Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juillet 2011

Intéressement : une occasion manquée

Le SNJ a signé lundi 11 juillet 2011 l’accord sur l’intéressement.

Le SNJ a toujours été extrêmement méfiant à l'égard des formes de rémunération des salariés fondées sur les résultats de l'entreprise (intéressement, participation…) : elles sont aléatoires ; creusent les déficits des régimes sociaux (retraites, maladie, etc.) puisque les cotisations sociales sont allégées ; et surtout elles encouragent la recherche de profits financiers à court terme, donc les suppressions d’emploi, l’austérité et l'aggravation des conditions de travail : plus nous serons rentables – et moins nous serons nombreux – et plus la prime d’intéressement sera valorisée !
Avec la « carotte » de l’intéressement ou de la participation (voire pire encore, puisqu’un Perco - plan d’épargne retraite collectif - est envisagé), on fait croire aux salariés qu'ils ont intérêt à la restriction des « coûts », les plans « sociaux » (PSE), la suppression d'activités et d'emplois, la stagnation des salaires...
Toutes « recettes » privilégiées à GER depuis 2006 par son actionnaire Roularta, dont l’objectif d’un taux de rentabilité à deux chiffres n’a pas changé malgré la crise économique.
Tous les salariés ont pu vérifier (et souffrir de) cette gestion à court-terme uniquement orientée vers les résultats financiers. Par exemple, hier, avec le PSE qui a vu le Groupe Express perdre un dixième de son effectif. Et aujourd’hui avec le projet de liquidation (plus ou moins brutale) de L’Expansion, en application d’un dogme selon lequel non seulement l’ensemble du groupe mais aussi chacune de ses entités ne saurait être déficitaire. « Il n’est pas normal que le reste du groupe finance une activité qui perd de l’argent », a-t-il été asséné, alors que dans de nombreux groupes de presse français c’est ce qui permet la survie de titres indispensables au pluralisme et à la diversité.
A cet égard, le SNJ ne partage pas l’analyse développée par d’autres syndicats lors du CE du 8 juillet 2011, selon laquelle des revendications auraient été « entendues par la direction », mais refusées par l’actionnaire. Nous avons lors de ce CE dénoncé le petit jeu tactique consistant (mais à quelle fin ?) à faire croire qu’il y a des « méchants » et des « gentils » (comme dans les commissariats des séries policières…). La direction représente l’actionnaire, les salariés n’ont pas deux mais un seul interlocuteur –  d’ailleurs la promotion, après le départ du précédent PDG, des hauts cadres du Groupe Express, illustre cette solidarité, tout à fait légitime dans une bonne « gouvernance »…

La méfiance du SNJ a été amplement justifiée par l’attitude de la direction, laquelle a expliqué ouvertement qu’elle privilégiait l’intéressement au détriment des salaires.
Alors que Roularta Media Group affiche des résultats « radieux » pour 2010, que ses actionnaires bénéficient de 6 millions d’euros de dividendes, lors de la négociation annuelle obligatoire (NAO), la direction de GER n’a proposé que des miettes à ses salariés : 0,50 % à 1,5 % d’augmentation.
Mais, quand, à l'issue d'une Assemblée générale du personnel (convoquée par le SNJ, Sud et FO), près de 300 salariés ont réclamé dans une pétition la réouverture de la négociation annuelle sur les salaires (NAO), la direction a refusé en renvoyant aux résultats des négociations sur l’intéressement et sur la création d’un Perco, qui, selon elle, « récompenseront » les efforts des salariés.
Les rémunérations non salariales sont donc un argument pour ne pas augmenter correctement les salaires.
Le SNJ n’a pas varié : la prime issue de l’intéressement ne peut remplacer l’absence de vraie revalorisation salariale collective. Le SNJ, Sud et FO (ces deux derniers n’étant pas représentés dans les négociations) n’accepteront jamais d’abandonner la revendication salariale pour d’hypothétiques revenus par l’intéressement ou des plans d’épargne.

