Cette pratique illégale (absence de véritable contrôle, risques de fraude) a perduré pendant des années à GER. Nous avons décidé d’y mettre un terme. Certains semblent le regretter.


120328snjsudSalaires.pdf

12 juillet 2011

Intéressement : une occasion manquée

Le SNJ a signé lundi 11 juillet 2011 l’accord sur l’intéressement.

Le SNJ a toujours été extrêmement méfiant à l'égard des formes de rémunération des salariés fondées sur les résultats de l'entreprise (intéressement, participation…) : elles sont aléatoires ; creusent les déficits des régimes sociaux (retraites, maladie, etc.) puisque les cotisations sociales sont allégées ; et surtout elles encouragent la recherche de profits financiers à court terme, donc les suppressions d’emploi, l’austérité et l'aggravation des conditions de travail : plus nous serons rentables – et moins nous serons nombreux – et plus la prime d’intéressement sera valorisée !
Avec la « carotte » de l’intéressement ou de la participation (voire pire encore, puisqu’un Perco - plan d’épargne retraite collectif - est envisagé), on fait croire aux salariés qu'ils ont intérêt à la restriction des « coûts », les plans « sociaux » (PSE), la suppression d'activités et d'emplois, la stagnation des salaires...
Toutes « recettes » privilégiées à GER depuis 2006 par son actionnaire Roularta, dont l’objectif d’un taux de rentabilité à deux chiffres n’a pas changé malgré la crise économique.
Tous les salariés ont pu vérifier (et souffrir de) cette gestion à court-terme uniquement orientée vers les résultats financiers. Par exemple, hier, avec le PSE qui a vu le Groupe Express perdre un dixième de son effectif. Et aujourd’hui avec le projet de liquidation (plus ou moins brutale) de L’Expansion, en application d’un dogme selon lequel non seulement l’ensemble du groupe mais aussi chacune de ses entités ne saurait être déficitaire. « Il n’est pas normal que le reste du groupe finance une activité qui perd de l’argent », a-t-il été asséné, alors que dans de nombreux groupes de presse français c’est ce qui permet la survie de titres indispensables au pluralisme et à la diversité.
A cet égard, le SNJ ne partage pas l’analyse développée par d’autres syndicats lors du CE du 8 juillet 2011, selon laquelle des revendications auraient été « entendues par la direction », mais refusées par l’actionnaire. Nous avons lors de ce CE dénoncé le petit jeu tactique consistant (mais à quelle fin ?) à faire croire qu’il y a des « méchants » et des « gentils » (comme dans les commissariats des séries policières…). La direction représente l’actionnaire, les salariés n’ont pas deux mais un seul interlocuteur –  d’ailleurs la promotion, après le départ du précédent PDG, des hauts cadres du Groupe Express, illustre cette solidarité, tout à fait légitime dans une bonne « gouvernance »…

La méfiance du SNJ a été amplement justifiée par l’attitude de la direction, laquelle a expliqué ouvertement qu’elle privilégiait l’intéressement au détriment des salaires.
Alors que Roularta Media Group affiche des résultats « radieux » pour 2010, que ses actionnaires bénéficient de 6 millions d’euros de dividendes, lors de la négociation annuelle obligatoire (NAO), la direction de GER n’a proposé que des miettes à ses salariés : 0,50 % à 1,5 % d’augmentation.
Mais, quand, à l'issue d'une Assemblée générale du personnel (convoquée par le SNJ, Sud et FO), près de 300 salariés ont réclamé dans une pétition la réouverture de la négociation annuelle sur les salaires (NAO), la direction a refusé en renvoyant aux résultats des négociations sur l’intéressement et sur la création d’un Perco, qui, selon elle, « récompenseront » les efforts des salariés.
Les rémunérations non salariales sont donc un argument pour ne pas augmenter correctement les salaires.
Le SNJ n’a pas varié : la prime issue de l’intéressement ne peut remplacer l’absence de vraie revalorisation salariale collective. Le SNJ, Sud et FO (ces deux derniers n’étant pas représentés dans les négociations) n’accepteront jamais d’abandonner la revendication salariale pour d’hypothétiques revenus par l’intéressement ou des plans d’épargne.