Aujourd’hui, le résultat de la négociation sur l’intéressement montre la duplicité de la direction.
Dès 2007, le SNJ revendiquait l’attribution aux salariés de 35 % du résultat d’exploitation prévisionnel (Rex)
 du groupe pour 2007, l’équivalent d’un 14e mois pour tous. Cette année, dans la dernière ligne droite de la négociation, le SNJ demandait que le seuil de déclenchement soit de 1 million d’euros du résultat d’exploitation, et, avec les autres syndicats négociateurs, que le pourcentage du montant redistribuable aux salariés passe à 18%.
Or, le résultat de la négociation 2011 (10 % du résultat d’exploitation à condition qu’il atteigne 3 millions d’euros) sera loin de compenser ce que les salariés n’ont pas obtenu lors de la négociation salariale, et leur perte de pouvoir d’achat depuis des années. On peut même craindre, au vu des chiffres du groupe communiqués aux élus (avec les pertes de L’Expansion agitées comme un épouvantail), que ce seuil de 3 millions ne sera pas atteint cette année, et donc que personne ne touche d'intéressement. Donc les promesses sur l’intéressement que faisait miroiter la direction pour saper la mobilisation sur les salaires n’étaient qu’un marché de dupes. Tous ceux qui ont participé à cette intox portent une lourde responsabilité à l’égard des salariés.

Aussi, pour le SNJ, la négociation sur l’intéressement est un échec sur l'essentiel : concrètement, sur les sommes sonnantes et trébuchantes que les salariés sont en droit de revendiquer.

Il n'en reste pas moins que le pourcentage du résultat d’exploitation prévu pour les salariés est plus élevé que celui du précédent accord en vigueur.

De plus, lors d’une ultime réunion de négociation le 28 juin, la direction a répondu favorablement à trois revendications réitérées à plusieurs reprises par le SNJ, Sud et FO :

  • répartition égalitaire, non pas proportionnellement au salaire mais en fonction du temps de présence
  • accès à l'intéressement pour tous les pigistes ayant eu trois bulletins de paie dans l’année, sans condition de minimum de rémunération. Le SNJ désapprouve néanmoins qu’ « une prime d’un montant inférieur à 30 euros ne sera pas versée »
  • la participation et l’intéressement sont dissociés et peuvent être cumulés.

C’est pourquoi, lors du CE du 8 juillet, le SNJ a exposé son analyse et indiqué qu’il était dans l'état d'esprit de signer cet accord. Seul obstacle : l’absence dans le texte communiqué aux syndicats de l’avenant précisant les modalités de répartition. Ayant obtenu ce complément, le SNJ a signé l’accord sur l’intéressement 2011-2013, malgré tout très décevant sur l'essentiel.

 

29 juin 2011

Victoire judiciaire des journalistes licenciées du “Vif”

Communiqué de l'Association des journalistes professionnels (Belgique, 24 juin 2011)

Le tribunal du travail de Bruxelles a rendu le 20 juin 2011 quatre jugements dans le conflit qui oppose Le Vif SA  aux quatre journalistes - Dorothée Klein, Isabelle Philippon, Pascale Gruber et Elisabeth Mertens - licenciées le 22 janvier 2009 par Hamid Faljaoui, directeur de l’hebdomadaire. Les jugements sont entièrement favorables aux journalistes : Le Vif/L’Express est condamné à verser à chacune d’entre elles une importante indemnité complémentaire de préavis ainsi qu’une indemnité pour licenciement abusif.

L’AJP, avec son conseil Bernard Mouffe,  a soutenu les journalistes et se félicite de ces victoires judiciaires. On se souviendra que les journalistes avaient été convoquées par sms pour un entretien en dehors des locaux de la rédaction, qu’elles avaient été licenciées sur le champ, sans possibilité de retourner à leur bureau, la direction leur concédant deux heures le samedi suivant pour venir chercher leurs affaires personnelles.  Les attendus des jugements soulignent que Le Vif/L’Express  a exercé son droit de licencier " de manière brutale", en utilisant des "procédés  inutilement vexatoires", en invoquant de " faux motifs" de licenciement. L’employeur a ainsi "porté atteinte de manière incontestable à l’honorabilité professionnelle" des journalistes. Le tribunal épingle particulièrement les propos "inutilement blessants"  tenus par H. Faljaoui dans les médias,  tentant de répondre à la publication de la carte blanche de sept professeurs de journalisme ou observateurs des médias et de l’AJP ("Un journalisme mis au pas").

L’AJP espère que ces décisions judiciaires limpides permettront de mettre fin à la brutalité des pratiques sociales qui ont cours dans certaines entreprises de presse comme Roularta. L’AJP est ainsi confirmée dans sa volonté de rétablir des relations sociales respectueuses des professionnels de l’information.

Lire L'AJP salue la victoire judiciaire des journalistes licenciées du Vif

22:33 Publié dans Presse | Tags : actionnaire, le vif, licenciement, loi

26 juin 2011

Intéressement : des propositions inacceptables

Lors du CE du 24 juin 2011, les délégués ont dénoncé la faiblesse du pourcentage (10 % du REX à partir de 3 millions d'euros) qu'a arrêté la direction. On est loin des assurances données par la direction après l'échec de la NAO sur les salaires, a souligné le délégué syndical SNJ : elle promettait alors que les efforts des salariés seraient récompensés par l'intéressement !

Le délégué syndical SNJ a rappelé nos exigences :

  • tous les pigistes doivent toucher de l'intéressement, sans condition de montant minimum de piges
  • le montant de la prime doit être forfaitaire, le même pour tous, proratisé au temps de présence
  • participation et intéressement doivent être dissociés.

La direction a proposé une réunion mardi 28 juin pour revenir sur les modalités techniques d'application de l'intéressement.

Trois hypothèses pour L'Expansion

Lors du CE du 24 juin 2011, a été lue une déclaration de la rédaction de L'Expansion, soulignant que l'équipe paie pour un management déficient et une direction qui, en dépit des alertes de la rédaction depuis des mois, n'a pas réagi.

Loin de répondre jamais sur la question des déficiences managériales et sur l'incurie où on a laissé sombrer le titre, la direction s'en est tenue à une argumentation uniquement comptable, revenant sans cesse sur les très mauvais chiffres du titre.

La direction a aussi évoqué un journal où "le moindre changement de périmètre dans l'équipe donne lieu à des jours de grève" (air connu).

Concernant les pistes envisagées, la direction prétend que l'actionnaire ne veut pas fermer L'Expansion. Elle a énoncé trois hypothèses : 

  • la cession, l'actionnaire ayant eu plusieurs contacts
  • un mensuel allégé en terme d'équipe
  • un rapprochement avec L'Express

La situation de L'Expansion devait être abordée au conseil d'administration de Roularta qui s'est réuni ce même vendredi.

Dans le cadre du droit d'alerte déclenché lors de sa précédente réunion, le CE a demandé une expertise et désigné le cabinet Syndex.

16 juin 2011

L'Expansion en danger : AG le 17 juin à 11 h

Le 18 mai dernier, la rédaction de « L’Expansion » faisait part de son inquiétude sur la situation du mensuel en votant une motion de défiance envers la direction du magazine. Des craintes confirmées lors d’une rencontre entre la Société des rédacteurs et la direction du Groupe.

Par ailleurs, le comité d’entreprise, réuni le 27 mai, a eu connaissance d’informations préoccupantes quant à l’avenir du titre, qui ont conduit l’ensemble des élus à voter un droit d’alerte sur la situation économique du mensuel et de la marque L’Expansion.

Face à l’urgence d’une situation qui nous concerne tous, et susceptible d’avoir des répercussions sur l’ensemble du Groupe, nous vous invitons à participer nombreux à une réunion d’information.

Assemblée générale

Vendredi 17 juin à 11 heures

salle du sixième étage

SNJ  FO  SUD
16 juin 2011

29 mai 2011

CHSCT : la CFDT-CGT prend tous les postes !

Le 27 mai 2011, le CE devait désigner un nouveau membre du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions des travail (CHSCT), après le départ de l'entreprise de Pascal Frasnetti, seul membre SNJ du CHSCT.

Lors de ce CE, alors que le SNJ présentait un candidat, la CFDT-CGT, majoritaire au CE, a choisi de rafler le poste pour l'une de ses élues - déja fort pourvue en mandats.

Se confirme ainsi le sectarisme et l'allergie au pluralisme de la CFDT-CGT que nous avions déjà diagnostiqués à l'issue des dernières élections des représentants du personnel (Au CE, des strapontins pour le SNJ), alors que les salariés avaient manifesté massivement leur volonté d'une plus grande représentation des candidats présentés par le SNJ (Elections DP-CE : le SNJ frôle la majorité).

28 mai 2011

Un “Arbre de Noël” à 78 000 euros : est-ce bien raisonnable ?