Aujourd’hui, le résultat de la négociation sur l’intéressement montre la duplicité de la direction.
Dès 2007, le SNJ revendiquait l’attribution aux salariés de 35 % du résultat d’exploitation prévisionnel (Rex)
 du groupe pour 2007, l’équivalent d’un 14e mois pour tous. Cette année, dans la dernière ligne droite de la négociation, le SNJ demandait que le seuil de déclenchement soit de 1 million d’euros du résultat d’exploitation, et, avec les autres syndicats négociateurs, que le pourcentage du montant redistribuable aux salariés passe à 18%.
Or, le résultat de la négociation 2011 (10 % du résultat d’exploitation à condition qu’il atteigne 3 millions d’euros) sera loin de compenser ce que les salariés n’ont pas obtenu lors de la négociation salariale, et leur perte de pouvoir d’achat depuis des années. On peut même craindre, au vu des chiffres du groupe communiqués aux élus (avec les pertes de L’Expansion agitées comme un épouvantail), que ce seuil de 3 millions ne sera pas atteint cette année, et donc que personne ne touche d'intéressement. Donc les promesses sur l’intéressement que faisait miroiter la direction pour saper la mobilisation sur les salaires n’étaient qu’un marché de dupes. Tous ceux qui ont participé à cette intox portent une lourde responsabilité à l’égard des salariés.

Aussi, pour le SNJ, la négociation sur l’intéressement est un échec sur l'essentiel : concrètement, sur les sommes sonnantes et trébuchantes que les salariés sont en droit de revendiquer.

Il n'en reste pas moins que le pourcentage du résultat d’exploitation prévu pour les salariés est plus élevé que celui du précédent accord en vigueur.

De plus, lors d’une ultime réunion de négociation le 28 juin, la direction a répondu favorablement à trois revendications réitérées à plusieurs reprises par le SNJ, Sud et FO :

  • répartition égalitaire, non pas proportionnellement au salaire mais en fonction du temps de présence
  • accès à l'intéressement pour tous les pigistes ayant eu trois bulletins de paie dans l’année, sans condition de minimum de rémunération. Le SNJ désapprouve néanmoins qu’ « une prime d’un montant inférieur à 30 euros ne sera pas versée »
  • la participation et l’intéressement sont dissociés et peuvent être cumulés.

C’est pourquoi, lors du CE du 8 juillet, le SNJ a exposé son analyse et indiqué qu’il était dans l'état d'esprit de signer cet accord. Seul obstacle : l’absence dans le texte communiqué aux syndicats de l’avenant précisant les modalités de répartition. Ayant obtenu ce complément, le SNJ a signé l’accord sur l’intéressement 2011-2013, malgré tout très décevant sur l'essentiel.

 

26 juin 2011

Intéressement : des propositions inacceptables

Lors du CE du 24 juin 2011, les délégués ont dénoncé la faiblesse du pourcentage (10 % du REX à partir de 3 millions d'euros) qu'a arrêté la direction. On est loin des assurances données par la direction après l'échec de la NAO sur les salaires, a souligné le délégué syndical SNJ : elle promettait alors que les efforts des salariés seraient récompensés par l'intéressement !

Le délégué syndical SNJ a rappelé nos exigences :

  • tous les pigistes doivent toucher de l'intéressement, sans condition de montant minimum de piges
  • le montant de la prime doit être forfaitaire, le même pour tous, proratisé au temps de présence
  • participation et intéressement doivent être dissociés.

La direction a proposé une réunion mardi 28 juin pour revenir sur les modalités techniques d'application de l'intéressement.

17 mai 2011

6 millions aux actionnaires... Et nous ?

SNJ SUD FO

6 millions aux actionnaires...

Et nous ?

Lors du dernier CE (29 avril), les élus du SNJ ont demandé la réouverture de la négociation salariale, suite à la pétition signée par 300 salariés et soutenue par le SNJ, FO et SUD. Une revendication d’autant plus légitime que Roularta Media Group va distribuer 6 millions d’euros à ses actionnaires. Nous regrettons de ne pas avoir pu aboutir à un front syndical commun afin d’obtenir la réouverture de cette négociation.

La direction a refusé notre demande en nous renvoyant aux résultats des négociations sur l’intéressement et sur la création d’un Perco (plan d’épargne retraite collectif), qui, selon elle, « récompenseront » les efforts des salariés.

Cela ne peut constituer une réponse sérieuse au problème de la perte de notre pouvoir d’achat (alors que l’inflation annuelle était déjà de + 2 % fin mars, la direction n’a accordé que de 0,5 à 1,5 % de hausses de salaires). D’abord parce que l’intéressement est aléatoire et qu’il a des effets pervers : les résultats qui le déterminent sont améliorés... par la compression de la masse salariale. Ensuite, parce que faire miroiter un Perco, c’est escamoter un principe de base : le meilleur garant pour nos retraites de demain, c’est le bon niveau de nos salaires d’aujourd’hui !

Même si l’intéressement et le Perco ne peuvent en aucun cas satisfaire notre demande d’une politique salariale fondée sur de vraies augmentations collectives, le SNJ, soutenu par FO et SUD, continuera de se battre pour défendre les intérêts des salariés au cours des négociations concernant ces deux dispositifs.


NÉGOCIATION SUR L’INTÉRESSEMENT

Ce que nous voulons

La direction proposait de reconduire l’ancien accord d’intéressement, caduc depuis 2009, en modifiant légèrement la base de calcul du montant global. Les premières discussions ont déjà permis au SNJ d’avancer des propositions sur plusieurs points qui peuvent améliorer de manière significative l’ancien accord. Nous vous tiendrons informés des avancées de cette négociation.