Nombre de salariés de GER ont été surpris d'être sollicités par le CE le 17 mai pour s'inscrire à l'“Arbre de Noël” du 10 décembre! 

Noël au printemps ?

Peut-être les débats lors du CE du 29 avril permettent-ils de mieux comprendre cette précipitation.

A l'ordre du jour de cette séance du CE figuraient en effet les

“comptes 2010 et budget 2011 du Comité d'Entreprise”.

Les élus SNJ se sont étonnés de la somme prévue pour l'“Arbre de Noël” :

78 000 euros

Les élus SNJ l'ont estimée “disproportionnée”. Ils ont demandé si les salariés ne préfèreraient pas qu'une telle somme soit utilisée différemment. Peut-être faudrait-il leur demander leur avis ?

Les responsables (CFDT et CGT) du CE ont défendu cet “Arbre de Noël” à 78000 euros.

17 mai 2011

6 millions aux actionnaires... Et nous ?

SNJ SUD FO

6 millions aux actionnaires...

Et nous ?

Lors du dernier CE (29 avril), les élus du SNJ ont demandé la réouverture de la négociation salariale, suite à la pétition signée par 300 salariés et soutenue par le SNJ, FO et SUD. Une revendication d’autant plus légitime que Roularta Media Group va distribuer 6 millions d’euros à ses actionnaires. Nous regrettons de ne pas avoir pu aboutir à un front syndical commun afin d’obtenir la réouverture de cette négociation.

La direction a refusé notre demande en nous renvoyant aux résultats des négociations sur l’intéressement et sur la création d’un Perco (plan d’épargne retraite collectif), qui, selon elle, « récompenseront » les efforts des salariés.

Cela ne peut constituer une réponse sérieuse au problème de la perte de notre pouvoir d’achat (alors que l’inflation annuelle était déjà de + 2 % fin mars, la direction n’a accordé que de 0,5 à 1,5 % de hausses de salaires). D’abord parce que l’intéressement est aléatoire et qu’il a des effets pervers : les résultats qui le déterminent sont améliorés... par la compression de la masse salariale. Ensuite, parce que faire miroiter un Perco, c’est escamoter un principe de base : le meilleur garant pour nos retraites de demain, c’est le bon niveau de nos salaires d’aujourd’hui !

Même si l’intéressement et le Perco ne peuvent en aucun cas satisfaire notre demande d’une politique salariale fondée sur de vraies augmentations collectives, le SNJ, soutenu par FO et SUD, continuera de se battre pour défendre les intérêts des salariés au cours des négociations concernant ces deux dispositifs.


NÉGOCIATION SUR L’INTÉRESSEMENT

Ce que nous voulons

La direction proposait de reconduire l’ancien accord d’intéressement, caduc depuis 2009, en modifiant légèrement la base de calcul du montant global. Les premières discussions ont déjà permis au SNJ d’avancer des propositions sur plusieurs points qui peuvent améliorer de manière significative l’ancien accord. Nous vous tiendrons informés des avancées de cette négociation.

UNE RÉPARTITION ÉGALE DE L’INTÉRESSEMENT

Nous avons demandé que l’intéressement soit réparti de manière uniforme, et non pas proportionnellement au salaire, afin d’obtenir une même somme pour tous. Que nous soyons en CDI, en CDD ou pigistes, seul le temps de présence dans l’entreprise doit compter, car les résultats de GER sont le fruit d’un travail collectif. Il n’y a pas de raison que les hauts salaires soient favorisés.

INCLURE TOUS LES PIGISTES

La direction proposait que les pigistes touchent de l’intéressement s’ils gagnent au moins 7 000 euros sur une année. Un niveau que nous estimons discriminatoire puisque cette condition de salaire minimal n’est pas demandée aux autres catégories de salariés. Nous avons réclamé que l’intéressement soit ouvert aux pigistes ayant eu trois bulletins de paie dans l’année (ce qui est une condition légale).

AMÉLIORER LE DÉCLENCHEMENT ET LE MONTANT DE L’INTÉRESSEMENT

Nous avons demandé que le seuil de déclenchement de l’intéressement soit abaissé à 1 million d’euros de résultat d’exploitation (au lieu de 3 millions aujourd’hui) pour permettre d’en toucher plus souvent. En outre, partageant le point de vue de la CGT et de la CFDT, nous demandons que soit triplé le pourcentage du montant redistribuable aux salariés (qui passerait de 6 à 18 %).

ROMPRE LE LIEN ENTRE L’INTÉRESSEMENT ET LA PARTICIPATION

Légalement, il n’existe aucun lien entre ces deux dispositifs. Pourtant, la direction l’établit en voulant imposer le principe suivant : si la somme à répartir était inférieur à la participation, l’intéressement ne serait pas dû ; s’il était supérieur à la participation, seule la partie dépassant la somme attribuée à la participation serait due.

Pour nous, l’intéressement doit être un vrai « plus ». L’accord doit dissocier participation et intéressement afin de permettre le paiement intégral des deux primes.


110517snjsudfoSalairesInteressement.pdf

11 mai 2011

Déclaration de revenus : mode d'emploi

Comme chaque année, le journaliste professionnel peut déduire de ses revenus imposables tirés de la profession 7650 euros au titre de l'allocation pour frais d'emploi des journalistes professionnels.

L’allocation est à déduire par le journaliste de ses revenus imposables tirés de sa profession, soit 7650 euros pour une activité à temps plein ou à temps partiel. D’où la nécessité de corriger la déclaration pré-remplie basée sur les salaires déclarés par l’employeur. Il ne revient pas, en effet, à celui-ci d’opérer cette déduction.

Inscrivez dans votre déclaration (page 2 ou dans l’espace dédié sur les télédéclarations) :

« Le journalisme ayant été en 2010 mon activité principale, régulière et rétribuée, j’ai déduit 7650 euros des salaires imposables, tirés de ma profession, au titre de l’allocation pour frais d’emploi des journalistes. »

Pour en savoir plus, voir sur le site du SNJ Les déclarations des revenus 2010.

14:25 Publié dans SNJ (national, régional) | Tags : salaires, impôts

01 mai 2011

Rachat d'Ulike : GER va-t-il mourir guéri ?

L'acquisition du site Ulike a donné lieu à un échange lors du CE du 29 avril 2011.

Pour les élus SNJ, Eric Marquis a indiqué que, si, bien entendu, il faut se féliciter du développement du Groupe, cette acquisition pose plusieurs problèmes.

1. Le mélange entre les articles de journalistes et les contributions d'internautes pose la question de la fiabilité des contenus. Un lecteur qui consulte une "fiche culture" est-il assuré qu’elle provient d’un travail journalistique (avec vérifications) ? C'est important pour la crédibilité des titres de GER.

2. Le "développement" du Groupe ne donne lieu à aucune création d’emplois. On a l’impression que le Groupe poursuit le double objectif de comprimer sa masse salariale tout en étoffant son activité.

29 avril 2011

Salaires : la direction doit rouvrir des négociations !

SNJ FO SUD

300 signatures pour une augmentation des salaires

La direction doit rouvrir des négociations !

- En trois jours, vous avez été près de 300 à signer la pétition réclamant la poursuite des négociations sur les salaires. C’est un vrai succès pour cette action décidée par l’assemblée générale des salariés de GER, réunie le 31mars dernier, à l’initiative du SNJ, de SUD et de FO.

Ce résultat montre qu’une forte exigence existe chez les salariés. Et si tous les syndicats avaient participé à cette action, le nombre de signatures aurait sans nul doute été plus important. Forts de votre soutien, nous demandons à la direction de revenir à la table des négociations avec des propositions sérieuses.

- Entre-temps, d’autres négociations se sont ouvertes : sur l’intéressement et sur la création d’un Perco (plan d’épargne retraite collectif).

Pour le SNJ, SUD et FO, c’est un marché de dupes : la direction a intérêt à privilégier ces dispositifs, qui, à la différence des salaires, sont partiellement ou totalement exonérés de cotisations sociales (retraite, maladie, etc.) et ne sont pas pérennes. Il n’est donc pas question pour nous d’abandonner la revendication salariale pour d’hypothétiques revenus par l’intéressement ou des plans d’épargne.

- Concernant le Perco, ce que verse l’entreprise est étroitement lié à ce que le salarié lui-même est capable d’apporter. Ainsi, seuls les hauts revenus (ceux qui peuvent verser une somme conséquente) pourraient tirer leur épingle du jeu. De plus, cette épargne défiscalisée et exonérée de cotisations sociales aggrave le déficit des régimes sociaux, et, en particulier, celui des caisses de retraite.