UNE RÉPARTITION ÉGALE DE L’INTÉRESSEMENT

Nous avons demandé que l’intéressement soit réparti de manière uniforme, et non pas proportionnellement au salaire, afin d’obtenir une même somme pour tous. Que nous soyons en CDI, en CDD ou pigistes, seul le temps de présence dans l’entreprise doit compter, car les résultats de GER sont le fruit d’un travail collectif. Il n’y a pas de raison que les hauts salaires soient favorisés.

INCLURE TOUS LES PIGISTES

La direction proposait que les pigistes touchent de l’intéressement s’ils gagnent au moins 7 000 euros sur une année. Un niveau que nous estimons discriminatoire puisque cette condition de salaire minimal n’est pas demandée aux autres catégories de salariés. Nous avons réclamé que l’intéressement soit ouvert aux pigistes ayant eu trois bulletins de paie dans l’année (ce qui est une condition légale).

AMÉLIORER LE DÉCLENCHEMENT ET LE MONTANT DE L’INTÉRESSEMENT

Nous avons demandé que le seuil de déclenchement de l’intéressement soit abaissé à 1 million d’euros de résultat d’exploitation (au lieu de 3 millions aujourd’hui) pour permettre d’en toucher plus souvent. En outre, partageant le point de vue de la CGT et de la CFDT, nous demandons que soit triplé le pourcentage du montant redistribuable aux salariés (qui passerait de 6 à 18 %).

ROMPRE LE LIEN ENTRE L’INTÉRESSEMENT ET LA PARTICIPATION

Légalement, il n’existe aucun lien entre ces deux dispositifs. Pourtant, la direction l’établit en voulant imposer le principe suivant : si la somme à répartir était inférieur à la participation, l’intéressement ne serait pas dû ; s’il était supérieur à la participation, seule la partie dépassant la somme attribuée à la participation serait due.

Pour nous, l’intéressement doit être un vrai « plus ». L’accord doit dissocier participation et intéressement afin de permettre le paiement intégral des deux primes.


110517snjsudfoSalairesInteressement.pdf

29 avril 2011

Salaires : la direction doit rouvrir des négociations !

SNJ FO SUD

300 signatures pour une augmentation des salaires

La direction doit rouvrir des négociations !

- En trois jours, vous avez été près de 300 à signer la pétition réclamant la poursuite des négociations sur les salaires. C’est un vrai succès pour cette action décidée par l’assemblée générale des salariés de GER, réunie le 31mars dernier, à l’initiative du SNJ, de SUD et de FO.

Ce résultat montre qu’une forte exigence existe chez les salariés. Et si tous les syndicats avaient participé à cette action, le nombre de signatures aurait sans nul doute été plus important. Forts de votre soutien, nous demandons à la direction de revenir à la table des négociations avec des propositions sérieuses.

- Entre-temps, d’autres négociations se sont ouvertes : sur l’intéressement et sur la création d’un Perco (plan d’épargne retraite collectif).

Pour le SNJ, SUD et FO, c’est un marché de dupes : la direction a intérêt à privilégier ces dispositifs, qui, à la différence des salaires, sont partiellement ou totalement exonérés de cotisations sociales (retraite, maladie, etc.) et ne sont pas pérennes. Il n’est donc pas question pour nous d’abandonner la revendication salariale pour d’hypothétiques revenus par l’intéressement ou des plans d’épargne.

- Concernant le Perco, ce que verse l’entreprise est étroitement lié à ce que le salarié lui-même est capable d’apporter. Ainsi, seuls les hauts revenus (ceux qui peuvent verser une somme conséquente) pourraient tirer leur épingle du jeu. De plus, cette épargne défiscalisée et exonérée de cotisations sociales aggrave le déficit des régimes sociaux, et, en particulier, celui des caisses de retraite.

- Quant à l’intéressement, qui associe les salariés aux résultats de l’entreprise, le SNJ, SUD et FO revendiquent un mode de calcul qui permette une distribution la plus importante et la plus égalitaire possible, notamment en prenant mieux en compte la contribution des pigistes et des précaires. Notre préférence va à un intéressement en valeur absolue, et non pas proportionnel au salaire qui avantage les hauts revenus.

Quoi qu’il en soit, pour le SNJ, SUD et FO, la priorité est aujourd’hui encore aux salaires.

A l’heure où le coût de la vie explose, les mesures sur l’intéressement ou le Perco ne peuvent pas maintenir le pouvoir d’achat.

Mobilisons-nous tous ensemble
pour de vraies hausses de salaires !

SNJ FO SUD 28 avril 2011

110428snjfosudSalaires.pdf