- Quant à l’intéressement, qui associe les salariés aux résultats de l’entreprise, le SNJ, SUD et FO revendiquent un mode de calcul qui permette une distribution la plus importante et la plus égalitaire possible, notamment en prenant mieux en compte la contribution des pigistes et des précaires. Notre préférence va à un intéressement en valeur absolue, et non pas proportionnel au salaire qui avantage les hauts revenus.

Quoi qu’il en soit, pour le SNJ, SUD et FO, la priorité est aujourd’hui encore aux salaires.

A l’heure où le coût de la vie explose, les mesures sur l’intéressement ou le Perco ne peuvent pas maintenir le pouvoir d’achat.

Mobilisons-nous tous ensemble
pour de vraies hausses de salaires !

SNJ FO SUD 28 avril 2011

110428snjfosudSalaires.pdf

22 avril 2011

Dans L'Express, Raphaël Enthoven s'en prend à l'“antijournalisme” d'Edwy Plenel

Dans sa chronique de L'Express (20 avril 2011), Raphaël Enthoven dénonce :

[...] Le directeur de Mediapart Edwy Plenel donne la formule magique de l'antijournalisme qui sévit désormais sur Internet, et qui réclame l'information aux dépens de la loi comme les tyrans promettent le bonheur aux dépens de la liberté. [...]

En diffusant l'enregistrement clandestin de Liliane Bettencourt, Edwy Plenel s'est conduit exactement comme le pouvoir qui, en son temps, l'avait mis lui même sur écoute.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, s'était très tôt solidarisé avec Mediapart et Edwy Plenel. Voir les communiqués du SNJ en 2010, notamment La liberté de la presse réaffirmée par la justice.

Dommage que L'Express ne signale pas que la Justice, précisément sur la question de la publication des “enregistrements privés”, a donné raison à Mediapart et Edwy Plenel, au nom de la “légitime information du public”.

Le SNJ y revient dans son organe Le Journaliste (n°198-299, 3e et 4e trim. 2010) * :

Les révélations des journalistes de Médiapart dans les affaires Woerth/Bettencourt relèvent de la « légitime information du public ». Les juges ont ainsi, à deux reprises, légitimé la publication d'extraits des écoutes réalisées au domicile de la milliardaire. En rappelant l’équilibre nécessaire « entre le droit au respect à la vie privée et la liberté de l’information », ils sont dans le droit fil des textes européens et de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme sur la liberté de la presse, « pierre angulaire de la démocratie ».

Le SNJ s'était porté en justice aux côtés de Médiapart et de ses journalistes, dans la plainte en diffamation déposée contre le secrétaire général de l’UMP, qui s’était permis le 6 juillet 2010 de les accuser d’utiliser des "méthodes fascistes".

* LeJourn298-299_edito.pdf

22:58 Publié dans Presse, SNJ (national, régional) | Tags : déontologie, l'express, loi, snj

05 avril 2011

Pétition pour de vraies hausses de salaires

L'Assemblée générale des salariés le 31 mars a décidé que la première action des salariés pour de vraies augmentations collectives des salaires prendrait la forme d'une pétition. Le texte suivant est proposé à la signature dans les entrées de l'entreprise, 23 et 29 rue de Chateaudun, pendant la semaine du 4 au 8 avril, à l'heure du déjeuner.


Avril 2011

Pétition pour de vraies hausses de salaires

Les résultats financiers de Roularta sont excellents, permettant de distribuer aux actionnaires 6 millions d'euros. En revanche, pour les salarié(e)s, la négociation annuelle sur les salaires à GER n'a pas abouti et la direction a décidé d'augmentations collectives de quelques euros seulement. Encore une année où ces augmentations sont bien inférieures à la hausse du coût de la vie ! Or, dans des entreprises comparables (Prisma, Mondadori, Le Point...), les salarié(e)s ont obtenu des augmentations collectives plus importantes.

Salarié(e) de GER, je demande la poursuite de la négociation sur les salaires pour obtenir de véritables augmentations collectives.

Prénom Nom     Signature

 

110405salairesPetition.pdf

29 mars 2011

Ensemble, pour de vraies hausses de salaires !

SNJ FO SUD

AG jeudi 31 mars à 12 h

Ensemble, pour de vraies hausses de salaires !

Roularta Media Group vient d’afficher des résultats « radieux » (1) pour 2010. Ses actionnaires vont bénéficier de 6 millions d’euros versés sous forme de dividendes.

La direction de GER, elle, ne propose que des miettes à ses salariés: 0,50 % à 1,5 % d’augmentation*, alors que l’inflation a été de 1,8 % en 2010. C’est indécent !

L’ensemble des syndicats de GER sont d’accord pour dire qu’on est très loin du compte.

Mais il ne faut pas en rester aux protestations verbales. Comme l’ont déjà fait avec succès les salariés des groupes Mondadori et Prisma (2), mobilisons-nous pour obtenir de vraies augmentations de salaires. C’est possible si toutes les organisations de GER s’y mettent.

Battons-nous pour :

  • 150 euros pour les bas salaires (moins de 2000 euros mensuels),
  • 100 euros pour les salaires au-dessus de 2000 euros

Le SNJ, SUD et FO proposent à tous les salariés et aux autres syndicats de participer à une réunion d’information et de mobilisation,

le jeudi 31 mars à 12 heures,
salle du sixième étage

(1) Extrait du communiqué publié le 21 mars sur le site Trend.be
« Roularta affiche un résultat 2010 radieux
, avec une flambée de son bénéfice net courant et la progression de tous ses titres, en particulier de ses sites Internet. Roularta a clôturé son exercice 2010 sur un chiffre d’affaires de 710 millions, en progression de 2,2 %. Le résultat net du groupe, lui, s’est affiché à 30,9 millions d’euros, à comparer à la perte de 4,2 millions qui avait marqué l’exercice 2009. La division médias imprimés (presse gratuite, journaux et magazines) a vu son chiffre d’affaires progresser de 0,9 %, à 544,9 millions d’euros tandis que son résultat net est passé d’une perte de 16,8 millions à un bénéfice de 12,1 millions d’euros. »
(à noter la hausse spectaculaire de la rentabilité du groupe, due pour l’essentiel, aux efforts fournis par les salariés, ayant subi austérité salariale, diminution des effectifs, dégradation des conditions de travail et diminution du nombre de jours de RTT).

(2) Les 1000 salariés de la filiale française de Mondadori (Grazia, Télé Star, Closer, 344 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010) ont obtenu des augmentations de salaire de 1,35 % à 4,1 % applicables à 70 % des salariés correspondant à une augmentation de 2,66 % de la masse salariale. Ils ont également obtenu une prime d’intéressement de 300 euros.
Ci-contre, un extrait du tract distribué au Groupe Prisma dont les salariés ont obtenu 106 euros brut pour les salaires inférieurs à 3000 euros et 70 euros pour les salaires compris entre 3000 et 4500 euros, avec un complément rétroactif de 36 euros en cas de stabilité du chiffre d’affaires en fin d’année. Les salariés de Prisma ont aussi obtenu des mesures de rattrapage salarial pour les bas salaires et pour les salariés n’ayant pas eu d’augmentation depuis cinq ans.

SNJ FO SUD 29 mars 2011

* http://snjexpress.hautetfort.com


110329snjfosudSalaires.pdf

15 février 2011

Salaires : tout change pour que rien ne change

La dernière réunion de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires s’est tenue le 14 février 2011. La direction a fait sa dernière proposition d’augmentation collective :

  • moins de 2000 e. (salaire brut) : + 1,5 %
    (selon la direction, 61 salariés sont concernés)
  • de 2000 à 3000 e. : + 1 %
    (238 salariés concernés)
  • de 3000 à 4000 e. : + 0,5 %
    (205 salariés concernés)
  • plus de 4000 e. : rien

70 % des salariés (hors CDD et journalistes pigistes) seraient donc concernés par une augmentation collective.

Les représentants du SNJ ont relevé que ces propositions signifient, pour ces 70 % des salariés, seulement + 15 à 30 euros sur la feuille de paie.

On est donc loin de la revendication unanime de toutes les organisations syndicales parties prenantes à la négociation (SNJ, CFDT, CGT) :

+100 euros pour tous.

Donc, pour le SNJ, le compte n'y est pas, et de loin !

En réalité, la “négociation annuelle obligatoire” (NAO), telle qu'elle se tient à GER, est une fausse négociation, une négociation en trompe-l'œil. En effet, dès la première réunion, en décembre, la direction a annoncé que dans le cadre de son budget elle avait prévu d'augmenter la masse salariale d'1 % pour les augmentations individuelles.

Or, si la direction avait arrêté l'augmentation de la masse salariale, fixer la part des augmentations individuelles revenait à fixer celle de l'augmentation collective.

Au cours du mois de janvier, des salariés ont appris (ou pas) qu'ils auraient une augmentation (individuelle)... Bref, les jeux étaient faits alors mêmes que la direction faisait semblant de négocier sur l'augmentation collective !

Donc, “verrouillage” a priori de la politique salariale. Mais à qui cela profite-t-il ?

Lors des réunions, la direction a indiqué qu'elle concevait la NAO comme un “correctif des bas salaires”.

Et si l'on s'intéressait aux hauts salaires ? Lors du CE du 20 octobre 2010, le rapport du cabinet d'expertise Syndex suscitait les commentaires suivants des élus SNJ :

“La santé économique du Groupe se rétablit, c'est flagrant pour Roularta mais significatif aussi pour RMF. En revanche, la politique salariale est atone. Lors de la négociation annuelle obligatoire (NAO) sur les salaires en début d'année les salariés n'ont obtenu aucune augmentation collective, comme d'ailleurs plusieurs années précédentes. La direction avait prévu une "clause de revoyure" en milieu d'année mais aucune réunion n'a été convoquée. Or, que montre le rapport Syndex ? "En 2008, 90% des effectifs ont eu une augmentation soit nulle (25 %) soit comprise entre 1 et 2 % (65 %)", ce qui signifie, étant donnée l'évolution des prix, que leur pouvoir d'achat a baissé. Par ailleurs, alors que les augmentations collectives sont inexistantes, la politique d'augmentations individuelles est "erratique" et "très discriminante", présentant de "très forts écarts" et privilégiant les "tranches extrêmes".”

Or, très récemment, le départ de Marc Feuillée a donné lieu à des promotions pour plusieurs membres de la direction...

Tout cela n'est pas de nature à réduire les "très forts écarts", privilégiant les "tranches extrêmes"...

Les salariés sont fondés à interpeller les heureux bénéficiaires : félicitations ! Vous avez été bien servis ! Et nous ?

Discrimination envers les pigistes

De plus, le SNJ a un désaccord de principe. L'augmentation collective doit s'appliquer à tous les salariés, y compris les journalistes pigistes. La direction a refusé, assumant sans complexe sa politique de discrimination à l'égard des journalistes pigistes.

En revanche, la direction a acepté la revendication de la CFDT-CGT que l'augmentation collective s'applique aux “pigistes forfaitisés”.

Pour le SNJ, les “pigistes forfaitisés” sont une anomalie juridique: si la loi était appliquée, ces journalistes bénéficieraient d'un contrat de travail (à temps partiel ou à temps plein). En faire un cas à part revient à pérenniser leur situation illégale. Il faut au contraire se battre pour leur “titularisation”.

De l'aveu même de la direction, il y a dans le groupe moins de 10 “pigistes forfaitisés”, et la plupart à L'Express...

Si, au lieu de faire des cas à part, tous les syndicats avaient comme le SNJ exigé l'application des mesures salariales collectives à tous les pigistes, peut-être aurions-nous pu remettre en cause plus efficacement la discrimination injustifiable entre les journalistes permanents et pigistes en vigueur depuis trop longtemps dans le Groupe.

Les autres décisions

  • passage du ticket-restaurant de 8,30 à 8,70 euros
  • augmentation de 100 e. des salaires d'embauche (minimas pratiqués dans le groupe) : ils passent à 1600 e. pour les employés, 2000 e. pour les cadres et les journalistes “stagiaires”, 2400 e. pour les journalistes “titulaires”
  • création d'un Plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco), vieille revendication de la CFDT-CGT,
    le montant de l’abondement versé par le groupe dans le cadre de l’épargne salariale (PEE + Perco) serait relevé de 15 %.

La direction ne cache pas qu'elle privilégie tous les dispositifs qui lui permettent de diminuer les cotisations sociales (qu'elle appelle “charges sociales”). Le SNJ au contraire est soucieux de l'équilibre des régimes de protection sociale (maladie, retraite..) dans l'intérêt des salariés. Tous les syndicats de GER, qui ont participé aux manifestations pour les retraites en 2010, partagent-ils cette préoccupation ?